Gunstar Heroes (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 1993
Développeur : Treasure
Adaptation : Treasure
Editeur : SEGA
Genre : action

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : GH
Titre alternatif : Gansuta Hirozu (JAP)
Prix au lancement : 400 Frs


Aussi disponible sur :










Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Gunstar Heroes









Depuis que j'en parle et depuis le temps que j'en entends parler, je me suis enfin décider de le tester. Avant tout sorti sur Mega Drive en 1993, Gunstar Heroes fut ensuite adapté à la Game Gear (par le studio SEGA AM2) en mars 1995, une sortie très tardive et uniquement japonaise. Le jeu aillant eu un beau succès (du moins critique), on le retrouve bien années plus tard, en émulation sur 3DS et Wii (via la Console Virtuelle), ainsi que sur le PSN de la PS3 et le XLA de la Xbox 360. A noter qu'on le retrouve aussi dans la compilation Gunstar Heroes Treasure Box, sortie en février 2006, disponible uniquement sur PS2 et au Japon, compilation qui réunit le titre du jour ainsi que 2 autres jeux de Treasure parus sur Mega Drive : Alien Soldier et Dynamite Headdy. Enfin il existe une pseudo-version Arcade qui fonctionne sous SEGA Mega Play, une borne avec un monnayeur et une Mega Drive dedans (c'est pas ce qu'on peut appeler un portage vous ne pensez pas ?). Gunstar Heroes est le premier jeu de Treasure, un modeste studio fondé en 1992 qui compte entre 30 et 40 employés, et qui sortira par la suite des titres à la renommée qui n'est plus à faire comme Radiant Silvergun, Silpheed : The Lost Planet, Ikaruga ou encore Gradius V (co-développé avec G.Rev). Maintenant, Gunstar Heroes a-t'il eu un succès mérité ? Une question qui trouve réponse dans les lignes qui suivent...



Développement scénaristique

Un beau matin
Le scénario est simple et la mise en scène reste légère. Ceci dit, comme on parle d'un jeu d'action...
de printemps, un vil homme capture 4 joyaux et décide de gouverner le monde. Ces joyaux ont des pouvoirs et peuvent rendre infiniment puissant. Comme il n'est jamais bon de laisser le pouvoir à un seul homme (surtout s'il est fou), le prof décide d'envoyer 3 jeunes héros (gentiment nommé Vert, Rouge et Bleu, Jaune étant son assistante) afin de récupérer les cailloux. Mais pas le temps de remplir sa mission que déjà l'un d'eux est capturé (Vert) puis hypnotisé par les méchants, afin qu'il se retourne contre nous. Reste plus que nos 2 gaillards Rouge et Bleu pour sauver le monde. Arrivé au 2/3 du jeu, Jaune sera capturée à son tour et le vil homme proposera un échange (Jaune contre les joyaux). De retour à la base, la petite vous souhaite bon courage pour un ultime combat infernale (le mot est faible) et petit à petit on castagnera chacun des sbires du big boss. Un big boss qui veut en dernier recours se servir de la puissance des pierres mais qui n'y arrivera pas. Elles se mettront à agir seules et se défendront contre nos attaques, aidées par un robot qu'elles commandent. Bien sûr on arrive à les détruire, Vert retrouvera ses esprits et il nous aidera a en finir avec le boss final. Happy end, la paix est de retour sur Terre... Le scénario est évidemment bateau mais comme on parle bien d'un jeu d'action, qui plus est sur console 16-bits, difficile d'en demander plus. On aura tout de même une sympathique intro qui nous posera la trame de départ et une fin assez banale qui clôturera l'aventure. Tout ça donne dans le grand classique mais reste sympa.



