Alien 3 (MD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1992
Développeur : Probe Software
Editeur : Arena Software
Genre : action

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 400Frs


Cette version d'Alien 3 est aussi disponible sur :




D'autres versions d'Alien 3 sont également disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Alien 3









Petite piqure de rappel,
Pas d'intro, fin minable... un peu plus de finitions n'aurait pas fait de mal
le premier film Alien est sorti au cinéma en 1979. Classé "film d'horreur" (aujourd'hui il est dans la case science-fiction), il a fait un véritable carton en salle, ce qui a confortablement assis la licence pour l'avenir et a lancé la carrière de Sigourney Weaver. Réalisé par Ridley Scott (dont c'est l'un des plus grands films), il faudra attendre 1986 pour que James Cameron nous sorte Aliens (vulgairement appelé Alien 2), une suite plus explosive mais tout aussi angoissante. Et oui, James Cameron, le réalisateur prodige d'Hollywood qui nous a concocté Terminator II, Abyss, True Lies ou le récent Avatar, faisait déjà des films géniaux. Et ce n'est qu'en 1992 qu'on verra un 3e épisode montrer le bout de son acide xénomorphe. Cette fois réalisé par David Fincher, cet épisode controversé (qui a détruit tout le travail de Cameron sur l'évolution des personnages) aura donné lieu à quelques adaptations vidéo-ludiques. Il faut dire qu'entre 1979 et 1986, les consoles qu'on avait n'été pas terribles (au mieux c'était la NES), alors qu'en 1992, les Mega Drive et Super Nintendo étaient bien implantées, et leur puissance respective ont permis de faire des jeux d'action franchement sympas. C'est donc avec un quasi naturel qu'on retrouve Alien 3 sur nos consoles préférées (les adaptations ciné/jeux ne datant pas d'hier). Voici donc le test de la version Mega Drive, en sachant que cette édition a également été porté sur Amiga, Commodore 64 et même Master System dans un très beau portage. D'autres versions existent (sur Super Nintendo et NES notamment) mais elles sont très différentes. Au lancement du jeu, si on a une jolie de scène (avec un œuf et un jeu de lumière), on regrettera déjà de ne pas avoir de véritable intro. En effet on commence l'aventure sans savoir ce qu'on fout là, ni qui on est (heureusement que les fans ne se sont pas arrêté à ça). On pourra également déplorer le manque total de liant scénaristique (on enchaine les niveaux sans trop savoir pourquoi) et la fin est vraiment minable, ne gratifiant aucunement le pauvre joueur qui a souffert pour en arriver là. Bref c'est un vrai jeu "à l'ancienne" et le peu de scénario qui forme l'aventure, c'est en jouant qu'on le devine : c'est sur la planète-prison Fiorina "Fury" 161, où sont enfermés les pires tarés de l'univers, qu'un EEV s'écrase, avec à son bord Ripley (ça on le sait par rapport au film). Mais dans le temps qui sépare le film du jeu, les Aliens ont investis les lieux et ont kidnappés tout le monde. A son réveil Ripley se retrouve seule et aura pour but de tous les sauver. C'est donc super léger et quelques petites scènes (même en images fixes) n'auraient pas fait de mal. Par contre, les options permettent de configurer son pad (ça c'est bien, et ça manque cruellement sur les jeux actuels), de configurer la difficulté et d'accéder à un sympathique sound-test (ça se faisait beaucoup à l'époque).


Si le film
Les graphismes sont vraiment pas mal pour une Mega Drive trop souvent sous-exploitée
est basé sur le suspens, soyons clair, le jeu en est tout autre. Il faut dire qu'un jeu mou n'est pas vendeur et à l'époque, seule l'action faisait recette. Donc ce jeu s'appelle Alien 3 mais s'apparente plus à Alien 2. Le but est assez simple, on contrôle Ripley qui doit sauver un nombre prédéfini de prisonniers. Les niveaux sont de plus en plus tortueux (c'est parfois de vrais labyrinthes), de plus en plus vastes et plus on avance, plus c'est difficile. Encore que, tout ça se passerait sans trop d'encombre si seulement les lieux n'étaient pas infestés d'Aliens (ils sortent du sol, tombent du plafond, il y a aussi des œufs et des facehuggers) et surtout, que le temps soit limité. En effet, si on arrive trop tard, les Aliens éclosent et les gars meurent, comme si en les touchant Ripley pouvait les "guérir" de ça (faut bien faire un jeu me direz-vous). Et c'est ce temps limité, avec des Aliens toujours plus vicieux et rapides, qui rendra l'aventure particulièrement difficile. Car sans le chrono, on pourrait avancer prudemment, faire en sorte de faire le ménage de façon méthodique. Or ce chrono qui défile nous met une pression pas possible, ce qui nous oblige à faire vite et donc à bourriner. Pour s'en sortir il faudra par conséquent mémoriser chaque recoin et chaque emplacement de prisonnier. Le jeu n'est pas très long, il faut en gros 2h pour en arriver au bout. Le souci, c'est que cette difficulté a tendance à être rebutante et qu'on n'a ni sauvegarde, ni passwords pour espérer avancer sans apprendre le jeu par cœur. L'aventure se compose de 20 levels, soit 5 mondes de 3 niveaux plus un boss (une Reine Alien). Pour nous sortir de cet enfer, Ripley est tout de même bien équipée : fusil d'assaut, grenades, lance-flammes et lance-grenades. La plupart des Aliens finissent en miettes rapidement mais certains sont résistants (2 grenades) donc malgré un arsenal explosif, il faudra faire attention, d'autant plus que les munitions sont limitées. Pour s'en remettre plein les poches, il faudra bien fouiller les niveaux (d'autant que certaines zones sont cachées). Notre héroïne est également équipée d'un radar (un classique à la série) mais ce dernier ne sert presque à rien. Il n'émet pas de son lorsqu'il détecte du mouvement et place une boule rouge pour les humains, bleu pour les Aliens. Autant dire que même si ses batteries se déchargent vite (il faut donc en trouver d'autres pour le réactiver), son utilisation est proche du néant et donc on n'y jettera pour ainsi dire, jamais un œil dessus. Question prise en mains, on fait difficilement plus simple. Une touche pour sauter, une pour tirer, la dernière pour changer d'arme. Ripley est assez agréable à manier mais pose quelques petits soucis (induits par un petit manque de finition à mon avis).


