Zelda : Oracle of Ages (GBC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : octobre 2001
Développeur : Capcom
Editeur : Nintendo
Genre : aventure

Support : cartouche de 16Mb
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Score des ventes : 2 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The Legend of Zelda

Oracle of Ages



Alors que
L'histoire tient évidemment sur un timbre poste et comme souvent, l'intro n'a rien à voir avec le jeu :(
la Game Boy Advance est sortie depuis juin 2001, c'est en octobre que Nintendo et Capcom se décident d'offrir un baroud d'honneur à la vieillissante Game Boy Color, le premier et dernier véritable épisode couleur à sortir sur ce support. Et pour le coup, ce n'est pas 1 mais 2 jeux qui apparaissent. En effet, intimement lié au Zelda : Oracle of Seasons, les 2 jeux partagent le même univers ainsi que quelques objets, qu'il est possible de retrouver sur l'un ou l'autre, grâce à un password de fin. On pourrait croire ça inutile en pensant que c'est la façon que Nintendo a trouvé pour nous faire acheter ses 2 jeux, mais en réalité, enchainer les 2 titres est la seule façon de voir la véritable fin de cette aventure, qui se clôture par l'affrontement contre Ganon. L'exercice n'est pas nouveau et je dirai même que Nintendo est coutumier de la chose avec ses Pokémons, qui sur portables, sortent toujours en double édition (on peut aussi rapprocher la série des TransFormers avec souvent une cartouche Decepticon et une dédiée aux Autobots). Tout commence par une jolie intro qui n'est pas sans rappeler celle d'Ocarina of Time, sauf qu'on ne chevauchera jamais la fameuse jument. Résultat, à quoi bon nous faire espérer pour rien ? Encore une intro débile qui ne raconte rien et n'est pas du tout liée à l'aventure. L'aventure justement, commence assez vite. L'oracle des ages se fait enlever (à cause de vous en plus !) et c'est à vous de la sauver. C'est tout ? Et oui, comme toujours sur cette série, le pitch de départ est accrocheur mais entre le début et la fin, c'est le vide scénaristique. Ce n'est pas forcément une déception puisque c'est commun à toute la saga, il m'est donc difficile de casser le jeu sur cette routine établie depuis bien longtemps. Par contre, développé par Capcom ou pas, on sent bien que les mecs ne ne se sont pas foulés car tout, absolument tout est repris de l'excellent Link's Awekening, sorti originellement sur GameBoy classique en 1993. Finalement, la ressemblance avec le Link's Awekening DX (la fameuse version couleur) en est presque choquante. Le design, la construction des niveaux, les objets, les personnages, les artefacts à trouver… tout est pareil !


Dans un sens
Oracle of Ages est lié à Oracle of Seasons, l'intérêt étant d'affronter le vrai boss et de voir la vraie fin du jeu
c'est sympa puisque l'unique épisode GB est l'un des meilleurs de la série mais dans un autre, il est clair que Capcom a comme utilisé "un éditeur de maps" auquel il a rajouté quelques babioles et emballez c'est pesé ! Moi quand je vois ça, je ne suis pas au point d'être scandalisé (faut pas pousser non plus) mais je ne peux en aucun cas accorder aux épisodes Oracle autant de crédits que pour le Link's Awekening. Ceux qui collent 18/20 à ce jeu, ne prennent pas en compte le peu de travail effectué par Capcom, qui a fait un pseudo copier-coller. Pire encore, le seul véritable défaut du jeu originel, n'a pas été corrigé, je parle bien entendu de l'inventaire. Comme la Game Boy Color est aussi pauvre en touches que la monochrome, à l'époque Nintendo avait fait un inventaire évolutif où on attribuait un objet par touche. Le problème c'est qu'on passait notre temps à l'ouvrir pour jongler entre les différents objets et c'était pénible. De son côté Capcom a photocopié ce gameplay perfectible et l'a en plus alourdi. La première chose à modifier (et ça me paraissait être le minimum), c'est qu'une fois le bracelet de force acquis, il fallait que son utilisation soit automatique (comme dans Zelda III finalement). Mais non, même pour ça ils ont réutilisé le système lourd-dingue de Nintendo. Résultat on se crispe à ouvrir sans cesse ce fichu inventaire pour switcher sans arrêt entre les objets et croyez-moi, c'est vraiment gonflant ! Si bien sûr on retrouve les fondements de la série (les fragments de cœur, les bombes, le bouclier, l'épée, le bracelet de force… mais aussi les nouveautés de l'épisode GB comme la plume), il y a quand même quelques nouveautés. Certaines sont franchement inutiles comme ce système de bagues dont le sens est assez obscur. Certaines bagues peuvent être utiles en ouvrant le dialogue avec les gens du coin mais dans sa globalité, ça ne sert strictement à rien ! Lié à ça, on a aussi des graines spéciales à planter qui, une fois arrivée à maturité donne un fruit contenant un bonus (restauration de la santé, une nouvelle bague, des rubis…). Il y a aussi la poche à graines, qui pour le coup, peut avoir son utilité. Certaines graines mettent le feu (pratique pour bruler des arbustes par exemple), d'autres permettent de courir vite, on retrouve la classique poudre magique et d'autres encore permettent de rejoindre une zone de la map. Pratique pour se déplacer plus vite d'un point A à un point B. Il y a aussi les animaux à chevaucher. Le kangourou, qui met des pêches d'enfer et permet de sauter des précipices, puis une espèce de triceratops (c'est vraiment n'importe quoi d'ailleurs !) qui nous permet de traverser les eaux profondes… bref des alliés/véhicules qui nous prêtent main-forte et nous aident à arriver jusqu'au prochain donjon.


