Aliens Colonial Marines (PC/X360/PS3/WiiU)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2013
Développeurs : Gearbox Software - Timegate Studios - Nerve Software - Demiurge (portage Wii U annulé)
Editeur : SEGA
Genre : FPS

Version testée : Française
Version logicielle : 1.0
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : DVD (X360-PC) / Blu-Ray (PS3)
Espace disque nécessaire : 10Go (PC) / 2.6Go (PS3)
Moteur graphique : Unreal Engine 3
Définitions HD max (consoles) : 1080p (X360) - 720p (PS3)
Compatible 3D (consoles) : non

Difficulté : variable
Compatible Kinect (X360) : non
Compatible Move (PS3) : non
Multi-joueurs : 2 à 4 joueurs en coop' + 12 joueurs en multi online
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 1.6 Millions (tous supports)


Configuration recommandée (PC) :
CPU : Quad Core 2.3Ghz
RAM : 2Go
VIDEO : avec 896Mo de VRAM (type GeForce GTX260 / Radeon HD850)

Configuration de test (PC) :
CPU : Intel Core i5-2500 (3.33Ghz)
RAM : 8Go DDR3
VIDEO : GeForce GT 560Ti avec 1024Mo de VRam
OS : Windows 7 (64bits)
Résolution testée : 1680x1050 (16:10)
Niveau de détails :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Aliens

Colonial Marines



Vous l'avez sûrement remarqué,
La première vidéo ne laisse aucun doute : scénario et mise en scène sont affreusement ratés !
bien souvent je m'insurge, je brasse de l'air, je gueule un bon coup contre les injustices et les trucs invraisemblables qui se passent dans le jeu vidéo. Bien souvent je prends la défense des causes perdues et me pose en pilier envers et contre ceux qui descendent en flammes des jeux qui ne méritent pas tant de haine (la preuve encore avec DOOM 3 : BFG Edition). Et avec Aliens : Colonial Marines, je me suis dit qu'une fois encore, j'allais devoir sortir mes plus belles armes pour partir en guerre contre ce parterre de blasés qui lui ont collés les pires notes. Car on peut le dire, le bougre s'est fait littéralement défoncer par la presse (pro comme amateur) et les ventes qu'il assume (sans doute des fans pur souche !) n'a pas dû faire que des heureux. Parce que dans le domaine, la fameuse licence cinématographique "Alien" porte un nom bien juteux, cette saveur indéscriptible qui fait vendre les jeux portant son nom, et qui pourtant, sont pour la plupart médiocres. Si bien sûr j'ai accordé un minimum de crédit au dernier AvP (le jeu de 2010), finalement Alien n'aura accouché que de 3 bons titres : Alien 3 sur Mega Drive, Alien Trilogy sur PlayStation et Aliens vs Predator 2 sur PC. La question se pose alors : comment avec un tel "monstre sacré", aussi charismatique et effrayant, et comment avec un univers aussi riche, les développeurs font-ils pour se chier autant ? Car dire qu'Aliens : Colonial Marines était attendu, est un euphémisme. Son développement fut à rallonge (il a débuté en 2006) et surtout, il fut chaotique. Mais les premiers screenshots donnaient sauvagement envie... mais maintenant qu'on a le jeu sous les yeux, on peut dire qu'ils étaient trafiqués. Bref, ce nouveau titre estampillé Alien reprend le scénario d'Aliens : Le Retour, le second film réalisé par James Cameron. Le choix de ce long-métrage se comprend aisément car le contexte et le prétexte à un jeu vidéo, colle parfaitement : un univers sombre, un décorum vaste et surtout de l'action à gogo. Si le film était floqué "horreur" à sa sortie en 1986, aujourd'hui on le considère plus comme un film d'action.


