Jaguar XJ220 (MCD)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 1993
Développeur : Core Design
Editeur : Core Design
Genre : courses

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US ou Jap au choix
Textes à l'écran : US ou Jap au choix

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Prix au lancement : 400Frs


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Jaguar XJ220









La voiture XJ220
Le contenu est plutôt bon (avec notamment un éditeur de pistes) mais c'est sur tout le reste que le jeu pêche
a été construite par Jaguar entre 1992 et 1994. Ce coupé aux lignes très futuristes, n'a été produite qu'en 280 exemplaires, ce qui en fait un produit rare. Mais la vraie particularité de cette voiture, c'est son moteur et sa puissance : armée d'un puissant V6 Turbo de 3,5L, le moulin développe la bagatelle de 1000ch ! Autant dire que cette bête-là n'est pas à mettre entre toutes les mains, et on ne parle ni de consommation ni d'un niveau de pollution que je soupçonne très élevé. Il n'empêche que bien avant tous ces jeux qui prônent une marque ou un modèle en particulier (comme le sympathique Porsche Challenge sur PlayStation, qui vantait les mérites de la Boxter), Core Design a sorti en 1992 et sur Amiga, Jaguar XJ220, un jeu de courses qui prend en vedette la voiture décrite. Ce n'est qu'un an plus tard que la version "double disquettes" de l'Amiga sera convertie sur Mega-CD, avec au passage une cinématique d'intro et une bande-son CD. Si la presse de l'époque semblait enclin a lui donner de belles notes, j'aimerai pourtant qu'on s'arrête un instant sur le cas de ce jeu (je ne traiterai bien entendu que la version Mega-CD puisque nous n'avons pas d'Amiga). Utilisant son support CD, le jeu s'ouvre donc sur une horrible cinématique d'intro. Un léger survol d'un décor montagneux ou rocheux (je ne suis pas trop arrivé à définir exactement ce que c'était) pour finir le travelling sur la voiture, même pas en vraie. Autant dire que Core Design fait de la pub à Jaguar mais n'a même pas été foutu d'avoir une véritable photo. De toute façon, avec ses 64 couleurs affichables, vous le savez que trop bien, c'est granuleux au possible, saccadé... bref cette intro est moche ! On lance sa partie et là, bonne surprise, plusieurs choix s'offrent à nous.


Les options tout d'abord,
Le gameplay est ultra basique, on ne joue que la XJ220, c'est lent et vu mille fois... bref on s'ennuie
sont assez fournies avec la possibilité d'avoir une boite auto ou manuelle, le nom des pilotes, le nombre de tours à effectuer, un mode 2 joueurs (en écran splitté horizontalement, le résultat est assez réussi) ou encore le choix entre les voix et textes en anglais ou en japonais. Au menu, nous avons donc un mode Grand Prix (comme si on courrait un Grand Prix avec une voiture de luxe, pffff...), World Tour (une sorte de challenge en courses libres), Free Practice (pour faire la course qu'on veut) et le Track Editor. Ce dernier, vous l'aurez compris, est un éditeur de tracé. Pas simple à comprendre, il se révèle malgré tout efficace et permet de se faire des courses personnalisées, qu'on peut ensuite sauvegarder sur son Mega-CD. Une belle option. Avant chaque course nous avons le choix de la piste audio. Bien vu, l'idée sort d'OutRun mais reste agréable. Evidemment comme le jeu porte le nom d'une voiture de course/luxe, on ne pourra piloter que celle-ci, alors qu'on affrontera toutes sortes de modèles dont des Ferrari. La course se lance et bien évidemment, on tombe sur un jeu typique des années '90. En effet, avant la 3D, les jeux de courses étaient tous pareils, oui tous ! Le Mega-CD a beau être puissant, il ne compense pas la médiocrité technique des jeux de courses de l'époque. Au final, en extrapolant, qu'on joue à Enduro sur Atari 2600 ou aux plus récents jeux de courses en 2D, la technique et les sensations sont les mêmes (j'exagère à peine !). En somme, des éléments du décor (sur les bas-côtés) défilent, ça tourne à gauche, à droite mais très vite on s'ennuie. En plus, la XJ220 monte à plus de 320km/h et pourtant les sensations de vitesse sont absentes.


Pire encore,
Le jeu est moins beau que sur Amiga, et le rendu graphique est commun à TOUS les jeux de courses de l'époque. Bref, le Mega-CD déçoit
la jouabilité est loin d'être exemplaire. En plein virage on a beau freiner, la voiture ne tourne pas correctement (et encore moins ne dérape !), non pour négocier correctement un tournant, il faut lâcher l'accélérateur... L'autre gros défaut de ce type de jeux, c'est évidemment une difficulté vraiment abusive. S'il est toujours facile de mettre un vent aux trainards, il est par contre quasiment impossible de rattraper les premiers, et ce, sans jamais subir le moindre accrochage. Autant dire qu'il faut de suite oublier l'idée de finir le mode Grand Prix en pole position. Irrémédiablement, chaque course se termine par un tableau qui vous donne le récapitulatif de l'épreuve et l'argent gagné. Chouette me dis-je, on doit pouvoir booster son véhicule non ? Non ! En réalité, l'argent ne sert qu'à réparer les bobos qu'on cause à la voiture durant la course, ni plus, ni plus moins. Et oui, encore une déception. Et techniquement c'est pareil, Jaguar XJ220 fait exactement ce que les autres ont fait avant lui. Mis côte à côte, il ne vaut pas mieux qu'un OutRun, qu'un Lotus Turbo Challenge ou un Riding Hero. Limite on se demande ce qu'il fout sur CD-Rom, tant le jeu pourrait très bien tenir sur cartouche. Enfin la partie sonore offre des bruitages dégueulasses : notre propre voiture fait un bruit d'aspirateur, alors autant dire qu'à ce niveau-là, notre "Dyson XJ220" n'est pas très réaliste. Mieux encore, les musiques semblent tout droit sortir d'un ascenseur et ça ne sied clairement pas à l'ambiance des courses. De la techno, du rock... je ne sais pas mais quelque chose qui bouge, bon sang !



Avec Jaguar XJ220 Note
nous sommes en présence d'un jeu ultra classique de la période 16-bits et 2D, un jeu qui ne fait pas mieux qu'ailleurs, pas pire non plus. Il est juste bof-bof mais personnellement, j'attendais mieux. Je me suis dit que le Mega-CD, avec son support disque et ses capacités graphiques rehaussées, ferait mieux qu'un simple jeu cartouche et pourtant... Il n'atteint même pas le niveau d'un F1 World Championship ou qu'un Monaco GP2. Bref, un titre dans la moyenne puisqu'à l'époque, il était difficile de vraiment trouver mieux.



Les -

  • Jouabilité et gameplay tout sauf réalistes
  • Une XJ220 avec un bruit d'aspirateur ?
  • D'inapropriées musiques d'ascenseur
  • Des sensations de vitesse absentes
  • On ne peut conduire que la XJ220
  • Une intro bien moche
  • Les +

  • Un sympathique mode 2 joueurs
  • Pas mal de modes de jeux
  • L'éditeur de circuits

  • Test réalisé par iiYama

    juin 2013