Thunder Force II (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1990
Développeur : Techno Soft
Editeur : SEGA
Genre : shoot-them-up

Support : cartouche de 4Mb
Version testée : Américaine (NTSC)
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : TF2
Titres alternatifs : Lightning Force 2 / Thunder Force II MD
Prix au lancement : 400Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Thunder Force II









La licence Thunder
L'alternance de vue est originale
Force est né en 1983 sur divers micro de l'époque. Ceci dit, elle a eu un joli succès à tel point qu'en 1985 est sorti Thunder Force Construction, où, sur le base du jeu originel, on pouvait créer ses propres maps. Thunder Force est un shoot très classique, avec un scrolling vertical (comme Raiden), des graphismes antédiluviens, un gameplay banal, bref un shoot de plus. Mais Techno Soft (qui n'a pas fait que du Thunder Force contrairement aux idées reçues) n'a pas laché la licence et revient avec Thunder Force II en 1988, sorti sur Sharp X68000, un puissant PC 16-bits de l'époque. En octobre 1988, SEGA sort au Japon sa Mega Drive, avec un Hardware issu de son fameux System16 (un hardware Arcade). Usant des mêmes composants que le X68000 (dont notamment le fameux CPU 68000 de Motorola), Techno Soft décide d'adapter le jeu à la console la plus puissante du moment (à ce propos, au Japon on l'appelle Thunder Force II MD, preuve d'un portage nominatif). Et c'est bien là que la licence phare du shoot et de la Mega Drive, va prendre son envol. Thunder Force II est un shoot orignal puisqu'il alterne les vues de dessus (comme le premier Thunder Force) à des vues de profil. En vue de dessus (autrement appelée "top view"), on ne peut pas dire que c'est un pur shoot vertical car la direction du scrolling n'est pas imposée, elle suit la croix directionnelle. Originalité de taille puisqu'un sentiment de liberté s'offre alors. D'ailleurs suivant cette sensation d'ouverture, le level n'est pas cloisonné mais tourne en rond (comme si on volait au dessus d'une énorme boule). Le changement d'orientation est instantané, ce qui fait un peu déroutant de prime abord mais on s'y fait vite, d'autant que c'est ce côté "nerveux" du scrolling qui rend l'action si impulsive. Armé de tirs longue portée pour détruire les ennemis aériens et de tirs courte portée pour les cibles au sol, votre mission est d'atomiser les bases de la zone.



 

La plus grande originalité de Thunder Force II est d'alterner les 2 principales vues d'un shoot classique :
vue de dessus (top view, sur les niveaux impairs) et vue de profil (side view, sur les niveaux pairs)


Extrêmement difficiles,
La difficulté est vraiment hardcore :(
ces phases vous feront vous arracher les cheveux de la tête et perdre tous vos continues. Malgré tout elles restent intéressantes, notamment à cette époque où la concurrence était assez restreinte sur le support avec en plus un manque d'innovations dans un genre qui s'enlise déjà un peu. On possède 2 armes de base (tir de face et tir arrière) upgradables de 5 autres trouvées en chemin, histoire de mieux se défendre dans cette jungle agressive. On trouve déjà les fameux drones rotatifs (les "claws" qui nous protègent et augmentent la puissance de tir) et on peut aussi trouver un bouclier de protection. Véritablement impressionnant et novateur pour l'époque, l'armement est en plus varié. Graphiquement, ce n'est pas bien beau. Relativement pauvre en couleurs, très redondant, seuls les détails (assez nombreux), sauvent le tout. Mais la comparaison avec la version X68000 n'est pas flatteuse. Sur la machine de Sharp, les sprites sont plus gros et les décors sont largement plus détaillés (notamment sur les étendues d'eau). Malgré tout, la récente console de SEGA (qui est loin d'être pleinement exploitée) ne s'en sort pas si mal, avec notamment un petit regain d'innovations sur la fin du jeu, qui permet d'avoir (enfin) des décors un peu plus diversifiés. Mais il n'y a rien d'exceptionnel et on notera également l'absence totale d'effets graphiques. En vue de profil (aussi appelée "side view"), on change complètement la donne. Ces phases sont plus intéressantes car elles sont moins difficiles et techniquement plus abouties (bien que plus classiques). Piochant dans les grands titres du genre comme R-TYPE, Thunder Force II propose un shoot horizontal assez nerveux, mais graphiquement pauvre. Car en vue de dessus comme de profil, il est vrai que ce ne sont pas les graphismes qui frapperont le joueur, bien au contraire. La jouabilité est très efficace (bien que la vitesse du vaisseau ne soit pas réglable, ça reste parfaitement jouable) et l'action est ultra soutenue.


