Alien 3 (MS)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1992
Développeur : Probe Software
Editeur : Arena Software
Genre : action

Support : cartouche de 2Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 350Frs


Cette version d'Alien 3 est aussi disponible sur :




D'autres versions d'Alien 3 sont également disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Alien 3









Petite piqure
Comparons ce qui est comparable, cette version ne rivalise pas avec celle sur Mega Drive
de rappel, le premier Alien est né au cinéma en 1979. Classé "film d'horreur" (aujourd'hui il est dans la case science-fiction), il a fait un véritable carton en salle, ce qui a confortablement assis la licence pour l'avenir et a lancé la carrière de Sigourney Weaver. Réalisé par Ridley Scott (dont c'est l'un des plus grands films), il faudra attendre 1986 pour que James Cameron nous sorte Aliens (vulgairement appelé Alien 2), une suite plus explosive mais tout aussi angoissante. Et oui, James Cameron, le réalisateur prodige d'Hollywood qui nous a concocté Terminator II, Abyss, True Lies ou le récent Avatar, faisait déjà des films géniaux. Et ce n'est qu'en 1992 qu'on verra un 3e épisode montrer le bout de son acide xénomorphe. Cette fois réalisé par David Fincher, cet épisode controversé (il est le plus mou de la saga) aura donné lieu à quelques adaptations ludiques. Il faut dire qu'en 1979 et 1986, les consoles qu'on avait n'été pas terribles (au mieux c'était la NES car la Master System n'est sortie qu'en septembre 1987 en Europe), alors qu'en 1992, on avait toute la panoplie des machines de 4e génération. C'est donc avec un quasi naturel qu'on retrouve Alien 3 sur nos consoles préférées, les adaptations ciné/console ne datant pas d'hier, et dont voici le test Master System. Bien entendu je ne râlerai pas sur le fait que le scénario soit totalement occulté, on est sur 8-bits, pas sur Mega Drive. Malgré tout, une petite intro n'aurait pas fait de mal et une fin potable aussi, puisque celle-ci ne gratifie aucunement le pauvre joueur qui a souffert pour en arriver là. Bref c'est un vrai jeu "à l'ancienne" et le peu de scénario qui forme l'aventure, c'est en jouant qu'on le devine : c'est sur la planète-prison Fiorina 161, où sont enfermés les pires tarés de l'univers, qu'un EEV s'écrase, avec à son bord Ripley (ça on le sait du film). Mais dans le temps qui sépare le film du jeu, les Aliens ont investis les lieux et ont kidnappés tout le monde. A son réveil Ripley se retrouve seule et aura pour but de tous les sauver. C'est donc super léger. Si le film est basé sur le suspens, soyons clair, le jeu en est tout autre. Il faut dire qu'un jeu mou n'est pas vendeur et à l'époque, seule l'action faisait recette. Ce jeu s'appelle donc Alien 3 mais s'apparente plus à Alien 2.


Le but est
Les graphismes sont vraiment pas mauvais pour de la Master System
assez simple : on contrôle Ripley qui doit sauver un nombre défini de prisonniers. Les niveaux sont de plus en plus tortueux (c'est parfois de vrais labyrinthes), de plus en plus vastes et plus on avance, plus il y a de monde à sauver. Tout ça se passerait sans trop d'encombre si seulement les lieux n'étaient infestés d'Aliens (ils sortent du sol, tombent du plafond, il y a aussi des œufs et des facehuggers) et surtout, que le temps soit limité. En effet, si on arrive trop tard, les Aliens éclosent et les gars meurent, comme si en les touchant, Ripley pouvait les "guérir" de ça (faut bien faire un jeu me direz-vous). Et c'est ce temps limité, avec des Aliens toujours plus vicieux, qui rendra l'aventure particulièrement difficile. En parlant d'Aliens vicieux, cet opus Master System se table en grande partie sur l'excellent épisode Mega Drive mais propose quelques nouveautés (ou bugs) pas forcément bienvenus. Par exemple les Aliens traversent les étages en passant par les échelles (en fait ils tombent), ils déboulent sans prévenir donc on n'a pas le temps de riposter et on a même quelques ennemis bizarres qui sortent du sol ou du plafond, et qui nous agrippent (on dirait des bras Aliens mais comment savoir…). Donc le jeu garde une certaine difficulté, entre autre induite par le chrono, mais se révèle au final plus facile que son homologue 16-bits. Pour s'en sortir il faudra mémoriser chaque recoin et chaque emplacement de prisonnier. Le jeu n'est pas très long, il faut moins de 2h pour en arriver au bout mais on n'a ni sauvegarde, ni passwords pour espérer avancer sans apprendre le jeu par cœur et le plus bizarre, c'est que sur cette version, il faut entrer dans le menu des options pour pouvoir continuer. Pour nous sortir de cet enfer, Ripley est tout de même bien équipée : fusil d'assaut, grenades, lance-flammes et lance-grenades. La plupart des Aliens finissent en miettes rapidement mais certains sont résistants (2 grenades) donc malgré un arsenal explosif, il faudra faire attention, d'autant plus que les munitions sont limitées. Pour s'en remettre plein les poches, il faudra bien fouiller les niveaux (d'autant que certaines zones sont cachées).


