Ranger-X (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 1993
Développeur : GAU Entertainment
Editeur : SEGA
Genre : action

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : EX-Ranza (JAP)
Prix au lancement : 400 Frs







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ranger-X









De temps en temps,
Avec un peu d'accoutumance, la jouabilité est excellente et nous force à être tactique
y'a pas à dire, se refaire un vieux jeu, ça détend et ça remet les idées en place. Quand on en a ras la casquette de tous ces jeux HD, de toute cette 3D et tous ces jeux interminables (minables ?) et qui manquent d'action, rien ne vaut un bon titre 16-bits qui se termine en une poignée d'heures. Alors ce soir, je me suis fait plaisir, j'ai branché ma Mega Drive (ça faisait un moment qu'elle n'avait pas vue la lumière) et je me suis mis un bon jeu d'action comme on n'en fait plus de nos jours. A la croisé de Thunder Force et Contra, Ranger-X est l'adaptation d'EX-Ranza, un manga japonais, assez méconnu chez nous. Le jeu s'ouvre sur une intro des plus basique et le scénario n'est pas du tout étoffé. D'où on vient, qu'elle est notre mission, qui sont ces ennemis qui apparemment nous envahissent... à vous de le deviner. Mais l'une des particularités de ce jeu, c'est de proposer des briefings avant chaque mission, d'un style tout nouveau pour l'époque. Se présentant sous la forme d'animation en 3D fil de fer, il y a 15 ans de ça, ça faisait son bout d'effet. Car inutile de tuer tous les ennemis de chaque niveau, seules les cibles principales (qu'on peut repérer grâce à un mini-radar) doivent impérativement être détruites. Ranger-X est donc un savant mélange de jeu d'action type run & gun (façon Metal Slug) et un shoot-them-up. Etant donné que la place était vacante sur la 16-bits de SEGA, GAU Entertainment s'est empressé d'offrir un concurrent sérieux au superbe Cybernator. Selon certains joueurs et parfois même la presse, le point le plus rebutant du jeu est sa prise en main. Compatible avec le pad 6 boutons (ce que je déconseille, pour une fois), les premières minutes refroidissent gravement car on ne comprend rien et on se fait latter la gueule ! Mais une fois les rudiments du maniement acquis, notre robot guerrier ne pose plus aucun problème. Le principe n'est pourtant pas si complexe que ça. Notre Ranger peut voler mais pas indéfiniment puisque ses propulseurs surchauffent. Ainsi, il suffit de mettre pied à terre pour repartir. Notre robot est toujours accompagné d'un module, soit une sorte de station volante soit une sorte de mobylette. Dans les 2 cas, on peut rentrer à l'intérieur pour choisir son arme secondaire avec un net avantage pour la mobylette qu'on peut en plus contrôler, qui possède sa propre jauge d'énergie et un tir à tête chercheuse (la station ne sert pas à grand chose à part tirer de loin). En se baissant, on peut même contrôler la mobylette à distance afin d'aller détruire quelques ennemis sans se soucier de leur tir (reste le problème que la caméra ne la suit pas).



 

L'écran titre occidental et japonais


La grosse
Avec ses intros en 3D, ses graphismes, ses effets mode7 et ses boss gigantesques, Ranger-X impressionne!
originalité du jeu, c'est que pour voler il faut presser "haut" et non un bouton car on tire sur la gauche avec "A" et sur la droite avec "C". Ainsi on peut déplacer son personnage comme on veut et tirer droit devant ou derrière. Le bouton "B" actionne l'une des 5 armes secondaires, arme qui possède une jauge Power. Cette jauge se régénère grâce à la lumière (ce qui complique les situations lorsqu'il fait sombre) et peut servir au convertisseur afin que vous puissiez retrouver de l'énergie vitale. Je sais, sur le coup ça parait super compliqué mais une fois en mains, c'est un vrai bonheur, le contrôle étant précis et fort agréable. Autant le préciser de suite, le jeu est facile et si vous ne voulez pas voir la fin dès la première partie, il faudra jouer au moins en mode "normal" (le mode "easy" a été implanté pour la version Européenne). Il est vrai qu'on perdra un continu ou deux afin d'arriver jusqu'à l'épilogue mais l'aventure ne dure qu'une heure (une heure et demi si vous jouez en hard). Et pourtant, Ranger-X c'est l'éclate ! C'est de l'action non-stop dés le début, une prise en main super originale et une réalisation complètement énorme !! Les boss imposent une bonne taille (surtout le premier qui prend presque tout l'écran), l'animation est super fluide (hormis quelques effacements) et les sprites comme les décors, sont très détaillés. Du très bon boulot pour une console qui est difficilement domptable sur le nombre de couleurs affichables. Mais ce qui scotche le plus, c'est la qualité des effets spéciaux. Des zooms à gogo, des parallaxes, des changements de luminosité et surtout, des effets de profondeur parfaitement gérés qui donnent l'illusion d'être à certains moments, dans un décor en 3D. Un effet que j'avais déjà noté lorsque j'ai joué à Formula 1 (aussi sur Mega Drive, un jeu qui date de 1993), et qui donnait l'impression que certains sprites du décor étaient fait de polygones. Du grand art ! Côté son, les bruitages sont moyens, tendance grésillants (un classique du support) et les musiques sont sans plus, bien qu'elles accompagnent parfaitement le jeu.



Ranger-X Note
est un coup de cœur, un superbe jeu qui nous vient d'une machine qu'on oublie malheureusement de plus en plus. Une action survoltée, une aventure pas trop difficile, une réalisation énorme pour le support (la 16-bits de SEGA m'étonnera toujours) et un gameplay des plus original, Ranger-X est certes court, mais il est intense et franchement original. Finalement assez méconnu, heureusement que je suis là pour vous faire connaitre cette perle d'un âge d'or désormais poussiéreux.




La fin : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

février 2008