Kolibri (32X)

 








Note générale


Sortie du jeu : novembre 1995
Développeur : Novotrade (Appaloosa)
Editeur : SEGA
Genre : aventure

Support : cartouche de 24Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 450 Frs





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Kolibri









Kolibri
Le jeu est très beau mais hélas très difficile aussi
est un jeu exclusif à la 32X, sorti fin 1995 et développé par Novotrade (à présent connu sous le nom Appaloosa Interactive), déjà félicité pour Ecco the Dolphin, The Tides of Time, ainsi que 2 superbes versions Mega-CD du héros aquatique de la Mega Drive. Kolibri est un jeu d'aventure qui prend la forme d'un pseudo shoot-them-up où on contrôle l'oiseau du même nom. Pour la culture, le Colibri (aussi appelé oiseau-mouches) est le seul oiseau qui peut rester stationnaire pendant qu'il butine les plantes tropicales avec son bec allongé, façon seringue. Ce phénomène très rare est rendu possible parce qu'il peut réaliser jusqu'à 25 battements d'ailes par seconde (!). Autant dire que c'est original de jouer un tel animal non ? Pourtant, un oiseau qui tire des lasers, sur le coup ça choque ! Dans des niveaux au scrolling libre (comme dans Ecco) ou imposé (comme dans un shoot normal), vous avez pour mission de libérer la flore d'une faune sauvage composée d'insectes nuisibles : guêpes, lombrics, cafards, etc... De plus, notre gentil oiseau aura d'autres ennemis (intouchables cette fois) en la présence de grenouilles, scorpions et autres caméléons. Investi par une mission via des cristaux (Ecco ?), notre colibri pourra changer d'armes et se régénérer auprès des fleurs (qui reprennent des couleurs une fois libérées). Il est clair qu'Ecco 2 fait des émules dans ce jeu : des courants d'air nous empêchent de passer, on a un mode sprint en pressant C, on a des niveaux de plus en plus grands et de plus en plus difficiles, un esprit très "nature", Novotrade a seulement transposé l'océan en forêt et le dauphin en oiseau. J'exagère mais l'idée est là. Finalement, le seul reproche à faire sera sur une jouabilité assez imprécise et une difficulté assez crochue dès le premier niveau. Techniquement, les bruitages sont un peu... disproportionnés. Sinon, Kolibri possède de très jolis décors, preuve que pour une fois, la palette de couleurs étendues dont dispose la 32X, est bien utilisée. Ensuite l'animation est de qualité (sur une machine 32-bits et pour un jeu en 2D, c'est le minimum) et les musiques sont une belle réussite (mélodieuses, douces et de qualité).



Novotrade/Appaloosa est Note
un développeur qu'on apprécie forcément, tant les divers épisodes d'Ecco the Dolphin ont su marquer les esprits et ont offerts des aventures atypiques. Avec Kolibri, une autre exclusivité au "champignon 32-bits" de SEGA, on a forcément fait confiance au développeur et donc, mis beaucoup d'espérances dans cette nouvelle production. Malheureusement il est vrai qu'on retrouve beaucoup d'Ecco dans ce jeu, on sent que le développeur a bien du mal à passer à autre chose et les inspirations n'ont pas été piochées bien loin. Cependant, même si on a l'impression parfois que les océans ont juste été changées en forêt, l'extrapolation n'est pas définitive et Kolibri offre une très belle réalisation, avec des graphismes superbes, colorées, détaillées, ainsi qu'une très bonne bande-son. Finalement, comme seuls griefs on notera surtout une jouabilité mal calibrée et une difficulté franchement acerbe. Pourtant, même s'il n'y a pas grand chose de nouveau dans ce jeu, Kolibri reste l'un des meilleurs titres de la 32X de SEGA. Original, difficile mais reposant...



Test réalisé par iiYama

juillet 2007