Puzzle Bobble 2 (ARC)

 


Cliquez pour agrandir






Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1995
Développeur : Taito
Genre : puzzle-game

Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Hardware : Taito F3
Support : PCB
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 8 voies + 1 bouton
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviations : PB2 - BAMA


Aussi disponible sur :












Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Puzzle Bobble 2

Bust-a-Move Again



Depuis la
Evidemment, c'est à 2 que le jeu est le plus fun
naissance de la Wii on parle beaucoup de "casual-games", soit des jeux censés attirer les gens qui ne jouent pas, ou les joueurs vraiment occasionnels. Autrement dit, des jeux qu'on ne pratique que de temps en temps et c'est vrai que sur le secteur, la Wii et la DS sont les reines. D'abord elles visent un public à l'opposé du jeux vidéo avec entre autres des recettes de cuisines, des entrainements cérébraux ou des coatchs sportifs (c'est des jeux ça ?). Et puis elles accrochent également un public féminin, qui aiment plus les jeux "mauves", les concepts non violents, que ces titres pour "hardcore gamers" bruyants, sanglants et chargé de testostérone. Ma crainte envers cette ouverture du jeu au tout venant, c'est qu'il perd peu à peu son aspect passionnel et devient seulement un produit marketing : on ne fait plus des jeux par passion mais juste parce que ça rapporte et que la ménagère de 40 ans achètera. Entre nous, je préférais carrément l'époque où le jeu vidéo était mal considéré, et où on était qu'un petit noyau de fans. Au moins on restait entre gamers (et ne me parlez de tous ces jeux qui sortent sur Smartphones, c'est un trop long débat). Mais là n'est pas vraiment le sujet du jour. En effet, on est là pour parler de Puzzle Bobble 2, l'archétype du jeu casual. Tout commence en 1986 lorsque Taito édite sur Arcade un jeu nommé Bubble Bobble. C'est un jeu de plateau / plate-formes où on contrôle 2 petits dragons qui doivent gravir 100 étages en enfermant les ennemis dans des bulles, afin de redevenir les petits garçons qu'ils étaient à l'origine. Bien entendu il y a eu des suites et des spin-offs (Bubble Bobble 2, 3, Rainbow Islands, Parasol Stars...) jusqu'au jour où Taito s'est décidé de dériver l'une de ses nombreuses séries phare en puzzle-game. Face au succès intarissable de Tetris, le genre a fait un bond considérable (il y a d'ailleurs beaucoup de gens qui n'ont achetés la Game Boy que pour pouvoir jouer à Tetris !) et les clones se sont multipliés. Mais là où Taito a fait fort, c'est qu'au lieu de copier un concept existant (comme le font Puyo Puyo et Columns par exemple), ils ont inventés un genre à part entière, celui du "puzzle à bulles".



Une histoire de dragon dans sa bulle...


Le premier
Puzzle Bobble 2 est comme Tetris : l'archétype du puzzle-game addictif
Puzzle Bobble est sorti en juin 1994 sur Arcade (sur Taito B System), et il a vu le jour en décembre 1994 sur Neo-Geo MVS (toujours sur Arcade donc, le format Neo-Geo étant particulièrement plébiscité, notamment pour son format à cartouches) puis en avril 1995 sur Neo-Geo CD (étrangement, il n'a jamais vu le jour sur AES mais il a connu diverses adaptations notamment sur PC, Super Nintendo, GBA, 3DO...). Celui qu'on connait également sous le nom de Bust-a-Move va faire des émules puisque son gameplay facile d'accès et son univers mignon, attireront les joueurs de tous les horizons. Ainsi divers clones apparaitront tels que Puzzle de Pon ou Magical Drop, mais c'est encore une fois Taito qui frappera le plus fort, avec son Bust-a-Move Again, alias Puzzle Bobble 2, qui verra cette fois le jour sur Arcade (système Taito F3), Neo-Geo MVS (pas d'autres versions sur les machines SNK), PlayStation, Nintendo 64, Saturn et PC. On notera malgré tout que pour une fois, la Neo-Geo fut le dernier système a recevoir son portage, les autres consoles ayant reçues leur copie entre 1996 et 1998, cependant la Neo-Geo MVS (puisque cette fois le jeu est resté sur Arcade) n'aura eu son Puzzle Bobble 2 qu'en 1999. Quand à la question de la cartouche, le premier opus exploité une honnête ROM de 32Mb (soit 4Mo, l'équivalent de Super Street Fighter II ou Donkey Kong Country sur Super Nintendo), quand cette suite fait exactement 46Mb (soit 5,75Mo, ce qui reste vraiment peu pour un jeu Neo-Geo). Le jeu s'ouvre sur une petite intro où on voit notre petit dragon (qui ressemble également à un dinosaure "kawaï", vous ne trouvez pas ?), réalisé en images de synthèses, se balader. Le reste du mode story se veut assez expéditif, le jeu n'étant pas vraiment là pour "raconter une histoire". Ceci dit on appréciera forcément les petites scénettes entre les niveaux, qui sont pleines d'humour. Un menu nous laisse le choix entre 3 modes de jeu : soit on joue seul en mode "puzzle game" (une sorte de mode histoire), soit on s'affronte à 2, soit on affronte l'IA (cette dernière prenant le rôle du second joueur). On a même droit à un choix de la difficulté, le "Mode Practice" (le plus facile) n'étant qu'un entrainement sur 3 matches.



