Last Hope (DCAST)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : janvier 2007
Développeur : NG-Dev.Team
Adaptation : NG-Dev.Team
Editeur : Red spot game
Genre : shoot-them-up

Support : 1 GD-Rom
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 30€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Last Hope

Tactical Shooting Game



Sorti le 10
Le gameplay est pompé d'R-TYPE, la difficulté aussi
juillet 2006 sur Neo-Geo AES sous la forme d'une coquette cartouche de 186Mb (environ 23Mo), Last Hope est sans doute le dernier shoot-them-up de la console d'SNK (650€ tout de même, ils abusent !) et l'avant dernier jeu de celle de SEGA (le dernier jeu étant Triggerheart Exelica). Un jeu difficile à trouver, exigeant et pourtant si old school. Voilà un jeu qui fascine, rebute, assouvi et lasse ! Rien que ça... Old school est sans doute le terme anglophone le plus approprié. Héritier d'une ère qu'on croyait définitivement révolue, Last Hope nous ressort un vieux gameplay poussiéreux totalement pompé d'R-TYPE, ce qui sera à la fois sa tare et sa force. Datant de 1987, je vais rappeler les usages R-TYPien si régressistes de nos jours. Tout d'abord nous avons des bonus -speed up- pour augmenter la vitesse d'un vaisseau poussivement lent. Une option pour le moins imbécile car peu crédible et pourtant encore d'actualité avec des jeux récent comme Gradius V. Une aberration selon moi mais c'est un point de vue. Ensuite, si on se fait toucher (en -very easy- on peut se faire toucher 3 fois par des tirs légers), on reprend à partir d'un check-point et non là où on a laissé une vie de plus. Un procédé facile pour augmenter drastiquement la difficulté et la durée de vie. Car on peut le dire, Last Hope est un shmup très difficile, trop difficile même. Par contre, il reprend aussi des vieilles recettes à succès. Ainsi on retrouve le fameux drone de R-TYPE qu'on ne pourra pas lancer mais qui aura tout de même la particularité de pouvoir tourner autour de votre vaisseau (un peu comme dans ECO Fighters). Le game-plan horizontal est simple mais efficace et les continus infinis ne seront pas de trop pour espérer atteindre au moins la moitié du jeu (bon courage !). Les petits plus par rapport à la version Neo-Geo sont une définition d'image un peu meilleure, l'utilisation possible du stick analogique (soit pour faire tourner le drone soit pour contrôler votre appareil), des petites fonctions VMU en plus (images et sauvegardes) et des musiques lues en direct sur le CD. Pour le reste, les 2 versions sont identiques et font même l'impasse sur la moindre intro.



Le jeu propose
Techniquement, ça reste un jeu Neo-Geo
2 modes principaux : Arcade ou DreamCast. Les différences ne sont pas visibles (ou alors j'ai besoin de consulter) hormis l'utilisation du stick et un jeu à peine moins difficile dans le 2e mode. Techniquement, on ne peut s'empêcher de penser à Pulstar, Blazing Star et autre Prehistoric Isle II sur Neo-Geo. Car en plus de ce faux-air de R-TYPE maquillé, les graphismes sont entièrement réalisé en images de synthèses. Le rendu, mis à part quelques sprites disgracieux comme les clampins à pieds, est vraiment magnifique. C'est certes un peu pixellisé (la Neo-Geo étant une vieille 16bits) mais c'est aussi très bien animé et les graphismes ont un charme indéniable, tout comme les jeux sus-nommées. Ajoutez à ça une bande son particulièrement soignée (belles musiques et bons bruitages), et vous obtiendrez un bon shoot mariné à la vielle école comme on en voit plus (et pourtant c'étaient les meilleurs). Malheureusement et malgré tous les efforts d'une équipe de 4 valeureux testeurs, nous ne sommes pas allés bien loin tant le jeu est difficile à l'extrême. Les continus infinis sont un cadeau gratifiant mais insuffisant pour espérer passer le level 4 (difficile dans ce cas de faire un test long) alors que le jeu en compte 6. Le retour au check-point à chaque vie loosée avec perte de tout son armement y compris les bonus de vitesse, étant le pire procédé qui existe pour rallonger la durée de vie d'un shoot (et pourtant, on le retrouve souvent).





Avec ses musiques mélancoliques, Note
ses graphismes en CG du plus bel effet et son action soutenue, si on est fan du genre on accroche. Jeu amateur qu'on croirait professionnel, il est vendu sur des sites très sérieux comme Play Asia, avec une boite et une vraie notice. Reste à savoir si la soupe restera digeste pour un gamer pas forcement friand de shoot ou pas forcement patient. J'en doute et c'est bien dommage, car c'est un très bon jeu.



Test réalisé par iiYama

septembre 2007