Dernière nouveauté,
Tout a été repris du Link's Awekening, même son très perfectible inventaire. Ceci dit, comme Seasons, le jeu est vraiment sympa
quand on parle d'Ages, il ne faut pas s'imaginer qu'à l'image de l'épisode Seasons on va avoir plusieurs époques. Non ici, nous aurons uniquement 2 époques mais au lieu d'être un changement climatique avec ce que ça implique sur la nature, on parle carrément d'une époque bien différente. Ainsi les décors (tout comme l'emplacement des maisons ou des arbres) peut changer du tout au tout selon qu'on soit dans le passé ou dans le présent. Cette fois on peut changer d'époque quand on veut mais évidemment le concept est bridé puisque pour passer de l'une à l'autre, il faut au préalable trouver une dalle faite exprès. Et oui c'était trop beau et ça rappelle les souches de l'épisode Seasons. Enfin on félicitera l'ingéniosité du gameplay que ce soit pour une map immense aux multiples chemins à arpenter, comme aux donjons, un peu labyrinthiques mais à la difficulté bien étudiée. Techniquement, la petite GBC ne fait évidemment pas de miracles. Et comme c'est un épisode redite, difficile d'être surpris. Le design est connu et on avance dans un univers qui nous a déjà charmé… si ce n'est que cette fois, il sera bien entendu plus difficile de rester ébahi. Il n'empêche que le peu de couleurs allouables a été bien usité, ce qui donne admirablement le change pour une console en fin de vie. Ca tourne bien, c'est détaillé, en clair on apprécie facilement l'univers proposé, d'autant que le changement d'époque apporte 2 designs très différents. Il est clair que la grosse cartouche de 16Mb a été bien remplie. Par contre, toute la bande-son a été reprise du Link's Awekening, et ce, jusqu'au moindre bruitage ! Capcom ne s'est vraiment pas foulé, c'est déprimant. Et si on retrouve les musiques absolument fabuleuses du trio Kondo-Hamano-Ishikawa, derrière Capcom a composé quelques nouveaux titres... cette fois potables. En lisant le test de Seasons, vous vous apercevrez que les nouvelles musiques de cet épisode-là sont vraiment minables. Quant à celui-ci, il semblerait qu'ils aient fait un effort avec de nouvelles compositions, pas géniales en soi mais déjà un peu plus audibles. Reste la musique des donjons, qu'on entendra forcément un sacré moment et qui est très très très répétitive. Moins moche certes mais elle est trop courte et pas assez mélodieuse pour la supporter plus de 15 minutes, résultat on finit par couper le son.



Si le lien Note
vers Zelda : Oracle of Seasons peut être dispensable, et si certaines nouveautés n'apportent rien au jeu, il faut reconnaitre que nous sommes en présence d'un bon épisode qu'on prendra plaisir à parcourir. Par contre j'en remets une couche sur le fait que Capcom s'est un peu foutu de nous en reprenant tout du Link's Awekening, de la bande-son jusqu'aux les petits interludes en vue de profil et même son imbuvable inventaire ! Les mecs sont vraiment des glandus et auraient pu arrondir les angles, corriger les lourdeurs plutôt que de tout reprendre en bloc sans chercher à comprendre. Mais le plus étonnant, c'est que personnellement j'ai testé d'abord le Oracle of Seasons puis celui-ci dans la foulée. Et il est clair que Oracle of Ages a été développé certes en parallèle, mais un peu après. On sent donc que certains détails ont été peaufinés, et le jeu contient quelques nouveautés de plus, comme ces blocs roulants ou encore ce boss en vue de profil (une première). Limite je pense même préférer celui-ci à l'autre mais ça tient à un cheveu, puisque les 2 sont très bien. En conclusion, si je reconnais être un peu dur sur certains points, je suis le premier à trouver le titre agréable et franchement joli graphiquement. Car il est clair que les forces des Oracles, priment allégrement sur les défauts, et au final on prend beaucoup de plaisir à jouer...



Les -

  • L'intro est belle... mais n'a rien à voir avec le jeu !
  • Beaucoup trop similaire au Link's Awekening
  • Inventaire toujours aussi chiant à gérer
  • La musique des donjons :(
  • Scénario trop expédié
  • Les +

  • De sympathiques nouveautés (animaux, graines...)
  • Toujours aussi agréable à jouer
  • Un gameplan de génie !
  • Graphismes de qualité
  • Bonne durée de vie


  • Test réalisé par iiYama

    mai 2012