Streets of Rage (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : aout 1991
Développeur : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : beat-them-all

Support : cartouche de 4Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : SOR
Titre alternatif : Bare Knuckle : Ikari no Tekken (JAP)
Prix au lancement : 400 Frs
Score des ventes : 2.6 Millions (MD)


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Streets of Rage









Véritable titre
Les graphismes sont sommaires mais la bande-son est excellente et c'est sacrément fun
culte pour la Mega Drive, Streets of Rage est le premier gros beat-them-all de la console. Nommé Bare Knuckle au Japon, il a été développé par des membres de la Team Shinobi (qu'on a connu plus tard sous le nom de SEGA AM7 et plus tard Overworks), déjà responsable de Shadow Dancer, The Revenge of Shinobi ou encore Altered Beast. Il ne faut évidemment pas s'étendre sûr le scénario qui est on ne peut plus bidon : les rues sont infestées de loubards en tout genre et un jour une bande de potes décide de s'attaquer à la source même du problème : Mister X. C'est alors la descente aux enfers avec des gueules à péter par centaines. Streets of Rage est beat-them-all fortement inspiré par Final Fight, l'incontournable hit de Capcom sur Arcade. Le panel de coups est assez restreint mais il suffit amplement. En plus en guise de coups spéciaux, on a droit à un tir venant qu'un collègue flic, qui a pour but de nettoyer l'écran de tous les ennemis (hors boss, bien sûr). La jouabilité s'avère précise et réactive. 3 persos sont au choix, et ils ont évidemment des facultés et vitesse diverses : le black est lent mais frappe fort, la fille est rapide mais un peu faible, quand le blondinet est l'équilibre des 2. On a bien entendu la possibilité de jouer à 2, une précision de taille lorsque la concurrence (Final Fight sur Super Nintendo, ne pouvait être jouable que seul) en était incapable. Et un beat-them-all, seul, ça manque un peu de gout vous ne trouvez pas ? Graphiquement, ce n'est pas ce qu'on a vu de mieux mais la Mega Drive dans ces heures sans concurrence (de 1989 à 1991) ne proposait que des jeux assez moches et inintéressants. Ainsi notre Streets of Rage fait clairement parti du haut du panier, l'un de ces rares jeux sortis avant l'immense succès de Sonic et de la Super Nintendo, qui réussissait à nous offrir une réalisation à peu près digne de son support. L'animation est assez mal décomposée mais se rattrape en gérant des dizaines d'ennemis simultanément et ce, sans ralentir. Pour cette super production dans le style baston de rue, SEGA s'est payé les services d'un des meilleurs musiciens ludique : Yuzo Koshiro. Et la bande-son est impressionnante. Les bruitages sont efficaces (les voix par contre sont assez cracheuses) et les musiques, dans un style Electro, sont superbes. Rythmées et possédant de solides mélodies, les musiques accompagnent parfaitement l'ambiance sombre du titre.



Pour l'anecdote, Note
je me souviens de Streets of Rage comme l'un de mes premiers jeu sur Mega Drive (j'ai acheté en ce Noël 1992 un pack contenant la console, 2 pads, ce jeu et le premier Sonic). Ce Noël-là sortait Streets of Rage II, Sonic 2 et Thunder Force IV. Autant dire qu'il y avait de quoi dépenser et de quoi s'éclater sur la 16-bits de SEGA, la console étant au point culminant de sa carrière. Toujours est-il que j'ai tout de suite accroché à ce premier Streets of Rage grâce à son style nerveux, efficace, ses excellentes musiques et sa réalisation très propre, finalement assez loin des productions bien pauvres dont la console nous abreuvait depuis son lancement.



Test réalisé par iiYama

mai 2005