After Burner III (MCD)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 1993
Développeur : CRI Middleware (SEGA)
Editeur : SEGA
Genre : combats aériens / shoot-them-up

Support : 1 CD
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

After Burner III









J'ai personnellement toujours
Cette version est sans réfléchir la plus honteuse de toute la série ! Seule la bande-son vaut le détour...
eu une certaine tendresse, une affection pour After Burner II. Je l'ai connu sur Arcade avec sa borne fabuleuse, puis sur Mega Drive. After Burner III faisait parti du line-up du Mega-CD et franchement, autant la machine est capable du meilleur, autant cette suite fait plutôt dans le pire ! Et le fiasco commence dès l'intro avec une scène tout juste passable qui devient carrément minable lorsque un avion passe au dessous de nous, afin d'offrir une successions de saccades digne de la Master System. Le concept du jeu reste le même qu'After Burner II : un shoot-them-up en pseudo-3D injouable (on fait n'importe quoi et ça passe ou ça casse), une difficulté épouvantable (on perd une vie toutes les 20 secondes) et des graphismes à faire pâlir de honte une Game Gear. Sans rire, c'est hyper vide, hyper pixellisé, hyper mal fait quoi ! Pour qui SEGA et CRI nous prennent-ils ? Jetez un œil aux screenshots pour bien vous rendre compte de l'horreur graphique qu'est ce jeu ! Par rapport à son prédécesseur cartouche, le regain de puissance du Mega-CD n'a servi strictement à rien, je dirai même que techniquement, le jeu est inférieur à After Burner II sur cartouche, et à G-Loc (qui lui était techniquement pas trop mal, avouons-le). Le support CD de SEGA n'a donc strictement rien apporté à la licence, si ce n'est des musiques de qualité. Là pour le coup, il est clair que ça envoie du lourd ! Du très lourd même ! On retrouve les remixes "pseudo-live" des pistes d'After Burner II, dans des compositions "non electro" du plus bel effet. La qualité est excellente et donne un punch certain à ces combats aériens. Mais quand on voit la pauvreté des graphismes, une mise en scène au niveau zéro et un gameplay toujours aussi minimaliste, on se dit que ce n'était pas la peine d'en faire autant (en fait, on garde surtout le CD pour les musiques, qu'on passera dans sa chaine Hi-Fi).



Jeu de la honte Note
par excellence, After Burner III n'exploite absolument pas le regain de puissance qu'offre le Mega-CD. Son support disque aurait pu apporter beaucoup (contenu, vidéos, scénarisation, mode bonus...) or nous n'avons rien, voire même ce 3e opus fait moins bien qu'un After Burner II sorti sur une maigre cartouche de 4Mb au line-up de la console (en novembre/décembre 1990 chez nous). Près de 3 ans plus tard, finalement les seules petites nouveautés de cet After Burner III sont un sprite du F-14 en 3D assez bien fait et pour une fois, des cibles au sol (encore que, G-Loc le faisait déjà). Mais le tout ressemble tellement à l'opus cartouche, mais avec une réalisation tellement baclés, qu'on aura vite une impression de jeu développé à l'arrache en quelques semaines, afin de gonfler le line-up de l'add-on de SEGA. Finalement il ne reste à sauver que des musiques exceptionnelles parce que TOUT LE RESTE (excusez-moi le terme) c'est de la merde !



Test réalisé par iiYama

juillet 2006