Question prise en mains,
L'ambiance se table plus sur Alien 2 que 3. Tant mieux, l'action y est explosive
on retrouve les mêmes petits soucis que sur Mega Drive, cette fois empirés. La Master System n'ayant que 2 touches d'action, pour switcher entre les armes il faut se baisser et presser "saut". Etrange manip' mais si c'est toujours mieux que de passer par le bouton pause, qui se trouve sur la console. Ripley est assez agréable à manier mais pose de gros soucis pour les sauts. Elle fait des "jumpmoon" incontrôlables (pire que sur 16-bits, c'est dire), et comme les Aliens apparaissent façon pop-up (c'est-à-dire sous notre nez), la jauge d'énergie tombera vite à plat. A côté de ça, on peut tirer en vers le haut (ce que la version Mega Drive ne permet pas) et globalement on retrouve le même gameplay que son homologue, à savoir que l'action est explosive au possible ! Laminer de l'Alien à pelle est vraiment fun et ramène, comme je le disais, au film Alien 2. Côté réalisation, les graphismes ne sont évidemment pas comparables à la version Mega Drive, mais restent très propres pour de la Master System (même si je n'ai pas bien compris d'où sortaient les "boules" qui jaillissaient des Aliens qu'on vient de tuer). Il y a peu de gros bugs et on retrouve les mêmes décors que dans l'autre version. D'ailleurs, si l'action se base sur Alien 2, les décors sont tout de même repris d'Alien 3. On retrouve la fameuse prison, la boucherie, l'infirmerie, la fonderie et même les cavernes Aliens au décor si particulier. Les environnements sont donc peu variés (comme le bestiaire finalement) mais suffisent. Quant aux couleurs, pour un jeu Master System c'est assez détaillé et coloré. On a vu bien pire. L'animation par contre, souffre de gros ralentissements et de clignotements, un grand classique de cette génération de consoles. Mais dans sa globalité, cette version est très aboutie et on retrouve même les Reines Aliens en tant que boss (le sprite est en plus d'une bonne taille). Enfin le son possède des bruitages classiques à la console (à base de zip-zip et de boup-boup). Ne cherchez pas à comparer la puissance dévastatrice de la version 16-bits, ça n'a rien à voir. Pourtant difficile de lui en vouloir, pour un modeste support 8-bits ça reste très correct. Pareillement, on retrouve les mêmes thèmes, évidemment passés à la moulinette Master System. Le charme n'y est plus, forcément.



Alien 3 Note
sur Master System est un excellent jeu. J'ai d'ailleurs découvert la licence avec cet épisode-là et je le trouve toujours aussi abouti. Bien sûr il faut comparer ce qui est comparable (par exemple, il serait indécent de comparer un jeu Mega-CD à un jeu Saturn) et cette version n'a pas à rougir de son statut. Sur la petite 8-bits de SEGA, Alien 3 est sans doute l'un des meilleurs jeux d'action.



Test réalisé par iiYama

octobre 2010