World of Illusion (MD)

 






Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 1992
Développeur : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : plate-formes

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : US (NTSC)
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté (solo) :
Difficulté (coop) :
Multi-joueurs : 2 joueurs en coop'
Titres alternatifs : I Love Mickey & Donald : The Mysterious Magic Box (JAP)
Prix au lancement : 400Frs





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

World of Illusion

starring Mickey Mouse
and Donald Duck



Finalement,
Les univers de Disney sont bien exploités, comme ici Alice au Pays des Merveilles
rares sont les jeux à réellement marquer leur temps, au point que 20 ans après leur sortie, on les cite encore comme référence d'un genre. Pourtant en 1990, un certain Castle of Illusion offrira à la Mega Drive l'un de ses plus grands et de ses plus mythiques jeux, d'autant plus sur une console mal-jugée et surtout mal maitrisée. Ainsi ce fut l'un des best-sellers de la 16-bits de SEGA, au même point qu'une version Master System (et Game Gear) tout aussi bonne (à support respectif bien entendu). Le succès fut tel que justement, les 8-bits de la marque ont accueillies Land of Illusion en 1992, quand la Mega Drive accueillait le présent World of Illusion. Suivront le tardif Legend of Illusion, certains inclue l'excellent QuackShot à la série, pour arriver jusqu'au récent Epic Mickey : Power of Illusion. Mais le jeu qui nous intéresse ici, est bien World of Illusion, sorti en décembre 1992 sur Mega Drive. A cette date, la console a enfin trouvé son public (merci Sonic !) et passe en vitesse de croisière et ce malgré la sortie de la Super Nintendo. On notera par ailleurs que ce Noël '92 est sans doute le plus prolifique de la console avec la sortie massive de hits, parmi les plus marquants de la machine comme Sonic 2, Alien 3, Kid Chameleon ou les indémodables Street of Rage 2 et Street Fighter II'. Bref, la pièce manquante à cette belle panoplie est bien évidemment ce nouvel épisode des aventures de Mickey, à laquelle j'ajoute le bien peureux Donald, histoire de justifier le mode coop'.


Au lancement du titre,
Jouer avec Mickey, Donald ou à 2 en coop' change certaines parcelles de l'aventure ainsi que l'épilogue
nous avons une sympathique intro pleine de magie, et on y découvre un Donald bien curieux qui, attiré par une boite étrange, disparaitra mystérieusement, suivi par Mickey venu l’aider. Enfermés à l'intérieur de cette "magic box", ils découvrent un monde fait d’illusions, créé par un magicien aux traits de Pat Hibulaire. Il est intéressant de voir qu'on ne nous livre pas l'histoire du jeu uniquement par le biais de la notice (comme ça se faisait beaucoup) et pour mieux nous servir un liant entre les niveaux, après chaque boss les 2 compères lisent un livre de magie qui nous inculquera le "tour" suivant (et qui donc, sera mis à contribution dès le début du niveau suivant). On notera aussi que la fin est mignonette comme tout et change même selon qu'on joue seul ou en coop'. Car la grande force de World of Illusion, c'est de proposer un jeu aux variables multiples. "Monde des illusions" oblige, nous avons donc quelques parcelles de niveaux aléatoires (même si ce sont toujours des bouts de niveaux connus). Mais le plus intéressant reste sans conteste le fait qu'on puisse jouer seul avec soit Mickey, soit Donald, ou alors à 2 en coop'. Selon votre choix, certains passages seront différents ce qui "volumise" une durée de vie au premier abord très faible. En effet, les rageux qui se frottent à ce titre aujourd'hui et lui mettent des notes inacceptables, ont oubliés 2 choses : déjà à l'époque un jeu qui durait une heure à peine, était chose courante. Les jeux d'action tels que Metal Slug, Contra III ou MERCS, ne durent guère plus. Il en va de même pour les beat-them-all comme Final Fight, Street of Rage ou Robo Army et les jeux de plate-formes datant de cette période comme Duck Tales, Blue's Journey, Toki ou James Pond II. Alors pourquoi chercher à descendre World of Illusion pour sa durée de vie ? Est-ce bien objectif ? Je ne pense pas, non...


Mais là où le
Le gameplay propose quelques originalités plutot bien vues
jeu mettant en scène Donald et Mickey fait mieux, c'est sur ces variantes de niveaux. En effet, il est toujours agréable de parcourir le jeu 3 fois, pour voir les levels exclusifs à chacun ainsi que les (légères) modifications de l'épilogue. On constate d'ailleurs assez vite que le jeu est nettement plus difficile en solo qu'en coop'. Normal vous me direz, si ce n'est qu'à 2 il est vraiment facile, quand seul, certains passages peuvent poser problème. Malgré tout on apprécie que même en coop', on laisse le Player 1 choisir son personnage et qu'on peut configurer les touches indépendamment pour chaque joueur. En solo, World of Illusion se comporte comme un jeu de plate-formes assez classique (le digne successeur de Castle of Illusion) à la différence que nos personnages manient une cape de magicien pour faire disparaitre les ennemis, au lieu de leur sauter de dessus, le popotin en avant. Mais encore une fois, le vrai plaisir est de jouer en coopération où l'entre-aide est essentielle. Sauter avec des bascules, tirer Donald dont le fessier ne passe pas certains passages étroits, un personnage peut sauter sur les épaules de l'autre afin d'atteindre des endroits autrement inaccessibles et celui qui est le plus haut, peut hisser son partenaire grâce à une corde. En clair, lorsqu'on joue à 2, il faut vraiment seconder son coéquipier sous peine de ne plus pouvoir avancer, ce qui était original à une époque où les modes 2 joueurs étaient généralement compétitifs. Enfin dernière partie du gameplay, il faut savoir qu'à 2 les vies sont communes et qu'on ne démarre pas avec la santé complète (contrairement au solo), ou que plus généralement, le jeu impose quelques phases originales comme ce vol sur un tapis (Aladdin ?) ou ce passage aquatique enfermé dans une bulle d'air.


