Street Fighter (ARC)

 








Note générale


Sortie du jeu : aout 1987
Développeur : Capcom
Genre : combats

Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US/JAP
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Hardware : 16bits à base Motorola 68000
Support : PCB
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 4 voies + 6 boutons

Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Fighting Street
Abréviation : SF


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Street Fighter








A force d'en parler tout le temps,
Street Fighter est une horreur ! On se demande comment Capcom a pu concevoir sa géniale suite sur de telles bases...
la série Street Fighter est devenue une référence en matière de jeux de combats mais afin d'en scruter les plus grands chapitres, commençons par le commencement. Capcom, une société fabricant des jeux électroniques, s'est un jour mis à concevoir des jeux vidéos sur borne d'Arcade. Un jour de 1987, Street Fighter (aussi nommé Fighting Street) est né, posant la première pierre d'un futur édifice en béton armé. Usant en ces temps-là du rarissime port JAMMA+ (6 boutons), Capcom innove en proposant un jeu de combat où on dispose de 3 niveaux de force pour les attaques au poing, et 3 pour celles aux pied. Plus original encore, notre personnage peut faire des coups spéciaux (boule de feu et dragon punch). Malheureusement, en solo on n'aura pas d'autre choix que de prendre Ryu mais on se consolera avec celui de pouvoir choisir son premier adversaire. C'est dans cet épisode qu'on rencontrera pour la première fois Adon, Gen et Birdie, qu'on retrouvera plus tard dans Street Fighter Alpha. Parfois, nous aurons aussi droit à un bonus-stage aussi miteux que le jeu lui-même.Street Fighter n'est pas disponible sur CPS1, le fameux système Arcade de Capcom puisqu'il ne verra le jour que 2 ans plus tard. Très proche cependant, la carte du jeu contient un 68000 (Motorola), un processeur 16-bits (cadencé à 8Mhz). Pas si mal vous me direz, pourtant il faut voir la gueule que ça a !! Graphiquement c'est très laid, même pour un jeu de cette époque, l'animation est une abomination et le son est une vraie merde ! Rien de mieux pour s'arracher une oreille que des musiques pourries à souhait, des voix digits complètement miteuses ou encore des bruitages exécrables. Le pire dans tout ça, c'est que c'est totalement injouable. Hyper imprécis, le maniement est lourd et les sauts font 20 mètres de long (on ne sait jamais où on va atterrir). On ne contrôle presque pas son personnage tant c'est fouillis, les coups sont fait à l'arrache et en plus, on se fait laminer la tête. Conclusion : difficile en plus d'être injouable !



Loin d'être Note
un jeu culte, ce Street Fighter premier du nom, qui est aussi le premier beat-them-up/versus fighting de la marque, est un soft à oublier. Etant donné le fiasco technique et ludique, je me demande encore comment Capcom a eu l'idée de faire une suite et comment sur de telles bases, les développeurs ont bien pu nous pondre un Street Fighter II intouchable, si proche de la perfection, avec sa réalisation de tout premier ordre et son irréprochable gameplay...



Test réalisé par iiYama

mars 2007