Rappelez-vous,
N'espérez pas avoir peur... le jeu est loin d'être flippant
à la fin du film, Ripley (incarnée par Sigourney Weaver) place Newt (la fillette), le caporal Hicks (blessé et joué par Michael Biehn) et l’androïde Bishop (coupé en 2, joué par l'excellent Lance Henriksen) en biostase et tous quittent la planète LV-426 à bord du Sulaco. Le jeu lui, dés sa première vidéo, nous met face à Hicks, qui lance un message de détresse. Résultat, les Marines Coloniaux débarquent pour un 2e sauvetage... Mais déjà là, on trouve ça incohérent. Qu'est-ce que Hicks fout là ? Comment est-il sorti de stase ? Où est Ripley ? Autant de questions qui ne trouveront évidemment pas de réponse. Dans cette longue intro, qui plagie le début du film (réveil des Marines, briefing...), on y découvre le Caporal Winter (notre personnage) qui va prendre avec son équipe, l'abordage du USS Sulaco afin d'y trouver des survivants. Mais dés le début c'est le chaos le plus total, les mercenaires de Weyland viennent en plus s'en mêler et on finit notre course sur la fameuse planète LV-426, oui celle du film, celle-là même où les "Architectes" se sont écrasés avec leur vaisseau (fan de Prometheus, levez la main ! :). Pour développer tout ça, nous avons des séquences en images de synthèses qui remontent à des temps immémoriaux (comprennez : moches !) et quelques cut-scènes à peine meilleures. Encore que, parfois les séquences s'enchainent sans qu'on n'y comprenne quoique ce soit, preuve que l'ensemble a réellement manqué de travail. On ajoute à ça un scénario confus, décousu, et où il ne se passe finalement rien, et on en vient vite à se dire que le développement scénaristique est un ratage total. Quand on pense au pédigrée du film Alien 2, ce que Cameron a laissé derrière en terme de background et d'ambiance, on se dit que c'est bien dommage. Même les acteurs comme Michael Biehn (Caporal Hicks) ou Lance Henriksen (Bishop) n'apportent rien, tant leurs modélisations sont horribles et leurs personnages insipides. On prend donc le jeu en mains, et ce qu'on attend d'un titre Alien, c'est évidemment d'avoir peur.


Les premières minutes
Sans être dur, la difficulté est vraiment mal dosée : les ennemis sont capables de nous tuer en un rien de temps
sont d'ailleurs prometteuses : la radar de mouvements et son cultissime (et effrayant) bip-bip, allant évidemment dans ce sens. Même si c'est moche, la mise en place se fait en douceur et la pression commence à monter. Malheureusement l'idylle ne dure que 3 minutes : le premier xénomorphe débarque, l'ambiance retombe lourdement et plus jamais dans toute l'aventure, elle n'arrivera à refaire surface. En somme le jeu est bourrin, l'atmosphère est nullissime et pire encore, comme on n'est jamais seul, on ne flippera pas une seule seconde. Encore une déception, et de taille celle-là. Après, Aliens : Colonial Marines est un FPS lambda où on shoote tout ce qui bouge (nos équipiers ne sont d'ailleurs pas mauvais dans l'exercice, on peut très bien se planquer et leur laisser faire le boulot) malheureusement les armes sont sans puissance et on subit des bugs de collisions dans tous les sens et même des scripts qui refusent de faire leur travail (il arrive qu'on jette une grenade aux pieds des ennemis sans que ça leur fasse quoique ce soit). Le rythme est haché sans jamais être soutenu (où est la tension qu'on devrait ressentir ?) et la difficulté est vraiment très déséquilibrée. Imposant un système de soins franchement mal foutu, il faut aussi récupérer des pièces d'armure pour gonfler sa jauge de bouclier. Malheureusement le bouclier ne protège absolument rien : en l'espace de 2 balles il saute (!) et un ennemi est capable de nous exploser la tronche en moins de 3 secondes (même pas le temps de réagir !). Du coup on repart au dernier checkpoint, ce qui est irritant surtout quand on essaie de "bien jouer" et que le jeu se fout un peu de notre gueule. En plein combat on affronte donc les mercenaires de Weyland (des gars à l'IA de bulot, qui restent planqués derrière leurs abris), dont certains tirs arrivent à nous toucher même à travers les murs (WTF ? Oo!), ainsi que le bestiaire Alien : les guerriers, les Reines et les inévitables facehuggers (de vraies saletés ceux-là !). Eux aussi, ont une IA d'huitre puisqu'ils se jettent sur nous sans réfléchir alors que le propre de l'Alien, c'est justement d'être fourbe.


