Sonic 2 (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1992
Développeur : SEGA (Sonic Team)
Editeur : SEGA
Genre : plate-formes

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Prix au lancement : 400 Frs
Score des ventes : 6.1 Millions


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Sonic 2

The Hedgehog



Suite au
En terme de gameplay, les nouveautés (spin-dash, Super Sonic) sont vraiment sympas
premier Sonic the Hedgehog, qui fut un réel succès sur les 3 plate-formes de la marque (Mega Drive, Master System et Game Gear), SEGA ne s'est pas endormi sur ses lauriers et nous sort quelque un an et 5 mois plus tard plus tard, une suite que tous attendaient au tournant (ce fut d'ailleurs la toute première sortie mondiale de la marque, ce qui était d'une façon générale, extrêmement rare à l'époque). Sonic nous revient et tout y est 2 fois mieux ! Le gameplay s'est enrichi, la réalisation est ce qui se fera de mieux sur le support (tant en terme graphique que pour les musiques) et cette nouvelle aventure n'est pas avare en originalités, à commencer par la découverte de Tails ou du mode 2 joueurs. Le succès fut tel que Sonic 2 sur Mega Drive est le jeu SEGA le plus vendu au monde avec pas moins de 6 millions d'exemplaires écoulés. Et les joueurs ne s'y sont pas trompés, ils ont achetés le meilleur Sonic de tous les temps... Evidemment, comme on parle toujours d'un jeu 16-bits, qui plus est de plates-formes, ne vous attendez pas à la moindre scénarisation, la Sonic Team ne s'étant même pas donner la peine de créer une petite intro (vous ne découvrirez le "semblant d'histoire" qu'en lisant la notice). Le scénario reste à peu près le même que celui du premier opus (après tout Mario nous bassine avec le même fond depuis 20 ans), à ceci près qu'il est toujours propice aux voyages et qu'on découvrira le nouvel acolyte de notre héros supersonique : Tails. On profitera aussi de véritables épilogues, qui sont en plus au nombre de 3, selon avec quel personnage vous finissez l'aventure, en ayant ou non récupérer les émeraudes. Il est vrai que Sonic 2 ne change pas radicalement la donne par rapport au premier opus. Il y a des originalités d'un côté et la totale absence de nouvelle télé de l'autre. Ne cherchez donc pas de nouveaux items. Mais Sonic 2 fait évoluer son gameplay et intègre au sein de son équipe Tails, le mignon petit renard. En solo on peut choisir de jouer seul soit avec Sonic soit avec Tails, ou alors de jouer avec Sonic et Tails qui nous suit (via le menu d'options où on accède aussi à un agréable et utile Sound Test). L'avantage d'avoir Tails aux fesses c'est que bien souvent il se calque sur nos faits et gestes, ce qui peut être pratique pour les boss (on le touche 2 fois plus), Tails ramassant aussi les rings pour votre compte. L'autre avantage de jouer avec lui c'est que de façon officieuse, le joueur 2 peut prendre le contrôle du renard. Ainsi on peut jouer en coop' ce qui est agréable même si c'est Sonic qui reste le maître de scène. Dernière nouveauté qu'apporte Tails : un vrai mode 2 joueurs, en écran splitté sur des levels tirés de l'aventure principale, où on pourra enfin se tirer la bourre en duo. Sympa même si le mode est assez illisible et finalement anecdotique.



 