A disposition,
Les graphismes ne sont pas terribles mais certaines musiques sont carrément géniales
nous avons 5 nouvelles armes (véritablement impressionnantes pour l'époque et différentes de celles en vue de dessus), le même bouclier de protection (qui encaisse 3 chocs à notre place) et toujours nos drones rotatifs qui seront d'une aide précieuse. Et on en aura bien besoin, parce que les ennemis seront de plus en plus agressifs et les boss imposent une taille plus qu'honorable. Sur la question technique, ici non plus la Mega Drive ne brille pas. Encore une fois moins détaillés que sur X68000, les décors sont un peu fades et vides. Et ici non plus, il ne faut pas chercher un quelconque effet graphique pour egayer le tout (il faut dire qu'on parle d'une adaptation initialement sortie en juin 1989 au Japon... ça peut se comprendre). Par contre dans les 2 cas (side view et top view), l'animation est vraiment impeccable. Les bugs sont rares et le moteur graphique encaisse un joli nombre d'ennemis sans broncher. Côté son, si les bruitages paraissent très "plastiques", les musiques, dans un style Electro très mélodieux, sont vraiment magnifiques ! Les compositions de Tohomi Ohtami, véritable artiste aux musicalités électroniques encore jamais entendues à cette époque, apportent une ambiance toute particulière. Il est d'ailleurs dommage que ces musiques ne soient pas accompagnées de bruitages plus explosifs et d'une programmation du chip sonore digne de ce nom. Car les FX sont un peu en sourdine et ont tendance à saturer le CPU qui coupe alors des bouts de musiques. Ça gâche un peu le plaisir. Malgré ces défauts, on accroche car certaines pistes sont vraiment exceptionnelles !




Ayant tout Note
d'abord le jour sur Sharp X68000 (un micro-ordinateur 16-bits) en novembre 1988, Thunder Force II fut ensuite adapté sur Mega Drive et il a mis 2 ans pour arriver sur la version Européenne de la console de SEGA. Il accompagna d'ailleurs son lancement sur le territoire PAL, faisant même parti des meilleurs titres de son misérable line-up (heureusement pour elle, la console s'est vite doté en bons jeux). 10 armes originales, une bande-son rythmée, des phases alternées... Thunder Force II innove et écrase la maigre concurrence d'une console qui cherchait (à ses débuts) son public. Evidemment cette version ne tient pas la comparaison avec celle d'origine (comme par exemple les voix digits, autrefois sympas, ici affreuses, ou l'intro qui a été amputée) mais il faut prendre en concidération que la Mega Drive est moins puissante que le X68000, elle est moins bien dotée niveau DSP, elle vient juste de sortir et elle est encore loin d'être pleinement exploitée. En conclusion, si aujourd'hui on trouve les graphismes un peu moches, Thunder Force II reste un shoot d'anthologie, à la bande-son qui fait encore date (certaines musiques sont vraiment hypnotiques). Il est la parfaite prémice à ses fabuleuses suites, l'épisode intermédiaire qui marie l'ancien gameplay en "top-view", à ses séquelles uniquement en "side-view".




A savoir : cliquez pour ouvrir



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : juillet 2010)