House of the Dead 4 (ARC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet / décembre 2005
Développeur : SEGA
Genre : shooter

Version testée : Euro
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Hardware : SEGA Lindbergh
Support : 1 DVD
Orientation de l'écran : horizontal

Commandes : phaser type Uzi
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : HotD4
Titre alternatif : The House of the Dead IV





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The House
of the Dead 4







Si les 2 premiers
Avec son écran géant et ses bonnes sensations de jeu, House of the Dead 4 est un bon titre
House of the Dead (datant de 1996 et 1998) étaient pour moi de bons shooters sans plus, l'épisode III sorti 5 ans après le second opus, aura par contre marqué les esprits. Réalisation aux petits oignons, armes réalistes, action de feu... s'il n'était pas très original, il encensait sa propre recette avec brio. Et ce n'est qu'en 2005 que SEGA a développé une suite à sa saga horrifique. Fonctionnant sous Hardware Lindbergh, ce dernier matériel pro de SEGA (à la date du test), est un monstre de puissance. Né en 2005, il était l'équivalent d'un PC de compétition (aujourd'hui il équivaut à une gamme moyenne). Le résultat à l'écran se fait immédiatement sentir : le jeu est hyper beau. Découvert dans la salle Parisienne "La tête dans les nuages" (l'une des dernières de son genre), on peut même dire que House of the Dead 4 était l'un des plus beaux jeux du parc. Enorme bon en avant en matière technique depuis l'épisode 3 (qui utilisait un système Chihiro), les sprites sont bien plus nombreux et bien plus détaillés. De même les boss, déjà très gros en 2003, sont devenus véritablement titanesques ! Autant dire que le Lindbergh assure bien et c'est sans doute pour ça que SEGA n'a pas encore jugé bon de développer un nouvel Hardware. La borne se présente un peu comme celle du 3 avec 2 repose-armes et un écran frontal classique avec les capteurs en façade. La nouveauté c'est qu'on a cette fois un écran LCD plutôt qu'à tube, de type 16:9 (il existe 3 tailles : 29", 52" et 62"). Les armes ont encore une fois changées et on troque les sympathiques fusil à pompe pour d'encore plus sympas Uzis. L'avantage, c'est qu'on laisse de côté l'archaïque mode 6 coups pour un chargeur de 50 balles avec forcément, un tir en rafale. Sur le côté, ce que j'ai pris au départ pour un sélecteur de tir comme dans Ghost Squad, est en fait un lanceur de grenades. Mine de rien, la série évolue vraiment car depuis le premier épisode, malgré l'ajout du pompe, les bases étaient les mêmes. Après on reste dans du classique pour la série avec son petit scénario (la fille n'est pas du tout habillée pour ce qu'elle fait dans le jeu), on a des dizaines de monstres à tuer toutes les minutes (on retrouve tout le bestiaire des 3 précédents opus), une caméra qui jette un oeil à droite ou à gauche et hop, 30 monstres de plus, des boss à chaque fin de niveau... bref la recette habituelle. Une petite différence tout de même : comme la cadence de tir est plus élevée, les monstres sont plus rapides et surtout plus nombreux. Enfin dernière nouveauté, il faudra parfois secouer son machine-gun pour débloquer la sortie ou se défaire d'un ennemi qui nous étreint. Ce petit "effet Wii" est assez sympa et comme les Uzis ont un poids idéalement pensé, ça reste agréable.



Si une Note
nouvelle fois on n'est pas en présence du meilleur shooter de ces dernières années, on peut le dire, The House of the Dead 4 assure méchamment bien. Pas trop difficile (merci les gars pour le réglage), vraiment très beau, bien animé, sans réelle surprise mais bien nerveux comme on aime, les petits ajouts de gameplay font que la série avance un peu et dans le bon sens. S'il ne jouit pas de la notoriété d'un House of the Dead III, cet épisode IV apporte un peu de sang neuf, de nouvelles armes très sympas (et précises) et au final, on passe un excellent moment en sa compagnie.



Test réalisé par Lidwyne & iiYama

février 2009