Confidential Mission (DCAST)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2001
Développeurs : SEGA - Hitmaker
Adaptation : SEGA
Editeur : SEGA
Genre : shooter

Support : 1 GD-Rom
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Prix au lancement : 50€


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Confidential
Mission







Ayant travailler
Confidential Mission est un shooter vraiment sympa, surtout avec un phaser
dans le circuit de l'Arcade pendant quelques années, j'ai bien sûr connu Confidential Mission sur borne, avec ce que ça implique de grand écran et de phaser aux couleurs fluo. Dans ce jeu on incarne un duo d'agents secrets qui doit arrêter des terroristes qui se sont emparer d'un satellite militaire. Le développement du scénario est très sommaire et de toute façon, c'est pas ce qu'on demande à un shooter. Mais je tiens à commencer par les énormités de conception de ce jeu. La première et sans doute la plus troublante, c'est que nos agents ont des armes de poing automatique avec silencieux qui font le même bruit que si elles en avaient pas ! Je sais, ce n'est qu'un détail mais tout de même. Idem, les mêmes armes n'ont que 6 balles dans le chargeur. SEGA se serait-il au temps des Colts ? Un automatique possède au minimum 8 coups, plus généralement entre 12 et 15 douilles. Après, les erreurs sont communes au genre, pas spécialement au titre de Hitmaker : 40 mecs qui sortent tous de l'arrière du même comptoir (?), des boss abusés, truffés de gadgets et qui sont capable de prendre des dizaines de cartouches avant de rendre l'âme, et bien sûr un flot incessant de mercenaires qui n'ont que vous pour cible. Mais pour ça, on passe l'éponge. Là où par conte je m'insurge, c'est que lorsqu'il parlent les protagonistes n'ouvrent même pas la bouge. C'est trop laid ! Pardonnable à l'époque de la Saturn, c'est carrément minable sur 128bits. Après on retrouve les bonnes bases de tout jeu du genre comme le fait de tirer sur innocent nous fait perdre des points de vie, le fait qu'on usera de 10.000 chargeurs pour finir le jeu ou encore trouver de nouvelles armes en fil du jeu, évidemment limitées en balles. Les ennemis sont entourés d'un réticule qui vire peu à peu au rouge selon le niveau de menace. Hormis l'aventure en elle-même, on aura aussi quelques missions secondaires, sans grande conséquence. C'est du genre boucher les entrées de gaz de la pièce pour éviter d'être empoisonner sans quoi votre vue sera brouiller pendant 30 secondes, ou rattraper un VIP avant qu'elle se fasse recapturer sans quoi il faudra la relibérer dans les minutes qui suivent.


Evidemment jouable
La partie technique n'est pas éclatante mais reste très convenable pour le support
à deux, on aura le choix des instruments entre le pad, la souris ou le Virtua Gun, véritable arme qui prend dans ce jeu tout son intérêt. Je n'ai pas essayé la souris mais la jouabilité au pad est étonnamment efficace. Les développeurs ont tout prévu avec un bouton pour recentrer le réticule, un autre pour accélérer la vitesse du viseur, la possibilité de configurer les boutons comme on veut et même le réglage de la sensibilité du stick. Même si on est pas équipé du meilleur outil pour ce type de jeu, déjà au pad on s'en sort très bien (même si parfois dans l'action, on s'emmêle les pinceaux). Je regrette juste que ces 6 coups soient si contraignants (en plus d'être à l'ouest côté réalisme), ce qui nous force à recharger sans cesse. Mais Confidential Mission n'est pas un jeu difficile pour autant puisqu'on pourra avoir plus de vie que sur Arcade et jusqu'à 9 continues. Cette version propose en plus 2 modes bonus, dont un training assez bien fait : 6 épreuves sur 2 niveaux de difficulté, si on remporte le tout on pourra se sentir enfin prêt pour le jeu et on débloquera l'autre bonus (le mode Another World, rien à voir avec le titre d'Eric Chahi). Sur la question de la réalisation, hormis des cut-scènes ridicules à cause de PNJ qui n'ouvrent pas la bouche, je reviens pas dessus, on retrouve assez fidèlement le jeu d'Arcade. La version Arcade tournant sur borne NAOMI, un hardware proche de la DreamCast, ceci explique cela. Evidemment les textures sont un peu moins détaillées mais le jeu n'a rien perdu de son attrait, de son dynamisme et de sa nervosité. Le jeu est quasiment à l'identique et les fans de la première heure ne s'en plaindront pas. Ainsi on retrouve un graphisme sympa bien qu'un peu vide, des musiques rythmées mais pas très attrayantes, des bruitages pas vraiment réalistes et un doublage US assez correct. Petit plus de la conversion, le jeu est sous-titré en Français.



SEGA Note
continue de faire avec succès, ses portages Arcade vers Console. Un leitmotiv qui a débuté avec la Mega Drive (et sur une autre échelle avec la Master System). Confidential Mission s'il n'est pas le meilleur jeu de la DreamCast, s'en sort fort bien dans une fidèle adaptation du hit Arcade. En s'accordant les mêmes fantaisies que les autres shooters, SEGA prouve qu'il maîtrise son sujet aussi bien Namco. Jouable de diverses manières (pad, souris, phaser), apportant 2 nouveaux modes de jeu et une réalisation exempte de tout bug, Hitmaker nous livre un bon jeu qu'il est encore plus agréable de parcourir à deux.



Test réalisé par iiYama

septembre 2008