Le mode 2 joueurs et son étrange image écrasée


Les interactions
Le nouveau bonus-stage est une vraie galère...
sont moins variées que dans Sonic mais plus nombreuses. Par exemple Sonic fait mine de pousser un objet mais il ne déplacera jamais rien dans cette aventure (et c'est vraiment dommage !). Par contre il actionnera beaucoup de switches suspendus, notamment dans la Mystic Cave. En parlant de niveaux, il y a cette fois 13 levels (contre 18 précédemment) mais chaque level est plus long. Surtout pour Metropolis qui est le seul monde à en contenir 3 niveaux, et qui sont en plus interminables. On a donc 8 environnements distincts plus 3 levels indépendants, les levels finaux. 2 niveaux par monde contre 3 précédemment, Sonic 2 en devient plus varié et surtout, moins lassant. Il faut aussi signaler que la difficulté s'est largement accrue. La moitié du jeu est assez facile mais une fois passée, il sera rare de finir un niveau avec plus qu'une poignée de rings en poche. Le point culminant est le boss final qu'on doit affronter sans rien en poche ! C'est un peu sadique, totalement inéquitable et donc la mort nous guette au moindre faux pas. Autant dire qu'avant d'attaquer, il faut impérativement apprendre le moindre de ses gestes d'autant qu'avant d'y re-accéder, on doit re-combattre Mecha Sonic (même si on perd une vie). On retrouve ensuite quelques améliorations du gameplay comme les accélérateurs, des bumpers muraux, de nouveaux ascenseurs, des canons ou encore un casino où il possible de gagner beaucoup de rings... comme de tout perdre. Il n'y a d'ailleurs plus vraiment de level aquatique mais quelques passages immergés de temps en temps. Faut dire que dans le premier Sonic, ces niveaux étaient assez difficiles et comme ici ce ne sont que des passages, on ne s'en lasse pas. Pour en venir à parler des 3 grosses nouveautés de cet épisode, Sonic possède un nouveau mouvement dont on servira tout le temps : le spin-dash. En pressant "bas puis saut", Sonic se met en boule et tournoie sur lui-même pour s'élancer lorsqu'on lâche le bouton. Ça évite de reculer sans cesse pour prendre de l'élan. Cet ajout est majeur pour la série (même s'il n'y parait pas de prime abord) et c'est sans doute le seul petit truc qui manquait au premier opus. Ensuite il faut savoir que les continues ne se gagnent plus dans les bonus-stages mais en finissant les niveaux avec plus de 100 rings. Pour accéder aux bonus-stages, il faut désormais passer les barres de checkpoints avec plus de 50 rings sur soi et entrer dans le cercle d'étoiles qui s'y forme. Seul problème, lorsqu'on entre dans ces zones, on en ressort à sec, plus un ring en poche et si vous aviez une bulle, elle sera perdue.



Le spin-dash : on presse "bas", puis on appuie sur une touche pour que Sonic puisse s'élancer


En plus,
Sonic 2 est parmi les 3 plus beaux et plus rapides jeux de la console
les bonus-stages ont complètement changés. Fini le décor tout en rotation, place à une pseudo-3D où Sonic et Tails courent à travers une sorte de couloir. Dans ce tube géant à demi-fermé on peut sauter, courir sur les côtés ou même faire un tour complet. Bonus-stage oblige, pour être dans l'axe de la première version, le scrolling défile tout seul et le but est de ramasser un maximum des anneaux qui passent à votre portée. Si vous en avez assez, vous passez les checkpoints jusqu'à l'émeraude. Cette fois il y a 7 émeraudes à dénicher et excusez-moi du peu, c'est presque impossible à faire. Car ces bonus-stages sont d'une difficulté effroyable. Dés le 4e, c'est presque impossible de choper le précieux cailloux. Pourtant il serait dommage de passer à côté de la trouvaille de SEGA car si vous trouvez les 7 émeuraudes (bon courage !), à la façon de Songoku, Sonic peut se transformer en Super Sonic : il devient flamboyant, il ne court plus mais vole hyper vite et il est invincible. En fait il suffit d'attraper au moins 50 rings et de sauter pour qu'il se transforme (ça marche aussi avec Tails mais c'est moins classe). En contrepartie, vos rings diminuent jusqu'à zéro et c'est alors le retour à l'état normal, mais quel pied ! Du grand art où le seul défaut sera d'avoir une musique d'accompagnement chiante et répétitive. Enfin la jouabilité est restée instinctive, très réactive (Sonic se bouge plus aisément encore), sauf peut-être lors des bonus stage où la maniabilité est approximative (d'où la difficulté). Sur le chapitre des graphismes, il faut de suite souligner quelques petits points. Tout d'abord les étoiles qui confèrent à Sonic l'invincibilité sont moins nombreuses (l'effet est moins joli), la lave est un peu mal faite (alors que c'était très bien dans le premier opus) et lorsqu'on joue avec Sonic + Tails, le jeu subit plus de ralentissements (qui deviennent rares en jouant seul). Les levels bonus, en pseudo-3D je le rappelle, sont pas trop mal réalisés à contrario du mode 2 joueurs en splitté. Dans ce dernier l'image est écrasée ce qui gâche la lisibilité et donc le plaisir de jeu. Pourquoi SEGA n'a-t'il pas réalisé un "vrai mode" avec des levels à part plutôt que de réinjecter les niveaux déjà existants ? Alors savoir... Mais ici s'arrête la contre-plaidoirie car le personnage lui-même a subit une grosse mise à jour.