Jouabilité & Gameplay

Gunstar Heroes
On peut jouer en co-op' et là, bonjour le foutoir !
est ce que certains appellent un shoot'n jump, soit le mélange d'un shoot-them-up et d'un jeu de plate-formes (aujourd'hui on parlerait plutôt de run & gun). Je suis pas tout à fait d'accord car à l'image d'un Contra, il faut bien sauter de temps en temps mais ça ne le rapproche pas forcément d'un Sonic. Gunstar Heroes est donc un simple jeu d'action, où on a la possibilité de jouer à 2 simultanément. Et il faudra bien ça pour arriver à avancer dans le jeu car c'est très difficile ! Dés le niveau 1 les ennemis vous assaillent sans cesse et les boss en imposent. En effet, il ne sert à rien de se mettre dans un coin histoire de dessouder tout le monde avant d'avancer puisque les ennemis débarquent en permanence, ce qui impose par la même, un bon rythme. En fait, il n'est pas foncièrement difficile mais les attaques ennemis sont si soutenues et les boss si résistants, qu'on finit par mourir. Et comme il n'y a pas de vies, chaque continue nous fait reprendre au début du niveau. Et encore je ne vous parle là que du mode "easy" car dès le mode "normal", le jeu devient très vite hardcore. Le menu d'options permet de configurer sa difficulté, de régler son pad et nous offre aussi un sympathique sound-test. Bien sûr comme tout jeu d'action se respecte, on a aussi quelques originalités comme au niveau 2 (avec le chariot) où on peut s'accrocher au plafond, un jeu de l'oie où chaque case propose un nouveau défi ou encore un dernier niveau qui débute par une phase de shoot qui n'a pas à rougir des "vrais jeux du genre" (notamment avec un tir unidirectionnel réglable... certains devraient en prendre de la graine). Nos 2 héros ont aussi une belle panoplie de mouvements, qui nous servira à déjouer des niveaux simples (pour la plupart) mais bien agencés. On peut s'accrocher d'une main pour tirer avec l'autre (et ainsi gravir les étages), sauter en s'agrippant sur les murs façon Shinobi III, projeter un ennemi qui essaie de nous étreindre ou réaliser un joli slide (bas+saut) histoire de se déplacer tout en frappant. Seul petit défaut : j'ai trouvé le personnage un peu lent à se mouvoir (un défaut en partie induit par ma version PAL 50hz).



 

Mais la grosse
Le jeu est hyper difficile
nouveauté de Gunstar Heroes, c'est son armement. Au tout début, le prof vous laisse choisir entre 2 types de jouabilité (soit vous pouvez tirer en courant soit ne pouvez tirer qu'immobile) et le choix de votre première arme. Ensuite vous pouvez choisir de commencer le jeu par l'un des 4 premiers niveaux. Une fois ces 4 niveaux passés, et donc les 4 joyaux récupérés, vous aurez 2 autres niveaux à faire dont le dernier ne semble jamais se finir, avec un enchaînement de boss contre lequel il est difficile de durer bien longtemps. Pourtant on trouvera le jeu assez court et quelques niveaux de plus n'auraient pas fait de mal. Le choix de sa première arme n'a que peu d'influence sur le jeu et on peut être également déçu par un armement aussi restreint mais vous allez voir, Treasure a eu un coup de génie sur ce pan de gameplay. Les types d'armes sont plasma, laser, ellipses à têtes chercheuses et lance-flammes (la plus puissante d'entre toutes mais aussi celle dont la portée est la plus réduite). On peut accumuler 2 de ces armes et interchanger librement l'une ou l'autre, contre une trouvée en chemin. Si on prend 2 fois la même arme, sa puissance est doublée car si on mélange les 2 armes, les effets se combinent. Vous voyez le truc ? On peut donc utiliser soit la première arme, soit la seconde ou les 2 en même temps. En prenant par exemple un laser et une tête chercheuse, on obtiendra un laser à tête chercheuse. Ce système est absolument génial et très innovant car il permet, avec seulement 4 armes, d'obtenir 9 possibilités, 9 variantes létales. Et comme dans Mega Man, certains boss sont plus sensibles à certaines armes que d'autres. Bien sûr les grincheux viendront râler contre ce concept, car les upgrades ne sont que sur un seul niveau supplémentaire mais moi je trouve ça fabuleux. A noter enfin qu'on a la possibilité de tirer dans les 8 directions du pad et qu'on nous affiche la vitalité des boss, ce qui manque à beaucoup de titres concurrents.



