House of the Dead III (ARC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2002
Développeur : SEGA (Wow Entertainment)
Genre : shooter

Version testée : Euro
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Hardware : SEGA Chihiro
Support : 1 GD-Rom
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : phaser type fusil à pompe
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviations : HotDIII / HotD3


Aussi disponible sur :






Cabinet en version luxe (à gauche) et version classique à droite (NAOMI)




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The House
of the Dead III







La série des
Ce 3e épisode est légérement scénarisé. En plus les textes sont en Français
House of the Dead a donné quelques lettres de noblesse à l'un des (ex) grands rois de l'Arcade, j'ai nommé SEGA. En concurrence directe avec les Time Crisis de Namco, House of the Dead se différencie par l'abstraction totale de réalisme en plongeant le joueur dans un univers emplie de zombies et de monstres. Surfant sur la vague Romero et Resident Evil, la saga s'est ainsi forgée une certaine réputation auprès des joueurs en salles obscures. De mon côté, si j'apprécie tant ce jeu c'est parce que j'ai passé presque 3 ans de ma vie à bosser pour un gérant et que pendant ce temps, j'ai pu toucher de près la plupart des grosses bornes qui sévissent dans nos cinémas et nos cafés. Ce 3e épisode se présente généralement sous la forme d'une borne Naomi et les phasers sont des fusils à pompe à canon scié d'une taille quasi réelle. Petite controverse pour la date de sortie du jeu, il est difficile savoir s'il est parue en 2000, en 2002 ou en 2003 car aucun site ne dit la même chose (personnellement, je fais confiance à Wikipedia). Toujours est-il que le jeu devait être porté sur DreamCast mais fut annulé et a finalement été adapté sur Xbox en 2003, puis sur PC en 2005 avant d'atterrir sur Wii en 2008. Pour entrer dans le vif du sujet, s'il est rare d'avoir un scénario sur Arcade, il est encore plus rare d'en avoir un aussi travaillé que celui-ci. On a des scènes de liaison et même un développement scénaristique entre chaque level. Pas de vidéos mais des cut-scènes en 3D qui vont à l'essentiel, proposant un tenant et un aboutissant, évitant ainsi de nous laisser shooter tout ce qui bouge sans raison. Bon après c'est sûr, ça reste léger mais on ne peut pas enlever à SEGA un certain effort. Comme je le disais plus haut, le phaser (l'arme) est une jolie réplique de fusil à pompe afin d'immerger le joueur dans cet univers zombifié. Ainsi on entre tout de suite dans l'ambiance grâce une excellente prise en main. En plus les capteurs (en façade) font parfaitement leur job puisque le jeu est hyper précis. Le pompe, comme chacun sait, a un tir certes lent mais évasé qui fera bien souvent mouche, même si on vise de travers. Malheureusement ça limite aussi le jeu à une seule et unique arme. L'arme "touche-à-tout" de Time Crisis 3 permettait d'avoir jusqu'à 4 armes différentes mais ici, c'est le pompe et basta. On a aucune arme secondaire, pas même des grenades pour les coups durs. Petite nouveauté quand même, au lieu de sortir la visée de l'écran pour recharger, ici on doit "pomper" son gun. C'est original et vraiment sympa.



Je rappelle
Le système Chihiro nous dévoile un sacré potentiel
tout de même pour les 2 du fond qui dorment, que The House of the Dead III est un rail-shooter, donc un jeu en vue subjective où le gameplay se résume à viser et à tirer puisque les déplacements sont imposés... ce n'est pas un FPS. Pas trop difficile (lorsque les réglages sont "honnêtes"), on pourra tout même regretter une certaine redondance de l'action. Le jeu ne fait pas peur malgré son ambiance décharnée, il y a bien sûr des bonus à récupérer (points, santé...) et toute une ribambelle de streumons à dessouder. Le jeu vous laissera de temps en temps le choix de votre parcours, selon 2 à 3 itinéraires mais les passages-clé sont tous communs. Disons que ça rallonge un peu une durée de vie extrêmement courte, Arcade oblige. On retrouve aussi toutes les routines inhérentes à ce type de jeux à savoir un flot continu d'ennemis qui n'a que vous pour cible, devoir de sauver son coéquipier de temps en temps (en cas de réussite, on regagne un point de vie) ou encore une caméra qui regarde ailleurs et en revenant à sa position initiale, on découvre 5 monstres apparus comme par enchantement et prêts à nous bouffer. Mais bon, tous les shooters (ou presque) sont comme ça alors on dit rien. Basé sur l'Hardware de l'Xbox, le système Chihiro nous offre un jeu en tout point magnifique. On en attendait pas moins de SEGA hormis peut-être une héroïne clairement... moche, à cause notamment d'une modélisation moyenne. A côté de ça, les monstres et les décors sont excellents, les textures sont très propres, le moteur 3D fonctionne parfaitement et garde une excellente fluidité tout au long de l'aventure. Enfin la partie son n'est pas en reste. Si le doublage US est de très bonne facture, pour une fois et c'est assez rare pour être précisé, les sous-titres sont traduits en Français. Les musiques sont typiques de ce qu'on trouve sur Arcade, à savoir des pistes assez insipides et parfois même bruyantes à outrance. Si la plupart des bruitages sont bons j'ai tout de même un petit regret : le pompe à un FX trop léger par rapport à sa puissance. Mais ce parti-pris est à mon avis voulu, sinon le jeu aurait été franchement saoulant.



The House of the Dead III Note
est un excellent jeu d'Arcade, sans doute l'un des plus connus et des plus émérites shooter de la scène, malgré sa restriction de gameplay dû à son arme. Une arme très précise, immersive même, et ce grâce à un design très réussi. Tout aussi travaillée, la réalisation est de première ordre avec notamment des graphismes somptueux. The House of the Dead III reste selon moi ce qui se fait de mieux en matière de shooter Arcade. Etant donné son âge, il commence à disparaître de nos salles alors si vous avez l'occasion d'y jouer, ne vous en privez pas.



Test réalisé par iiYama

février 2009