MIRIAM : The Escape (Androïd/iOS) -- GRAVITORBOX

 




Note générale


Testé sur :


Sortie du jeu : février 2018
Développeur : Tengle.Games
Genre : plate-formes / puzzle

Version testée : Française
Doublage : -
Textes à l'écran : US

Support : en téléchargement sur Google Play et iTunes
Espace disque nécessaire : environ 35Mo
Version logicielle : 2.0
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : gratuit







Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

MIRIAM

The Escape



Beaucoup de joueurs, je pense, se rappellent de Limbo, ce jeu qui a cartonné notamment pour ses graphismes noir & blanc, sa brutalité qui n'a rien à envier à un Mortal Kombat, et son gameplay minimaliste. Evidemment, comme tout jeu qui marque, ça crée des émules... à la qualité variable. D'un clone fait pour le fric à la Bubsy jusqu'à un clone fait par amour de la série style Freedom Planet et autres Hedgewars. C'est donc d'un clone de Limbo, MIRIAM développé par Tengle Games, dont on va parler. Un jeu disponible sur Smartphones et tablettes, tournant sous Androïd et iOS.



Kage Bunshin no Jutsu !


L'inspiration de
MIRIAM est un clone plus ou moins assumé de Limbo
Limbo se crame dès le scénario, du début à la fin. Notamment au niveau de son caractère flou : Miriam, le personnage principal, semble s'endormir. Elle se retrouve par la suite emprisonnée dans un rêve. Son but sera de s'échapper. Parfois, lorsque vous finirez un monde, vous aurez le choix entre 3 objets. La fin sera différente selon les objets choisis. Néanmoins, elles peuvent toutes être interprétées de différentes manières. Je ne suis pas ultra fan de cette repompe de Limbo, mais j'aime bien les quelques originalités du jeu. Ce qui nous amène au gameplay. Il y a 4 mondes, chacun composé de 6 niveaux. Niveau maniabilité, MIRIAM (le jeu) se joue exactement comme Limbo : des flèches pour se déplacer, un bouton pour effectuer des actions et un autre pour sauter. C'est chez le gameplay que les choses deviennent plus intéressantes, avec une première originalité : il n'y a pas d'ennemi. Par contre, il y a souvent de la lumière dans les niveaux. Ces rayons de lumière sont mortels pour Miriam (le personnage) et comme tous les autres pièges, cette lumière la tue instantanément. Le gameplay va souvent tourner autour de ces rayons de lumière et pour les éviter, rien de tel qu'un abri par exemple. Chaque niveau a une porte et une clef. Pour ouvrir la porte, il faudra d'abord s'emparer de la clef. Cette clef est parfois sur le chemin du niveau, ou cachée quelque part d'autre. Les checkpoints, bien qu'invisibles, sont très courants. De nombreux puzzles se dresseront sur la route de Miriam, et si le caractère gore de Limbo est aux abonnés absents, sachez que les pièges restent nombreux : pièges à ours, eaux profondes, scies circulaires, piques, etc... Contrairement à un Limbo parfois vu comme un jeu qui fait dans le "die and retry", Miriam n'est pas si difficile que ça. Au début, le jeu capitalise non sur un tutoriel mais sur le "die and retry" justement, le temps que le joueur comprenne les mécaniques. Mais une fois que le gameplay est acquis, le jeu devient plutôt facile, avec quelques puzzles et seul le dernier niveau sera un peu plus dur que la moyenne (ce dernier proposant un challenge au-dessus des autres, grâce à des puzzles plus complexes).



MIRIAM, un clone "Luigifié" de Limbo ?


Par la suite,
Le gameplay offre quelques bonnes idées, malheureusement sous-exploitées...
chaque fois que quelque chose de nouveau est introduit dans le jeu, ce dernier s'assure à ce qu'on comprenne bien comment ça fonctionne grâce à un level design adapté. Je regrette néanmoins que certaines "gimmicks" n'apparaissent qu'une seule fois dans toute l'aventure (comme un train dans un niveau ou la gravité plus faible au tout dernier level) car à mes yeux, si ça évite au gameplay d'être redondant, en contrepartie il n'exploite pas non plus tout son potentiel. Question vies, Miriam en a 3. Dès qu'elle les perd toutes, c'est Game Over. Néanmoins, elle a un nombre infini de continues et peut même reprendre au checkpoint au prix de regarder une pub de 30 secondes. Bien qu'à mes yeux les pubs cassent l'ambiance, elles ne sont pas aussi agressives que dans les remakes de Sonic 1 et 2 par exemple. Par contre, graphiquement, c'est du Limbo tout craché... mais en moins bien. Pour faire court, l'aspect un peu flou de Limbo, qui faisait en partie son charme, est ici absent. Miriam elle-même est en 3D dans un terrain en 2D. De plus les animations ne sont pas les meilleures : par exemple, Miriam, lorsque saute immobile, son animation commence alors qu'elle est déjà dans les airs et avant elle garde son animation immobile. Je vous laisse imaginer. Niveau bande-son, c'est également minimaliste : pas de musique dans les niveaux, mais des bruitages de qualité qui contribuent à l'atmosphère du jeu. Une très jolie musique au piano apparaît néanmoins dans la cinématique de fin. Enfin, niveau durée de vie, les 4 mondes sont en majorité facile, et le jeu devrait être complété en quelques heures. Seules les fins multiples peuvent pousser à recommencer l'aventure afin de choper les succès (anecdotiques) et toutes les fins. Il faut néanmoins noter un point majeur : le jeu est gratuit. Et quand on sait le prix exorbitant de Limbo, on a non pas un remplacement en face de nous, mais plutôt une possibilité.



Si il Note
était payant, MIRIAM n'aurait pas dépassé les 12/20. Graphiquement désuet, pompé sur Limbo surtout au niveau scénaristique et graphique, le jeu se rattrape grâce à un gameplay plutôt original, une difficulté plus accessible, et une bande-son tout à fait correcte. Il peut intéresser même les détenteurs de Limbo, car c'est un jeu sympa et distrayant. Je pense cependant qu'on aurait pu aller plus loin dans son approche et son gameplay, dont seul le dernier niveau exploite les meilleures idées. Mais quand un jeu est gratuit (au prix tout de même de quelques pubs), on se doit d'être indulgent...



Les -

  • Certains gimmicks n'apparaissent qu'une seule fois dans le jeu
  • Le gameplay n'a pas été exploité à son potentiel maximum
  • Un peu trop pompé sur Limbo
  • Graphismes peu inspirés
  • Plutôt court
  • Les +

  • Le dernier niveau, tant il se distingue du reste, grâce une partie à faible gravité notamment
  • A le mérite de rejeter l'aspect gore de Limbo
  • Pubs "in game" peu agressives
  • Les continues infinis
  • Bande-son correcte
  • Gameplay original
  • Gratuit

  • Test réalisé par Idris2000

    décembre 2018