Sonic 3 (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 1994
Développeur : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : plate-formes

Support : cartouche de 16Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Prix au lancement : 400 Frs
Score des ventes : 1.8 Millions


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Sonic 3

The Hedgehog



Je le reconnais,
Sonic 3 propose un vrai mode 2 joueurs et un système de sauvegardes. Pour le reste, cet opus est au fond très classique
j'ai longtemps dénigré Sonic 3 par rapport au 2, essentiellement à cause de sa difficulté et de sa médiocre bande-son. La première version de mon test datait de 2005 et j'ai longtemps subi le contre-coup de lecteurs mécontents de mon avis. 3 ans plus tard, comme certains ont dû le remarquer, je me suis affairé à réécrire les tests des 4 grands Sonic (ceux sur Mega Drive), estimant qu'aujourd'hui mon oeil était plus avisé, mon point de vue plus objectif. Et force est de constater qu'à l'époque déjà je n'avais pas tort. Mais avant de voir ça en détails, il faut savoir que Sonic 3 et Sonic & Knuckles ne devaient former qu'un seul et unique jeu. Mais ils furent séparés pour plusieurs raisons. Tout d'abord pour des raisons de planning : Sonic 3 était fini mais pas le Sonic & Knuckles, qui aura pris bien plus de temps à cause de ces multiples facettes. Ensuite pour des questions de longueur. Sonic 3 offre déjà une aventure déjà assez longue et s'il était resté couplé au Knuckles, il aurait été trop long. Enfin pour une raison technique, puisque Sonic 3 + Sonic & Knuckles auraient peser 32Mb sur la balance. A l'époque, ces grosses cartouche de 32Mb/4Mo coûtaient très chères alors est venu à l'esprit des développeurs de scinder l'aventure en 2, et de faire du Sonic & Knuckles l'opus le plus polyvalent de la série. On peut d'ailleurs trouver le nom de certains niveaux de Sonic & Knuckles dans le Level Select de Sonic 3 (accessible via un code presque impossible à réaliser). A présent, entrons dans le vif du sujet. L'histoire nous raconte qu'à la fin de Sonic 2, le Death Egg du Dr. Robotnik est détruit et s'écrase sur Angel Island, là où on trouve l'émeraude mère, une émeraude aux propriétés incroyables qui permettrait au savant fou de reprendre le dessus. Mais pour ça il doit faire face à son gardien : Knuckles. Mais Robotnik a plus d'un tour dans sa boite à outils et il dupe Knuckles, lui faisant croire que les méchants, c'est Sonic et Tails. Sonic débarque sur Angel Island en se la pétant (en Super Sonic en fait) mais Knuckles aura vite fait de le remettre à sa place en lui volant les 7 émeraudes précédemment dérobées. On rencontrera Knuckles à plusieurs reprises, qui nous fera à chaque fois un sale coup... Pour une fois, on ne peut pas dire que SEGA n'a pas fait d'efforts. L'écran titre s'ouvre avec un Sonic en images de synthèses qui se roule en boule (c'est bref mais joli) et il y aura toujours une corrélation entre 2 niveaux (bien souvent, c'est Knuckles qui nous fait une crasse). Tout ça pour dire que la licence arrive enfin à maturité et qu'elle essaie de maintenir une certaine cohérence dans le déroulement des niveaux. On ne se retrouve pas dans un level aquatique juste comme ça, parce que ça fait bien. Il est d'ailleurs bon de souligner que les niveaux s'enchaînent les uns sur les autres. Ça ne parait presque rien mais ça apporte beaucoup de crédit au déroulement de l'aventure. Maintenant ne vous attendez pas à des miracles non plus. Même s'il y a une petite intro, elle n'explique en rien le scénario (pour ça, il faut encore une fois lire le notice) et la fin est décevante. On reste sur les rails de la série en somme...



