Heart of the Alien (MCD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1994 (aux Etats-Unis uniquement)
Développeur : Interplay
Editeur : Delphine Software
Genre : aventure

Support : 1 CD
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Another World II
Prix au lancement : 350 Frs


Another World est aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Heart of the Alien

Out of this World parts I & II



Après avoir conquis
Malgré sa durée de de vie et sa difficulté extrême, Another World reste un jeu mythique
le monde avec Another World, qui se finissait un peu comme une merde avouons-le, Delphine Sofware (détenteur des droits) commanda une suite. C'est Interplay, le responsable des adaptations consoles, qui a développé le jeu et Eric Chahi n'a été qu'un consultant. De la bouche même du créateur d'Another World (Out of this world aux Etats-Unis), Heart of the Alien ne lui a pas plu. Après avoir pris quelques crises de nerfs sur Another World, mais aussi avoir été émerveillé par un tel jeu, je voulais comprendre par moi-même, pourquoi il désapprouvait cette suite. La première bonne nouvelle, c'est que ce disque Mega-CD contient non seulement Heart of the Alien, mais aussi Another World. De toute façon, les 2 aventures sont liées et ainsi on profite au mieux de la licence. Alors commençons par les origines, sans bien sûr reparler du gameplay ou de la réalisation, pour ça passez voir son test. Dans cette version, Another World ne comporte que 2 mises à jour. Tout d'abord il y a de la musique en qualité CD (composée par Jean-François Freitas) et ensuite le jeu est bien plus rapide que dans sa version cartouche. Après tout c'est un peu normal, le Mega-CD étant plus puissant que la Mega Drive toute seule. Sinon c'est exactement le même jeu, toujours aussi difficile et exaltant. Seul regret, j'aurais vraiment apprécié qu'Interplay transpose son propre travail graphique de la version 3DO sur celle-ci (qui est sortie quelques mois plus tard), car le jeu est infiniment plus beau. Mais comme cette version remasterisée est aussi décriée par Chahi, voilà sans doute pourquoi on retrouve dans Heart of the Alien, le même type de graphismes. Abordons justement sa suite directe, dont l'intro fait la rétrospective de l'épisode précédent (en éclaircissant les points noirs de l'ancien scénario) et en nous dévoilant pourquoi, notre ami alien était enfermé avec nous. En fait, c'est suite à une guerre fraternelle que son village a été décimé (on ne connaît pas les raisons) et lui, en tant que grand guerrier, s'est défendu comme il a pu. Comme quoi les hommes sont et seront toujours des chiens qui guerroient, et finalement les extra-terrestres ne valent pas mieux que les humains sur ce sujet. Techniquement l'intro est magnifique, longue, même si elle est entrecoupée à cause du peu de RAM du Mega-CD.




L'écran de sélection du jeu


Retour au présent,
Heart of the Alien s'ouvre sur une intro à couper le souffle !
"l'ami d'ailleurs" porte Lester, qui semble à moitié mort, et le dépose sur une table. L'aventure de notre extra-terrestre commence ici et dès les premiers pas, c'est la galère. On meurt toutes les minutes, tout est dangereux, ce qui rend cette aventure aussi élitiste et difficile que la précédente. Une fois encore c'est un choix, mais s'il faut bien 5 ou 6 heures de très grande patience pour finir le jeu, il ne dure véritablement qu'une heure (comme Another World). Encore que, il m'a même semblé qu'il était plus court ou alors c'est juste qu'il est plus difficile et que par conséquent, on meurt plus souvent et on le croit plus long. Mais dans notre malheur (perso, j'aurais préféré un jeu plus long et moins difficile) il y a plus de checkpoints, ce qui nous calmera un peu les nerfs car on ne reprendra pas très loin en arrière. Qui dit plus de checkpoints, dit aussi plus de passwords mais je regrette que cette version Mega-CD ne se serve pas du système de sauvegarde intégré à la machine, ni pour Another World, ni pour Heart of the Alien (la voie de la facilité me direz-vous). Le gameplay, par contre, a légèrement été modifié. Tout d'abord notre ami alien (puisque c'est bien avec lui qu'on joue et non Lester, le héros du premier volume) ne se sert pas d'une arme de poing, mais d'un fouet (dans l'intro c'est génial comme il s'en sert). Le fouet sert à frapper, à passer des précipices (il se prend pour Simon Belmont) mais aussi à tirer des lasers et à créer des barrières protectrices (comme dans Another World), sauf que pour le coup, c'est moins crédible. Utilisant les 3 boutons du pad (contre 2 avant), j'ai trouvé la jouabilité un peu merdique. Loin d'être confortable, avec B on fouette, avec C on saute et avec A, accrochez vous bien, on court, on tire des lasers, on créé des boucliers et on réalise le fameux mega-blast qui peut détruire certaines portes. Etant donné que le même bouton sert à réaliser 4 actions, on a vite fait de s'emmêler les pinceaux et de se faire tuer... une fois de plus. Le plus galère, c'est de gérer tirs simples et boucliers, puisque l'un comme l'autre se gère au timing (temps de touche enfoncée) et qu'en général, ça répond de travers. En somme, le jeu est moins jouable et le gameplay est plus complexe.