Si bien sûr
C'est pas le plus beau ou le plus impressionnant jeu de la console, mais la direction artistique est superbe et c'est coloré
on retrouve les personnages les plus connus du monde de Mickey (Pat, Goofy, Riri, Fifi, Loulou, Daisy...) les développeurs en ont aussi profité pour nous faire voyager au pays de Disney. En effet, les références sont très nombreuses et les plus notables ramènent notamment à Alice au Pays des Merveilles, Merlin l'Enchanteur et la Petite Sirène (d'autres références sont faites, entre autre, à Aladdin ou Pinocchio). Les niveaux sont étonnement variés et originaux, même si la bibliothèque et le monde des gâteaux sont très similaires à Castle of Illusion. Il n'empêche qu'on est très loin de jeux comme Chakan ou Decap'Attack (qui sont extrêmement ternes et pauvres en coloris), puisqu'ici les décors sont étonnamment colorés. On appréciera également des animations fluides et un sacré respect du design original de Disney. World of Illusion est donc un jeu mignon tout plein et enchanteur, même si paradoxalement, il n'y a rien d'exceptionnel. En effet, il n'y a qu'un plan de parallaxe, quelques distorsions (mais l'effet n'est pas nouveau sur Mega Drive), le scrolling est relativement lent (tout comme nos personnages) et surtout, en coop' le jeu subit de gros ralentissements. Et la question du 60hz ne se pose pas puisque mon jeu est américain. Enfin, la partie sonore est forcément "gnan-gnan", tout à fait à l'image de l'univers de Disney. Les compositions sont donc assez simplistes, souvent joviales, mais la qualité est au rendez-vous, ce qu'on appréciera forcément sur une console habituée à nous faire de la soupe acoustique. Les bruitages sont assez basiques et nous avons également quelques voix digitales assez bien retranscrites.



World of Illusion Note
fait parti de ces jeux mythiques dont seule la génération 16-bits a su nous abreuver. Nous en parlions il n'y a pas si longtemps que ça : les jeux actuels sont souvent géniaux mais il est clair que ce sont ceux de "l'âge d'or du jeu vidéo" (ceux sur 16-bits donc) qui nous auront le plus fait rêver. Evidemment, ceux qui ne l'ont pas connu (cette génération) ne peuvent pas vraiment comprendre ça, ni même l'admettre, et il n'est pas exclu que nous aimions autant ces jeux parce qu'ils ont fait notre enfance/adolescence. Il faut aussi avouer que les temps ont beaucoup changé puisqu'aujourd'hui, les jeux "fast-food" se consomment vite et s'oublient vite, alors qu'à l'époque, lorsqu'on avait la chance d'avoir un nouveau titre, on y jouait peut-être 20 ou 30 fois dans l'année (ce qui est impensable de nos jours, même avec un jeu aussi court que celui-ci). Tout ça pour dire que nous sommes en présence d'un ces titres majeurs, qui ne peuvent être vraiment apprécié que par celles et ceux qui l'ont connus il y a plus de 20 ans de ça (bien sûr il ne faut pas exclure les esthètes qui savent se remettre dans le contexte historique d'un tel titre... mais ils/elles sont trop rares). Ceux qui viennent pester contre la durée de vie, avouons-le assez faible, ne se rendent sans doute pas compte qu'il y a vraiment 3 façons de l'arpenter (en solo avec Donald, puis avec Mickey, puis en coop' à 2 joueurs) ce qui ne change pas le jeu du tout au tout, mais apporte suffisamment de nouveautés pour se replonger avec plaisir dans cet univers coloré et bon-enfant. Si bien sûr les ralentissements ou la relative lenteur du jeu peuvent gêner, c'est surtout la variété des décors et une bonne coloration qui nous ont séduit. Ce n'est pas le plus beau jeu de la console (rien que Sonic 2, sorti à la même période, fait infiniment mieux !) mais difficile de ne pas être enchanté par ce "monde des illusions", qui profite en plus de quelques trouvailles de gameplay bien senties. C'est vrai, on a mis très longtemps avant de tester ce jeu (culte pour beaucoup d'entre nous !) cependant la magie opère toujours. Loin d'être aussi vitaminé qu'un Sonic, pas aussi ingénieux et long qu'un Mario World, il n'empêche qu'il nous a transporté en toute simplicité dans son monde féérique à la violence édulcorée. Si personnellement, je n'aime vraiment pas les univers de Disney (et oui, il en fallait bien un et c'est tombé sur moi) on reconnait avoir une tendresse particulière pour ce jeu-là.



Les -

  • Un peu lent, même en 60hz
  • Trop facile en coop'
  • Les +

  • Gameplay simple et efficace
  • Multiples facettes du jeu
  • Bande-son mignonne
  • Agréablement varié
  • Joli et coloré


  • Test réalisé par Aquel & iiYama

    octobre 2013