Par exemple,
La bande-son est absolument géniale ! Avec des bruitages super explosifs et des musiques dynamiques, faites vous plaisir et montez le son !
sur une échelle on peut tirer en haut ou en bas, mais pas sur les côtés. Pareillement, une fois au sol, on ne peut pas viser en haut ou même tirer en sautant. Ce sont des détails, je le reconnais mais ça peut être gênant. Autre petit détail, les sauts sont très imprécis en dépit de quelques phases de plate-formes à haut risque, et il se peut qu'on galère dans les conduits d'aérations (en fait c'est une question d'habitude). Sans ça l'action est explosive ! Laminer de l'Alien à pelle est vraiment fun et ramène, comme je le disais, au film Alien 2. Côté réalisation, les graphismes sont propres, nets, il n'y a pas de bugs cependant l'ensemble est sans aucune fioriture. Nous n'avons aucun effet graphique (à part les parallaxes des premiers niveaux) et le jeu se déroule essentiellement en intérieur. Si l'action se base sur Alien 2, les décors sont tout de même repris d'Alien 3. On retrouve la fameuse prison, la boucherie, l'infirmerie, la fonderie et même les cavernes Aliens au décor si particulier (d'ailleurs, il y a 2 levels à part, un où il n'y a pas d'ennemis, un autre où il n'y a personne à sauver). Les environnements sont donc peu variés (comme le bestiaire finalement) mais suffisent. Quant aux couleurs, pour un jeu Mega Drive c'est assez détaillé et coloré. On a vu bien pire. L'animation par contre, est en 2 tons : d'un côté nous avons une Ripley bien animée, de façon fluide, d'un autre il y a tout le reste. Aliens, Reines, facehuggers, prisonniers, les frames sont expéditives et donc les mouvements peu détaillés. Enfin le son possède des bruitages puissants. On regrettera que les développeurs n'aient repris aucun bruitage spécifique à la série (comme les cris Aliens, le bruit particulier du fusil d'assaut ou le son du radar) mais à côté de ça, quelle puissance ! Les armes sont nerveuses, les explosions déchirent bien, bref c'est un véritable festival sonore ! Ajoutons à ça des musiques vraiment superbes : si le premier niveau ne laisse pas transparaitre une bande-son furieuse, dés le level 2 vous pouvez monter le son. L'instrumentation est vraiment de grande qualité (c'est rare sur Mega Drive), les partitions légèrement rock sont dynamiques, bref la console de SEGA nous sort le grand jeu, comme quoi lorsqu'elle est bien employée, elle peut aussi bien faire que la concurrence. En clair, avec des bruitages aussi sauvages et des musiques calibrées, mélodieuses, vous allez vous en mettre plein les oreilles !



Si depuis Note
tant d'années je n'avais pas l'animosité de certains testeurs envers le développeur Probe Software, c'était grâce à ce jeu (et plus tard, Alien Trilogy). J'ai toujours aimé cet Alien 3, d'ailleurs c'est un excellent jeu et je pensais le développeur doué pour ça. En fait, Alien 3 est sans doute l'un des rares jeux qu'ils n'aient pas foirés… ceci explique cela. Et il est vrai qu'on pourrait lui reprocher des tas de choses : pas de scénario (pas d'intro, fin pourrie), une jouabilité un peu limite par moment, une difficulté trop élevée… mais ce serait occulter l'énorme plaisir, le fun que procure ce titre ! C'est du 100% action, 100% pur jus de xénomorphe. Evidemment il n'a pas grand-chose d'Alien 3 (le film), à part le contexte et les décors mais il est difficile de trouver un titre aussi propre (d'un point de vue réalisation) et pulsé par une telle bande-son, sur une machine qui malheureusement, a accumulée les daubes à la chaine. Alien 3 est donc l'un des meilleurs jeux d'action de la console, l'un de mes jeux estampillé "alien" préféré.



Test réalisé par iiYama

avril 2005 (mise à jour : octobre 2010)