Shinobi (MS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1987
Développeur : SEGA
Adaptation : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : action

Support : cartouche de 2Mb
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Shinobi









Shinobi est un jeu
Le jeu est étonnament fidèle à la version Arcade
d'Arcade parut en 1987 sur System16 et qui fut un réel succès à l'image d'Altered Beast. Dans sa politique d'adaptation des hits Arcade sur consoles, SEGA s'est donc empressé de convertir son jeu sur sa petite 8-bits maison. Bien sûr, la partie technique a souffert du portage, même si on retrouve bien les sensations du jeu original. Visuellement pauvre et animé au lance-pierre, on retrouve bien là, la griffe 8-bits de ces années de disette graphique. Et encore je n'évoque pas les innombrables clignotements, ralentissements et autres sprites qui disparaissent comme par magie (souvent un ennemi qui saute trop haut). Bardé de bruitages assez vilains, il faut en plus se farcir la même musique tout au long de l'aventure. Ça en devient pénible. Mais le jeu tire toute sa force de son gameplay. Un gameplay qui servit de base, 3 ans plus tard, au très bon Shadow Dancer. On peut donc sauter d'un étage à l'autre, utiliser des shurikens pour tuer ses ennemis (dommage qu'on n'est pas un bon coup de sabre pour le corps à corps) ou utiliser un Ninjitsu (même si la manipulation n'est pas des plus pratique dans cette version), tout ça dans le but de sauver des fillettes tout au long de 15 levels (répartis en 5 chapitres). Et ces fillettes, bien gentilles quelles sont, vous offriront des power-up (ainsi que de nouvelles armes) et de la santé car à la différence de Shadow Dancer, on ne meurt pas en un coup.


Pas d'intro
C'est à ce boss que vous êtes presque sur d'arrêter le jeu. Frustrant ;'(
et donc pas de scénario (je sais, c'est dommage) on retrouve par contre l'exact bonus-stage de la version Arcade, où à grand coup de shurikens et en vue subjective, on doit annihiler la menace ninja dans le but de gagner des vies. Une scène culte. Mais le problème dans tout ça, c'est que le jeu est super difficile à terminer, même si les premiers niveaux laissent penser le contraire. Le point culminant est le boss du 3e niveau (voir le screenshot ci-dessus) qui est presque infaisable, à moins d'avoir un gros coup de bol. Pire, si à ce même boss on perd une vie, on perd ses power-up et là, ça devient impossible. Déjà qu'il accuse un grand n'importe au niveau du design, ça en devient blasant. Alors entre nous, il est dommage qu'on soit freiné par ce boss quasi-imbattable (les suivants étant tout aussi chiants à battre) et rebuté par une musique toujours identique, car la réalisation est potable pour l'époque et le gameplay est carrément excellent. Une petite anecdote avant de terminer, avant de sortir sa Mega Drive (fin 1988 au Japon) et de faire comme Nintendo, chercher à conserver jalousement ses exclusivités, SEGA n'était pas vache. Pour preuve, Shinobi a été adapté sur NES par Tengen et sur PC-Engine par Asmik-Ace. Peu de temps après, devant la ferveur de Nintendo à vouloir enterrer le moindre concurrent, SEGA n'a plus fait de partenariat qu'avec NEC pour sa petite console, notamment avec les Wonder Boy.



Cet épisode de Shinobi Note
est le tout premier à avoir vu le jour, il est donc la base d'une saga appréciée et qui aura fait les beaux jours des consoles SEGA (notamment la Mega Drive avec Shadow Dancer, Revenge of Shinobi et Shinobi III). Ce premier opus, adapté de l'Arcade, est relativement fidèle, surtout lorsqu'on compare les performances du System16 à la petite console 8-bits de la marque. Au final on regrettera juste qu'on ait une unique musique pour tout le jeu et surtout que la difficulté ne soit pas adapté au secteur des consoles. Sans ces défauts et grâce à une ambiance et un gameplay unique à l'époque, on tenait là un hit pour une Master System qui cherchait encore son public. En fignolant son jeu, SEGA aurait pu nous livrer un grand titre.



Test réalisé par iiYama

avril 2008