 

Sonic 3 propose 2 types de bonus-stages : à gauche on y accède via des anneaux géants et on y récupère les émeraudes du chaos. A droite, on y accède via les barres de checkpoints et on obtient uniquement des bonus


Pour la première
La scénarisation est (comme toujours) minimaliste mais le peu qui est proposé, est déjà le bienvenu
fois dans un Sonic, le jeu est automatiquement sauvegardé à la fin de chaque zone. Le système de sauvegarde est en plus compatible avec Sonic & Knuckles. Il faut dire que l'aventure est longue et difficile. On a 6 blocs de sauvegardes, qu'on peut aussi effacer au besoin. En choisissant son bloc on choisit aussi de jouer avec Tails, Sonic ou les 2. Comme je le disais à l'instant, Sonic 3 est difficile. Difficile parce que les pièges sont bien souvent vicieux. Il n'est pas rare qu'un bumper difficile à éviter vous propulse droit sur des piques ou encore qu'on soit poursuivit par un mur géant qui tente de nous écraser. On a intérêt, dans ce dernier cas, à être précis et rapide car bonjour le stress. Vous voyez le genre ? Et c'est comme ça tout au long du jeu. Du coup la difficulté monte en flèche avec comme toujours un point culminant pour le boss final, qu'on affrontera sous 3 formes différentes à la suite (heureusement que cette fois on a des anneaux). Autre critique, peut-être moins gênante cette fois, Sonic 3 emprunte beaucoup d'idées à ses 2 prédécesseurs : les toboggans de la Labyrinth Zone, les roues accélératrices issue de la Scarp Brain Zone, les pics de glace qui tombent du plafond et forment des passerelles (Marble Zone), j'en passe et des meilleurs. Peu originale, on a aussi la zone du carnaval qui est fortement inspiré du Casino de Sonic 2, mais qui souffre ici de levels longs, péniblement ardues et avec en plus, une musique lourd-dingue. D'ailleurs, en comparaison avec ses prédécesseurs, on trouvera souvent les niveaux trop longs, ce qui peut être rébarbatif. Heureusement que s'arrête là les critiques pour ce chapitre, car ça pèse déjà assez comme ça sur le plaisir de jeu. Nouveau Sonic veut forcément dire nouveaux mouvements et nouveaux gadgets. En plus de toute la panoplie déjà découverte dans Sonic 2, nos héros feront de la tyrolienne, du trapèze, des voyages à bord de toupies volantes ou encore ils actionneront d'étranges mécanismes à rouleaux. On peut aussi jouer avec le panneau de fin de level pour le placer où on veut et qui sait, peut-être faire apparaître une boite. C'est pas nouveau, ça sort d'une des versions Master System mais ça reste sympa. Les interactions vont aussi bon train comme pousser un caillou pour libérer un passage (ça n'arrive qu'une seule fois mais ça c'était plus vu depuis le premier Sonic), on cassera des pierres, on se frayera parfois un passage à la force du spin-attack... bref SEGA a voulu rendre son Sonic le plus actif possible et ce n'est pas un mal. Et les nouveautés ne s'arrêtent pas là. Sonic 3 dispose d'un "vrai" mode 2 joueurs et si les sprites sont tout petits, ils restent nettement plus lisibles que lors de la version écrabouillée de Sonic 2. 5 niveaux ont été créés spécifiquement pour ça (Azure Lake, Balloon Park, Chrome Gadget, Desert Palace et Endless Mine). Un petit détail amusant dans le nom des niveaux : ils permet de déterminer de A à E la facilité de celui-ci. Ainsi, Azure Lake se finit plus vite qu'Endless Mine. Autre nouveauté, on a enfin de nouvelles boites dont celle à l'effigie de Robotnik. Vous vous en doutez, faut les éviter celles-là.




Sonic 3 propose un vrai mode 2 joueurs mais à l'image de
son prédécesseur, l'intérêt du jeu est dans son mode solo