 

Après avoir récupérer les 7 émeuraudes, Sonic peut devenir Super Sonic


Mieux animé
Les musiques sont géniales et les bruitages sont de qualité. La Mega Drive est finalement capable du meilleur lorsque les développeurs s'en donnent la peine
(plus fluide), il possède de nouveaux mouvements, de nouvelles mimiques comme lorsqu'on le laisse de côté (il regarde sa montre et finit par se coucher d'ennui). Idem lorsqu'on est très près d'un rebord, ses réactions le rende que plus... humain. Sonic a d'ailleurs était redessiné, il parait désormais plus élancé, plus mature. Faisant jeu égal avec Ecco the Dolphin 2 ou Thunder Force IV, la Mega Drive ne fera jamais plus beaux graphismes, tant Sonic 2 est détaillé et coloré ! On se croirait sur une machine bien plus puissante. D'ailleurs, même si c'est difficile à croire, l'animation est encore plus rapide et bat tout les records de vitesse avec un défilement à couper le souffle. En tant que fleuron technique de la Mega Drive, Sonic 2 nous livre aussi tout un tas d'effets spéciaux, notamment des parallaxes en pagaille (malgré une vitesse largement accrue), des rotations, des effets de transparences et des boss toujours plus rapides et imposants (y'a qu'à voir le dernier, il prend tout l'écran !). Plus long, plus varié, plus fun et surtout plus beau, SEGA a bien compris comment faire plaisir à ses fans. Enfin, on retrouve bien entendu les bruitages du premier épisode, légèrement liftés. Qualité est un maitre-mot pour désigner la partie sonore de cette séquelle avec un son particulièrement cristallin, ce qui est extrêmement rare sur la 16-bits de SEGA. Une fois de plus la stéréo est largement mise à contribution et c'est encore une fois Masato Nakamura qui signe la bande-son. Et qu'elles musiques ! Tous se foutaient de la Mega Drive parce qu'elle avait un son pourri face à la Super Ninendo (et c'est généralement vrai) pourtant il suffit d'écouter les musiques de ce Sonic 2, pour se convaincre qu'elle peut faire mieux que les sons cracheux de sa médiocre jeunesse. Rythmées, mélodieuses et parfaitement en accord avec les levels qu'on traverse, cette bande-son mérite à elle seule qu'on s'intéresse au jeu (pour peu qu'on aime la musique électronique de console, bien sûr). Nakamura a encore une fois réalisé un énorme travail, notamment sur une rythmique de qualité qui encense des mélodies bien carrées comme j'aime. Personnellement, les musiques des boss, des 2 premiers niveaux ou de la fin, sont pour moi de vrais joyaux du son electro-plastique de nos consoles d'antan.






Plus long, Note
plus varié, plus rapide, plus beau, plus jouable et avec une meilleure bande-son, difficile de ne pas porter cette suite au rang de jeu culte. Les défauts sont rares et on ne pourra pester que contre une difficulté revue à la hausse par moment (boss final, bonus stage). Pourtant Sonic reste et restera un jeu magique. Les nouveautés sont bonnes à prendre (spin-dash, nouveau bonus-stage, amélioration du gameplay) mais c'est surtout la réalisation qui nous a impressionné à l'époque. Des graphismes à la bande-son, rien n'a été laissé au hasard et Sonic 2 marque la consécration d'une mascotte et d'une console autrefois en manque d'identité. Quand je vous disais que Sonic 2 était 2 fois mieux, ce n'était pas des blagues (j'exagère à peine :). Pourtant il fallait le faire puisque le premier opus avait déjà placé la barre très haut. Sonic 2 était donc le blockbuster vidéo-ludique de ce Noël '92 et je dirais même, le meilleur jeu de plate-formes de la console, et même l'un des 5 meilleurs titres de la ludothèque Mega Drive, ni plus ni moins.




A savoir : cliquez pour ouvrir



Test réalisé par iiYama

octobre 2005 (mise à jour : aout 2016)