L'image

Une chose est sûre,
Gunstar Heroes est super dynamique, très beau et propose même quelques effets superbement gérés
Gunstar Heroes est un jeu magnifique. Les décors sont vraiment bien dessinés, la palette de couleurs est superbement utilisées (notamment avec de magnifique dégradés, à peine croyable sur Mega Drive) et le design général est très inspiré par la culture manga. Plus étonnant, on a aussi quelques sprites en 3D comme le logo Treasure, l'écran titre ou l'un des premiers boss. Même si au final ça reste mince, ces petites touches de technicité apportent un plus. En parlant de technicité, le jeu fait aussi la part belle à quelques effets comme des rotations, des distorsions énormes, des parallaxes et parfois même un scrolling hyper rapide. Les boss sont évidemment de grande taille et superbement animés, notamment l'avant-dernier (l'ordinateur), qui est techniquement bluffant et superbement fait. Avec tout ça on a quelques notes d'humour bien placées et quelques clins d'oeil, notamment avec un ennemi qui plagie Brocken de World Heroes. Question animation, le moteur graphique est très bien programmé. Nos héros, comme les divers ennemis, ne sont pas super fluides bien que ça ça suffise amplement, mais en contre-partie le jeu gère des dizaines de sprites simultanément sans trop broncher. On aura quelques ralentissements au niveau 5 sinon rien de méchant. Seul petit défaut, en mourant chaque ennemi explose, créant ainsi des gerbes constantes de couleurs. Ça dynamise le jeu mais ça rend aussi l'affichage très brouillon et surchargé, d'autant que l'afflux d'ennemis est constant. Et si on a très peu de ralentissements (qui sont en plus à peine perceptibles), l'autre maladie de cette génération de consoles, c'est que lorsque ça sature, ça "clignote" (ce qu'on appelle aujourd'hui le clipping, en somme des morceaux s'effacent). Mais on retiendra plus la beauté des graphismes et quelques aspects techniques parfaitement gérés par la console, plutôt que ces broutilles.



Le son

Désolé pour
Musiques moyennes et bruitages qui font le boulot. Rien d'exceptionnel
les aficionados de ce jeu, mais la partie son n'a pas suscitée le même intérêt des développeurs que l'image. On se retrouve donc avec des musiques très rythmées et typique de l'Arcade, à savoir bruyantes et pas spécialement belles. Disons qu'elles accompagnent bien le jeu mais sont loin d'être mémorables. Pour les bruitages c'est un peu pareil. Ils sont dynamiques, suffisamment variés mais leur qualité n'est pas au top niveau, surtout pour des explosions bien molles. Je reconnais que ça rend service en plein niveau car avec tous ses gars qui explosent toutes les 2 secondes, ça aurait fait un véritable vacarme (encore que, c'est déjà plus ou moins le cas). Mais il aurait été appréciable que lorsque c'est le boss qui explose, on ne se retrouve pas avec le même bruitage un peu étouffé, qu'on ait quelque chose de plus musclé. D'une façon globale le son dynamise quand même assez bien l'image mais on est loin d'avoir quelque chose de mémorable comme dans un Global Gladiators par exemple.



Note générale

La Mega Drive est une console assez bien dotée en jeu d'action puisqu'elle possède quelques titres majeurs de la scène 16-bits comme Rocket Knight, Ranger-X, les Shinobi ou Alien 3. Avec Gunstar Heroes j'ai un petit problème quand même. C'est un très bon jeu, je suis le premier à le reconnaître, il est réalisé d'une main de maître seulement voilà, le son est à mon goût trop faible par rapport à l'image, c'est trop difficile pour espérer finir l'aventure (même en "easy") et pire, je ne l'ai pas trouvé passionnant. A titre comparatif, si un Alien 3 est tout aussi difficile, sans être aussi beau, il m'a toujours passionné et attiré comme au premier jour. Gunstar Heroes ne me laisse pas froid pour autant, j'ai été très impressionné par sa débauche graphique et la parfaite maîtrise de la console. Plus objectivement, oui c'est un bon jeu, surtout si on joue à 2. De toute façon, si vous voulez arriver à avancer dans l'aventure il faudra bien ça, car personnellement je le trouve hyper dur à cause du flot incessant d'ennemis qui nous assaille. Maintenant quand je vois sur le Net des inepties improbables qui comparent Gunstar Heroes, qui reste un simple jeu d'action (un peu au dessus du lot je l'admets) à Metal Slug, là je souris gentiment mais n'en pense pas moins...



Test réalisé par iiYama

mars 2009