En parlant de lui,
Sonic 3 est au dessus du lot pour une Mega Drive souvent sous exploitée mais comparé à Sonic 2, la réalisation est en baisse
chaque niveau aura un affrontement contre un boss. Au premier des 2 levels, Eggman nous enverra un robot faire son boulot et au second, c'est lui-même qui se présentera. J'ai par contre trouver misérable que les boites où sont enfermés les animaux, nous délivrent 3 bestioles et demi. On a l'impression de s'être fait chier à traverser tout le niveau pour rien. Où sont passés les dizaines d'animaux qui en sortaient à l'époque ? Bref... Grosse nouveauté, on dispose à présent de 3 nouvelles bulles : eau, feu et électrique. La bulle d'eau permet de faire un rebond et nous évite de prendre des bulles d'air sous l'eau. La suivante nous permet de faire une boule de feu et on reste insensible aux flammes. La dernière, ma préférée, attire les rings comme un aimant et offre la possibilité d'avoir un double-saut. Si la bulle d'eau semble la moins sympa (encore que, ne pas être obligé de prendre ses satanés bulles d'air, aide agréablement lors des niveaux aquatique), il faut savoir que les 2 autres n'aiment pas l'eau. En contact avec celle-ci, elles disparaissent. Jouer avec Sonic vous permettra de profiter des pouvoirs spéciaux des bulles, ce dernier ayant aussi une attaque éclair en re-pressant "saut" en l'air. En jouant Tails, les bulles redeviennent classiques même si elles gardent leur fonction première (attirer les anneaux, pas besoin de respirer sous l'eau ou immunité aux flammes) mais en contre-partie Tails peut voler un court instant. Le choix est d'autant plus délicat, le mieux étant de faire le jeu 2 fois pour tout découvrir. Et dans les 2 cas, les bulles font rebondir les tirs ennemis. Ça c'est chouette. Enfin, dernière grosse mise à jour : les bonus-stages sont tout nouveaux et au nombre de 2. Si on passe avec 50 rings (ou plus) sur une barre de checkpoints, un halo d'étoiles se forme comme dans Sonic 2 et on peut accéder au bonus-stage du distributeur. Dans celui-ci on est enfermé dans un tube avec en haut, un distributeur géant. En sautant via les bumpers latéraux, on peut libérer des bulles, des vies supplémentaires ou des lots de 10 rings. L'autre bonus-stage est plus difficile à trouver car il faudra, à l'image du premier Sonic, traverser un anneau géant, qui se trouve généralement caché dans le décor. Ces bonus-stages totalement nouveaux et qui se nomme Blue Sphere (ref. Sonic & Knuckles) sont en pseudo-3D. Sonic (ou Tails) parcourt une espèce de boule géante et doit récupérer les boules bleues sur son chemin. Un quota est imposé et une fois accompli, l'émeraude est à vous. Au passage, si vous récupérez 50 rings, vous aurez un continue. Les difficultés dans ces stages sont nombreuses. Tout d'abord, toute boule bleue prise, se transforme en boule rouge et les boules rouges vous font quitter immédiatement le niveau. Ensuite le niveaux est quadrillé ce qui dans un premier temps, troublera votre façon d'appréhender le niveau, les virages sur 90° à gauche ou à droite étant assujettis au quadrillage. Enfin, le scrolling défile de plus en plus vite, à tel point qu'il vaut mieux ne pas traîner car ça devient vite infernal. Ceci dit, ces niveaux sont bien moins difficiles que dans Sonic 2, les émeraudes étant cette fois attrapables, si on est patient, adroit et qu'on trouve ces fameux rings géants. Il est d'ailleurs agréable que ces bonus-stage ne demandent pas de minimum de rings et ne nous suppriment ni notre pécule, ni notre bulle une fois revenu au jeu.




