Duke Nukem 3D (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 1998 (au Brésil uniquement)
Développeur : 3D Realms
Adaptation : Tec toy
Editeur : Tec toy
Genre : FPS

Support : cartouche de 32Mb
Version testée : Brésilienne
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Duke Nukem 3D









4 ans
Techniquement, cette adaptation est à la ramasse et n'a plus grand chose à voir avec le jeu d'origine
après la sortie de la PlayStation, il y a encore des fous qui sortent des jeux 16-bits et le prévenu d'aujourd'hui se nomme Duke Nukem 3D (qui a vu le jour sur PC en 1996). Ceci dit on comprend vite comment et pourquoi : développé par TecToy, le jeu n'est sorti qu'au Brésil, un pays bien particulier qui porté aux nues la Master System pendant de longues années. Cette dernière étant une modeste console 8-bits, Tectoy s'est donc tourné vers la Mega Drive. Figure emblématique des FPS des années '90, cette adaptation ressemble plus à un Wolfenstein 3D, qu'à un Duke Nukem bien trempé. Les raisons sont simples : vous évoluez dans des couloirs fermés comme le jeu sus-nommé et toutes les nouveautés du gameplay comme le scubagear, l'holoduke et surtout le jetpack, n'existent plus. Il ne reste plus que des portes à ouvrir, des clés à trouver et des monstres à dézinguer. La réalisation, si on tient compte de l'âge canonique de la console de SEGA et sa non-prédisposition à la 3D, est impressionnante. Entièrement en 3D mappée, si le rendu parait vide et simpliste, il faut se dire qu'on est sur une vieille console 16-bits et non sur PC. Reste qu'avec ses 64 couleurs, c'est très sombre et vraiment très très très laid !! L'animation est un peu saccadée mais reste rapide, les ennemis (tous en 2D) sont animés à l'arrache et l'action est assez soutenue. Au pad, la jouabilité reste correcte et le jeu use des commandes 6 boutons, ou 3 boutons via des combinaisons. Pas d'intro, pas de scénario, pas de cut-scènes, rien... la trame est censée être connue du joueur. Pour ce qui est du son, les plus belles phrases de Duke ont été transposées avec succès mais pas avec qualité. Connaissant les piètres performances du DSP de la Mega Drive, ça ne m'étonne même pas. Les bruitages sont assez efficaces et les musiques passent inaperçues. Alors qu'est-ce-qui cloche ? Et bien c'est un peu tout le jeu qui est bancal et surtout, on ne prendra que peu de plaisir avec cette version à cause d'une difficulté épouvantable, même en "Piece of Cake". Il est vrai qu'on peut sauvegarder n'importe où dans le jeu (façon quick-save) mais ça n'arrangera que partiellement ce défaut rebutant. En plus de ça, cette version n'y a plus rien à voir avec le jeu original, ce qui fait qu'on comprend assez mal pourquoi il porte un tel titre (pur marketing ? y'a pas de doute). La Super Nintendo a son DOOM (qui est assez sympa d'ailleurs) et maintenant c'est au tour de sa concurrente d'avoir un FPS phare dans sa collection. Malheureusement il est sorti trop tard et la réalisation, certes bluffante pour le support, reste assez minable en fin de compte. What d'you waiting for ? Christmas ?


Test réalisé par iiYama

septembre 2006