Après, on retrouve
2 jeux pour le prix d'1 c'est une affaire mais gare à la difficulté...
tout ce qui fait l'univers de la licence avec des énigmes bizarres, un apprentissage à l'échec dévalorisant, frustrant, chiant, pénalisant, saoulant, fatiguant, rageant... et bien sûr les fameuses bornes de recharge. Certains se demandent encore si ça sert vraiment à quelque chose, et moi je réponds que oui. Oui car à la longue, on peut arriver à vider la batterie... mais ça n'arrive jamais, ben non, on meurt toujours avant. A noter aussi que notre extra-terrestre ne se baisse pas, que ses sauts sont balourds (normal vu le gabarit) et que les pièges vous trucident au pixel près. C'est un peu dégueulasse mais il suffit qu'un seul pixel (comme celle de la fumée d'un gaz mortel) touche le dos ou le pied du personnage et c'est la mort. Là non plus, ça n'aide pas le jeu à être plus facile, je dirais même que ça lui ôte une bonne part de sympathie. Techniquement, on retrouve exactement l'ambiance graphique du premier opus, créée à partir de polygones plats (3D vectorielle). Le résultat est tout aussi séduisant que par le passé, d'autant que les décors sont plus détaillés, plus beaux. Dommage par contre que notre bonhomme soit un peu moins bien animé que Lester. Les bruitages ne sont pas de la première qualité, la plupart sont repris de la version cartouche et les musiques, en qualité CD cette fois, collent bien au jeu en distillant une ambiance sombre et inquiétante. Pour revenir 2 minutes sur le scénario, sa construction est tout même moins bonne que dans Another World. Ici on réalise sa propre mission sans trop savoir pourquoi, Lester (laissé à demi-mort au début du jeu) débarque au milieu d'un niveau comme ça, comme par magie, la séquence finale contre le boss est imbécile (on ne peut même pas l'approcher qu'il nous tue) et pire encore, Heart of the Alien propose une fin à toute cette histoire et elle est vraiment décevante ! Et je pense qu'Eric Chahi a surtout été déçu pour ça. Il avait laissé la porte ouverte avec Another World mais Interplay a mis un terme à cette courte escapade en terre étrangère.



Il est Note
évident que si vous en avez l'occasion, préférez Heart of the Alien à n'importe qu'elle version d'Another World, car cette édition comprend le jeu culte et original d'Eric Chahi, ainsi que son originale suite (un épisode qui ne sera porté sur aucun autre support et qui en plus, est resté exclusif aux Etats-Unis : attention au zonage !). Et il faut bien se dire que ce n'est pas Another World qui agrémente Heart of the Alien mais plutôt l'inverse, d'autant que les 2 aventures s'enchaînent, Heart of the Alien reprenant exactement là où Another World s'arrêtait. D'ailleurs, jouer à la suite sans connaître la fin de la première aventure, n'a que peu d'intérêt. Ce jeu Mega-CD vaut donc pour sa dualité sans ce monde parallèle, l'ajout de musiques et la clôture de l'histoire. Après c'est sûr, il y a encore certains manques. On aurait apprécié d'accéder au rendu graphique de la version 3DO (pas en aussi joli certes, puisque la Mega Drive ne gère que 64 couleurs), avoir un didacticiel pour apprendre "en douceur" les subtilités des 2 gameplays et surtout avoir une fin un peu moins... déroutante. On se fait suer sang et eau pour arriver à l'épilogue et une fois visualisé, on se dit que l'effort n'en valait pas la chandelle. Malgré tout, Another World et dans une mesure moins élevée Heart of the Alien, reste un jeu mythique, qu'on se doit de découvrir. Après si une difficulté extrême (et je pèse mes mots) vous rebute ou que l'aspect graphique, faussement simpliste, ne vous attire pas, alors passez votre chemin. Sinon, en prenant en compte qu'elle améliore (un peu) le jeu d'origine et que Heart of the Alien est finalement un bon bonus au jeu original, alors cette version Mega-CD, qui est exclusive à la console de SEGA, est un bon choix.



Test réalisé par iiYama

mars 2009