On dispose désormais de 3 types de boules : feu, électrique et eau


Contrairement à Sonic 2
A une ou 2 exceptions près, les musiques sont minables à souhait. C'est la grosse déception de cet épisode :(
tous les niveaux sont magnifiques (même celui du Casino), cette suite ne peut pas en dire autant. Des niveaux comme le Carnaval ou le dernier monde (Launch Base Zone) sont peu détaillés et peu attrayants. Les 4 autres niveaux sont par contre très beaux. Il y a toujours plusieurs chemins possibles pour arriver à la fin du parcours, et le jeu est toujours aussi rapide. Le scrolling est d'une rapidité à faire peur des fois. Et je dirai même mieux, les ralentissements sont désormais très rares. La taille de la ROM a doublée et a servie à nous faire un jeu techniquement à la hauteur de sa réputation avec des zooms, des rotations, des transparences, des distorsions et comme toujours, plusieurs parallaxes. Les animations de Sonic et de Tails sont plus fluides, plus variées et il faut d'ailleurs signaler que tout le design a été revu (ennemis, boites...), nos héros compris. Les bonus-stages à émeraudes sont soumis aux effets de zooms et de rotations et à l'époque, ils étaient impressionnants. Malgré tout et même si je suis le premier à dire que Sonic 3 est un très beau jeu, il faut reconnaître qu'il est en perte de vitesse par rapport à son prédécesseur qui, hormis un Oil Ocean Zone un peu basique, nous dévoilait des décors extraordinaires et particulièrement beaux. Cependant, Sonic 3 reste quand même l'un des plus beaux titres de la Mega Drive, et surtout l'un des plus rapides. Enfin côté son, on retrouve comme toujours les bruitages significatifs à la série comme celui de la spin-attack, les bumpers ou celui lorsqu'on tue un ennemi. Malheureusement, encore plus en perte de vitesse que l'image, le son a été bâclé dans cet épisode car les autres bruitages, ceux qui ne sont issus d'anciens épisodes, sont cracheux et manquent clairement de qualité. Le pire étant quand même les musiques. Anciennement au sommet de son art, Sonic est désormais affublé de pistes généralement pourries. On retiendra la musique du premier niveau qui est sympa, celle des boss aussi et surtout celle du niveau du Ice Cap Zone qui est vraiment jolie. Après il faudra faire avec des tracks mauvais, sans inspiration et aux mélodies quelconques. On notera en particulier celles du Carnaval et du dernier niveau, qui sont particulièrement mauvaises. La faute aussi à une instrumentation qui a changée, laissant la superbe batterie des Sonic 1 & 2 pour un miasme sans valeur. En plus, j'ai trouvé que les airs étaient plus jazzy, moins Electro-Pop comme avant. Et l'origine de ce désastre acoustique vient du fait que ce n'est plus Masato Nakamura qui a composé les musiques mais une équipe de 10 bras cassés (ça fait beaucoup !), dont le regretté Michaël Jackson (qui à la vue du résultat, s'est retiré du projet). A ce compte là, c'était pas la peine de venir les gars car vous avez gâchés une bonne partie de l'ambiance avec vos productions de fond de tiroir...



Sonic 3 Note
fut en son temps considéré comme le meilleur épisode de la trilogie Sonic. Je vais donc rectifier le tir : c'est faux ! C'est un excellent jeu (16/20 ce n'est pas rien) mais un jeu qui a perdu face au sublissime Sonic 2. Voilà qui remet un peu les pendules à l'heure. Et ce qui a le plus perdu au change, c'est le son, notamment les musiques. Si la plupart des bruitages sont restés les mêmes, les musiques ne sont plus ce qu'elles étaient. Devenues banales au possible, avec des mélodies et une instrumentation minable, elles n'égayent plus le jeu comme avant. Pourtant si on regarde Sonic 3 de façon plus objective, il est vraiment pas mal. Cet épisode fait découvrir un nouveau challenger, Knuckles le Porc-épic, et apporte pas mal de nouveautés : 2 nouveaux bonus-stages, 3 types de bulles, Tails peut voler, Sonic peut se servir des fonctions spéciales des bulles, il y a de nouveaux mouvements, les niveaux ne sont plus entre-coupés comme par le passé, mais joints les uns aux autres avec parfois des petites scènes scriptées où Knuckles nous fait une crasse. La jouabilité est restée la même (excellente donc) et les décors, s'ils n'ont plus le cachet d'un Sonic 2 au max des performances de son support, restent tout de même colorés et originaux. Faut même avouer que pour de la Mega Drive, c'est carrément beau ! L'animation se veut fluide et rapide mais techniquement, il est regrettable de voir que Sonic 3 est en dessous de son prédécesseur alors que la taille de la ROM a doublée. Mais ça n'empêche en rien ce 3eopus d'être un jeu intéressant malgré une difficulté revue à la hausse. Même si je peste contre certaines facettes du jeu, je dois quand même avouer que notre Sonic 3 s'en sort fort bien. Après 2 ans de développement, il a su renouveler la série en proposant de belles nouveautés comme la sauvegarde ou un vrai mode 2 joueurs. Je dois être franc, je suis le premier à lui pardonner ses fautes de goût et sa technique un brin en retrait car il reste un must du genre, l'un des meilleurs jeux de la console.



Test réalisé par iiYama

octobre 2005 (mise à jour : aout 2016)