On notera également
Vu le background des films, on regrette un fan-service si absent, une réalisation ultra datée et un doublage qui fait vraiment peine à entendre...
que nos alliés disparaissent de derrière nous, pour mieux réapparaitre devant ou encore qu'un ennemi tué (surtout les xénomorphes) disparaissent sous nos yeux (les traces de brûlures à l'acide aussi !) et ce, presque instantanément. Ainsi enchainons par la réalisation, qui est... comme dire... datée ! S'il est vrai qu'on prend plaisir à retrouver ce qui fait l'univers visuel d'Alien 2 (le film), comme les œufs, les armes (qu'on peut en plus upgrader via un atelier), les robots de charge, les bestioles ou encore le décor typique des antres xénomorphes... maintenant soyons clairs, les éclairages, la qualité misérable de certaines textures, la honteuse gestion de la physique, des modélisations "plastiques" et affreuses ou encore des animations atrocement ratées : en clair, la réalisation aurait été superbe il y a 10 ans de ça. Faut dire qu'un développement à rallonge n'est jamais bon signe, surtout au niveau des graphismes car généralement, ce sont eux qui ont du mal à suivre l'évolution (voir Duke Nukem Forever). Et pas la peine de préciser qu'Aliens : Colonial Marines est un jeu développé avant tout pour les consoles et que la version PC n'apporte strictement rien de plus. Au niveau du son, le constat est à peu près identique. Si au début on apprécie de retrouver quelques plages sonores directement issues des 2 premiers films, très vite on trouve que les autres musiques sont aussi abyssales que la profondeur du titre. Les bruitages suivent évidemment la tendance, avec en plus des armes des tapent un peu sur le système : comme seuls les fusils d'assaut et les smart-guns sont potables, on n'utilise que celles-là et au final, le bruitage (qui est presque identique sur les 2) nous sort des oreilles (les autres armes, comme le fusil à pompe, sont minables). Enfin le doublage n'a pas dû couter cher. Si on connait bien Gearbox pour ses doublages de qualité dans Borderlands, ici les élocutions sont misérables et parfois même, elles s'enchainent sans réel sens. Alors même si on y retrouve la voix de ce brave Hershel Layton (doublé par Martial Le Minoux), croyez-moi je n'ai pas ouïe pire doublage français sur toute cette génération (quant à la synchro, elle est évidemment à la rue). Terminons cette plaidoirie accusatoire de ce superbe ratage, en évoquant une durée de vie assez chiche en mode campagne (environ 6 heures en solo), une campagne jouable également en coop' (à 2 en local, jusqu'à 4 en ligne). Nous avons aussi un versus, Marines contre Aliens, mais rien de bien palpitant en somme.



Avec un capital Note
sympathie perdu au fin-fond d'un gouffre spatio-temporel (faut dire qu'un jeu qui nous tutoie tout du long, ça n'aide pas), Aliens : Colonial Marines n'arrive même pas à sauver les meubles. Attendu depuis 2006, le jeu est passé entre les mains de 4 studios, oui 4 ! Si Demiurge s'est uniquement occupé du portage Wii U (qui a finalement été annulé... c'est dire si le jeu devait être mauvais), Gearbox (connu pour ses excellents Borderlands, mais aussi pour le sympathique Alien Infestation ou encore la série des Brothers in Arms) a fait une partie du boulot avant de le laisser à Nerve (qui a sans doute réalisé le multi) et à TimeGate (connu pour les portages et add-ons de F.E.A.R, ou pour Section 8) qui de son côté, s'est occupé du solo. Bref, un développement mouvementé et trop dispersé pour en faire un jeu avec de solides bases. Résultat on se retrouve avec un banal FPS aux mécaniques ultra dépassées, une succession de couloirs et de pièces aux constructions identiques, un jeu où on meurt souvent pour des raisons absurdes, une construction scénaristique franchement honteuse pour un jeu de 2013 (faut voir la gueule des vidéos pour le croire ! la toute première avec Hicks, est juste à gerber !), une réalisation graphique qui accuse 10 ans de retard, une bande-son minable (surtout le doublage !)... fiooou quel hit ! Et croyez-moi, je suis le premier à le regretter car l'idée de départ (faire une suite directe au film Aliens : Le Retour) était franchement attirante. Le long-métrage de James Cameron est encore à l'heure actuelle une référence du genre et avec un tel background, ils leur étaient possible de faire le meilleur des jeux vidéos. Malheureusement avec Gearbox on commence à comprendre leur mode de fonctionnement, vu qu'ils sortent 1 bon jeu sur 2. Un beau gâchis que même moi je suis incapable de défendre, que même un prix plus abordable (50€ au lieu de 70€ sur consoles) ne justifie ni son achat, pas même un minimum de clémence. Un jeu qui échoue à tous les niveaux (même en ce qui concerne le fan-service) et que même les plus grands fans (comme moi) ne pourront pas apprécier : y jouer quelques heures est déjà un supplice, le finir est une épreuve de force mentale. Alors un conseil, refaites-vous le film, sortez votre vieux CD-Rom d'AvP 2 pour jouer à bon jeu, et oubliez ce titre, sans doute le jeu Alien le plus décevant depuis bien longtemps. Heureusement que Ridley Scott et James Cameron ne sont pas morts, sinon ils s'en retourneraient dans leurs tombes et on les entendrait crier... même dans l'espace !



Les -

  • Certains tirs ennemis passent à travers les murs et les objets oO'
  • Partie sonore (surtout bruitages et doublage) à revoir
  • Une réalisation qui a déjà 10 ans de bouteille
  • Un contenu finalement assez pauvre
  • Un rythme étrangement haché
  • Un scénario incohérent
  • Difficulté déséquilibrée
  • Mise en scène minable
  • De la peur... où ça ?
  • Les +

  • Les armes du film, qu'on peut en plus upgrader
  • Quelques musiques issues des long-métrages
  • On retrouve tout le bestiaire du film

  • Test réalisé par iiYama

    mars 2013