Duke Nukem Advance (GBA)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2002
Développeur : 3D Realms
Adaptation : Torus Games
Editeur : Take Two Interactive
Genre : FPS

Support : cartouche de 64Mb
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR
Difficulté :
Multi-joueurs : 4 joueurs
Abréviation : DNA
Prix au lancement : 45€


Duke Nukem 3D est aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Duke Nukem Advance








Bien connu
Etonnant, ce nouvel épisode reste très fidèle à l'univers de Duke
des joueurs PC depuis son passage à la 3D en 1996 (voir le test), Duke Nukem ne cesse de faire parler de lui, notamment pour l'arlésienne Duke Nukem Forever, qu'on attend depuis plus de 10 ans déjà. Malgré tout, le brave Duke poursuit son bonhomme de chemin, même si la grosse aventure, la grosse suite se fait encore attendre. Avec cet épisode Advance, 3D Realms aurait pu transposer le cultissime Duke Nukem 3D comme on l'a déjà vu pour DOOM, mais ils ont préférés nous créer une aventure originale. C'est tout à leur honneur. On retrouve donc notre bô-gosse, un barreau de chaise à la bouche, prêt à déchiqueter du porc à la pelle pour sauver quelques donzelles. Cette fois le père Nukem est sous les ordres d'un général qui l'envoie aux 4 coins du monde (et donc autant de niveaux diversifiés) afin de juguler la future invasion de petit-gris (des extra-terrestres en décodé). Pour se faire, il devra infiltrer les bases ennemis, bases qui sont disséminées un peu partout dans le monde, afin de détruire les colonies encore en sommeil. Avec ça c'est sûr, on n'a pas une super trame scénaristique, d'autant qu'on ne bénéficie d'aucun développement du scénario : aucune en images, juste des pages de textes. Scénario prétexte donc, c'est l'occasion de retrouver un FPS assez nerveux au gameplay toujours aussi simpliste mais facile à prendre en mains. Pas de visée unidirectionnelle, ce qui facilite les combats (comme dans les vieux FPS), quelques armes issues des anciens épisodes et même quelques idées reprises. On sent bien que les développeurs ne sont pas allés chercher l'inspiration bien loin et c'est tant mieux. Ainsi on ne se sent pas dépaysé. Et je dirai même que la petite GBA se prête finalement assez bien à l'exercice. Quelques musiques de ponctuation assez banales, des bruitages très corrects et quelques voix digits dont la reprise des phrases cultes de notre héros, égayeront le tout. Visuellement parlant, la GBA n'étant pas un PC, nous avons un résultat potable mais un peu baveux. Le moteur 3D est "diesel" et si ça ne saccade pas trop, les textures ont sérieusement la bougeotte, sans parler de cette bouillie de pixels qu'on obtient de près. Car la définition n'est pas non plus top niveau et tous les sprites sont en 2D, comme au bon vieux temps. Malgré tout, ça reste impressionnant pour une console qui n'a pas été conçue pour ça.



Je sais Note
que j'ai été un peu bref sur ce test mais c'est aussi parce qu'il n'y a pas grand chose à dire. C'est toujours aussi plaisant de retrouver Duke, plus encore sur sa petite portable mais mis à part son habillage et son vrai-faux scénario, il n'y a rien de neuf. Reste le plaisir de faire souffrir sa GBA avec un moteur 3D pas vraiment optimisé (ou surchargé), retrouver les répliques railleuses du père Nukem et cette ambiance excellente où on zigouille à tour de bras. En plus le jeu n'est pas difficile et on ne pourra regretter qu'une jouabilité un peu lourde, surtout lorsqu'on tourne sur nous-même. Mais Duke reste Duke...



Test réalisé par iiYama

avril 2008