Under Defeat (DCAST)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2006
Développeur : G.Rev
Adaptation : G.Rev
Editeur : G.Rev
Genre : shoot-them-up

Support : 1 GD-Rom
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : US/JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Prix au lancement : 30€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Under Defeat









La DreamCast
La réalisation est impressionnante ! Seule la bande-son est décevante par tant de banalités...
est une étonnante machine. Censée être morte depuis la sortie de la PS2 au Japon (entre 2001 et 2002), elle a survécue jusqu'à aujourd'hui grâce à ses nombreux fans. Il faut dire que l'activité underground de la console est énorme puisque le piratage est franchement aisé (il parait qu'une simple mise à jour du firmware du lecteur suffit). En plus, le noyau Windows CE permet des portages assez divers comme des jeux PC (Quake, DOOM...) et même des émulateurs d'anciennes consoles (il parait qu'on peut même faire tourner des jeux PlayStation !). Enfin, il existe grâce aux plus doués d'entre eux, des homebrews (jeux amateurs) parfois très réussis, disponibles pour la console comme pour le VMU. Mais revenons à nos moutons. Début 2006, G.Rev (aussi connu sous le nom de G.Revolution et entre autre développeur de Doki Doki Idol et Border Down) adapte son hit Arcade paru en 2005 sur borne NAOMI. Véritable killer du genre malgré une forte inspiration de Zero Gunner 2, Under Defeat délaye une ambiance qui sent le souffre avec un fun explosif. L'intro propose quelques images fixes sans musique ni voix-off, où l'on déduit un conflit entre 2 nations : l'Empire et l'Union. Comme toujours, la construction scénaristique s'arrêtera là puisque aucune cut-scène ou vidéo ne viendra gratifier le joueur. C'est maigre mais depuis que le genre existe, ça a toujours été comme ça alors... Côté gameplay, il est on-ne-peut-plus basique puisqu'on contrôle un hélico armé d'un canon vulcain et de mega-bombe pour se sortir de mauvais pas. La seule originalité, c'est qu'on pourra pivoter son appareil sur la droite ou la gauche afin de varier les affrontements et dynamiser l'action. Il est tout de même dommage de n'avoir qu'une seule arme (upgradable) même si les "options" (c'est le nom que le jeu donne aux drones de combat qui nous secondent) sont bien sympa. En parlant d'action, il est clair qu'elle est hyper soutenue. Même en "easy" le jeu est difficile (mais pas insurmontable) à cause de myriades d'ennemis aux tirs incessants, qu'on doit shooter en l'air comme au sol. De plus, le jeu ne passe aucune erreur et au moindre contact, c'est la perte d'une vie. Autant dire que ça pardonne pas. Avec seulement 2 continus, finir le jeu relève du professionnalisme. On retrouve le mode Arcade, qui n'est autre que le jeu original sans concession et un mode practice qui vous permettra de rejouer les niveaux. Je dis bien rejouer, car chez G.Rev on est un peu vache et pour rejouer un niveau, il faudra d'abord le finir en mode normal. Autant dire que ce mode perd tout son sens.


On retrouvera
Le jeu est très difficile et le scénario est minimaliste. Mais c'est un shoot alors...
aussi une galerie où on pourra visionner les Artworks du jeu et où on pourra configurer l'écran en vertical ou horizontal. Enfin j'ai trouvé sympa de pouvoir habiller les 2 bandes noires sur les bords de l'écran (le jeu gardant son aspect d'origine) ou encore de pouvoir jouer avec la caméra lorsqu'on est en pause. On pourra venir me dire ce qu'on veut sur la DreamCast mais elle est bien la Reine des shoot-them-up ! Avec un graphisme clinquant et une animation relativement fluide (quelques ralentissements tout de même), le jeu impose un style épuré mais ô combien plaisant. Les décors sont beaux, le character-design est excellent et les boss imposent grave ! Il ne sera pas rare d'avoir les yeux écarquillés devant tout un pont qui s'écroule ou encore devant la puissance des explosions. Gestion des particules, 3D somptueuse, des centaines de sprites en mouvements, une mega-bombe qui porte bien son nom (la vache elle fait mal !), tout ça au service d'un visuel impressionnant qui prouve une fois de plus que la DreamCast n'a rien à envier à la PlayStation 2 par exemple (y'a qu'à voir l'adaptation râtée de Radirgy). Décidément, la DreamCast ne cesse de me surprendre et je me demande encore pourquoi elle fut si vite enterrée... Petite déception quand même, les musiques sont franchement moyennes. Certes de qualité, elles n'imposent aucune mélodie tonitruante qui accrochera le joueur à son pad. Dommage, d'autant que c'est souvent les shoots qui ont de belles musiques. Dans les options, on peut choisir entre celles de la version Arcade ou des remixes (Arrange) mais le topo sera le même. En fait ce qui déçoit c'est quelles soient si banales, si déjà convenues. Quelques voix digit parsèment le jeu, sans plus, mais on pourra féliciter G.Rev pour la création des bruitages. Totalement dévastateurs, les explosions sont puissantes et l'audio baigne dans une ambiance de fureur assez jubilatoire. Dommage que les musiques ne suivent pas.



Under Defeat Note
est un jeu surprenant. D'un classicisme éprouvé empruntant autant à Zero Gunner (SEGA) qu'aux jeux de la gamme 194x (Capcom), on pilote un hélico devant faire le ménage dans une guerre frontalière quasi fratricide. La réalisation graphique est superbe, les décors étant vraiment beaux et les explosions étant magnifiquement rendues, seules une bande-son moyenne et une grosse difficulté viendront saper votre plaisir. Le jeu n'en reste pas moins une pièce maîtresse de plus sur la reine du style, une console qui nous démontre une fois encore qu'elle n'était pas juste une transition entre 32 et 128-bits mais bel et bien une console de sa génération. Un jeu puissant que tout amateur shmup sera savourer à sa juste valeur.



Test réalisé par iiYama

août 2007 (mise à jour : juin 2013)