Iridion 3D (GBA)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2001
Développeur : Shin'En
Editeur : Majesco Sales
Genre : shoot-them-up

Support : cartouche de 32Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 55€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Iridion 3D








Iridion 3D
L'intro est sympa mais le scénario est trop basique, trop peu développé
est le premier shoot-them-up de la toute fraîche Game Boy Advance (nous sommes fin 2001). Dans un jeu proche de Starwing dans sa jouabilité et de R-TYPE dans son univers virtuel, voilà un titre qui a démontré que la GBA et son petit CPU 32bits ont fait définitivement entrer les consoles portables dans une nouvelle ère. Avec sa petite intro à base d'images presque toutes fixes, le jeu nous narre pour une énième fois, l'invasion de la Terre par des extra-terrestres agressifs (le Iridions) qui nous attaquent sans sommation. Et comme dans tout bon shoot qui se respecte, la trame ne sera pas du tout exploitée au fil du jeu, la fin se chargeant de tout dénouer. Autant dire que c'est classique et décevant... comme d'habitude. Iridion 3D est comme je le disais, un jeu proche de Starwing (mais en beaucoup moins bon !). Shoot-them-up où on contrôle son appareil en vue à la 3e persone (de dos si je puis dire), ce sera là la seule originalité du titre (qui n'en est pas une, en plus). Après ce n'est qu'une histoire de blast où il y a plusieurs armes upgradables et des myriades d'ennemis. Extrêmement difficile (j'ai réussi à voir la fin au prix de quelques crises de nerfs), le jeu n'apporte rien au genre. Il n'y a pas de bouclier, pas de drones de protection, pas de choix de destination... rien ! Il y a 7 niveaux qu'on enchaîne bêtement... quand on y arrive. Proche d'un After Burner ou d'un Space Harrier, on avance inlassablement vers la fin du level, fin de level qui se termine par un boss. D'ailleurs, tous les boss (hormis le dernier) sont faciles à vaincre, c'est les niveaux qui sont durs. Car le manque visibilité empêche de viser correctement et le contrôle du vaisseau manque de précision. Comme il n'y a aucun moyen de s'en sortir (pas d'accélération, de ralentissement ou autre), et bien généralement on perd presque toutes ses vies sur le même niveau. Difficile donc d'éviter les tir ennemis, ennemis qui sont à mon goût un peu trop résistants.


Ensuite,
Les graphismes sont impressionnants ! Dommage, la difficulté et le gameplay ne suivent pas
mis à part une esthétique étonnante, les levels sont d'un banal affligeant et les boss, dont certains sont originaux, empruntent parfois à d'autres titres (ils pensaient que ça ne se verrait peut-être pas). Par exemple on peut citer 2 boss qui sont directement tiré de Starwing (la station qui tourne sur elle-même et une copie du visage d'Andross) ou encore les dragons de feu avec son level de la lave, issus du fabuleux Axelay. C'est ici que le jeu trouve tous ces défauts, dommage. Pour le sauver de la disgrâce, Iridion 3D c'est avant tout une énorme claque visuelle. Tout en pseudo-3D (vue à la troisième personne avec zoom très actif bien que les éléments soient en 2D), les graphismes sont magnifiques. Le scrolling est hyper fluide (quelques accrocs tout de même), certains boss sont énormes et les levels sont parfois très originaux. Avec 32bits sous le capot, la petite GBA étonne et je dirais même, impressionne ! Les explosions sont bien rendues, le champ de vision est suffisamment éloigné (même si ça n'aide pas la jouabilité) et le zoom que subissent les sprites, ne les pixellisent pas trop. En somme, Iridion 3D est une grande réussite graphique. Côté son non plus, aucune déception n'est à déplorer car les bruitages, certes un peu effacés, restent tout de même fort efficaces (il n'y a pas de voix digits) et les musiques sont de véritables morceaux d'Electro du plus bel effet. En effet la bande-son dépote à fond avec de vraies musiques comme je les aime dans un shoot, avec une instrumentation adaptée à la console et surtout, de bonnes mélodies, bien carrées comme on en trouvait dans les shoots sur 16bits. Il faut reconnaître que la petite GBA est généralement mal lotie sur le chapitre du son (à part peut-être Sonic Advance 2 ou Star X qui restent des exceptions) et que Iridion 3D rattrape à sa manière cette impression globale de médiocrité acoustique.



Bardé Note
d'un son puissant (rare sur GBA) et d'un graphisme en pseudo-3D (une indéniable prouesse technique), Iridion avait tout pour plaire. Malheureusement, avec un gameplay trop simple, même pour le genre, une jouabilité imprécise, un scénario aux antipodes de l'originalité et une sale difficulté, finalement sa réalisation technique de feu ne tiendra pas face à une lassitude qui prendra vite le dessus. C'est un peu dommage car Iridion 3D avait un gros potentiel.



Test réalisé par iiYama

septembre 2007