 



Quand un dragon mange une savonnette...


En mode "Histoire",
Techniquement le support a connu bien mieux mais à quoi bon, ce genre de jeux n'a pas besoin de briller pour convaincre
on se balade sur une carte contenant les lettres de l'alphabet. A chaque lettre, il y a une série de 5 tableaux à résoudre. Il y a plusieurs fins possibles en fonction de la lettre sur laquelle vous arrivez. Dans Puzzle Bobble 2 / Bust-a-Move Again le but est simple : on dispose d'un stick pour gérer la direction gauche/droite de son lanceur et on ne se sert que d'un seul bouton de tir. Sous la forme d'un puzzle-game il faut mettre en contact un minimum de 3 bulles de la même couleur pour qu'elles éclatent, avec le net avantage que les bulles descendantes qui y étaient rattachées sont aussi éliminées. Plus on éclate de bulles et plus on réalise de gros combos, ce qui ira automatiquement pénaliser l'adversaire (humain ou géré par le jeu). Au bout d'un certain nombre de bulles placées, le tableau entier descend d'un cran (un peu comme dans Tetris... mais dans l'autre sens) ce qui augmente la pression car il ne faut surtout pas que les bulles touchent la limite basse du tableau. Quant au mode 2 joueurs, il apporte plusieurs changements par rapport au mode "Histoire" : le plafond ne descend plus, à la place c'est une ligne de bulle supplémentaire qui apparaît tout en haut de l'écran. Et pour chaque bulle tombée de son tableau, l'adversaire en recevra une de la même couleur. On retrouve bien évidemment des bulles spéciales (des bombes, des bulles compatibles avec toutes les couleurs), qui viennent pimenter l'expérience. On est donc en présence d'un jeu super mignon et très facile d'accès, qui plaira aux filles, aux enfants et aux grands gaillards comme moi (qui adore ce jeu :).



... il crache des bulles !


Et "mignon" est
Puzzle Bobble c'est avant tout une ambiance douce, de l'humour et un design vraiment mignon
bien l'adjectif exact lorsqu'on décrit Puzzle Bobble 2. Basé sur l'univers de Bubble Bobble, on retrouve nos 2 valeureux petits dragons, les fantômes et tout le bestiaire (plus quelques nouveaux) qui ont fait le succès de cet ancien hit de l'Arcade. Bien que très simples, les graphismes sont très colorés, les bouilles sont rigolotes, tout comme les mimiques. Ceci dit il ne faut pas se fier aux apparences, car très vite le mode solo devient un peu corsé (une fois qu'on a passé la moitié de l'aventure environ), entre autre parce que le jeu nous file presque tout le temps des bulles de mauvaises couleurs (alors que si on joue contre l'IA, elle enchaine les combos... c'est facile de se rendre service quand c'est toi qui gère l'approvisionnement en bulles). Du coup on perd de plus en plus vite ce qui peut rendre la partie quelque peu crispante. De toute façon, presque tout l'intérêt d'un tel titre est dans le versus (le solo est plus facultatif). Le système Arcade Taito F3 est basé sur un processeur 68020 cadencé à 16Mhz (évolution 32-bits du valeureux 68000), faisant de lui, une belle bête de course à son époque. Le Taito F3 a été le support Arcade de quelques jeux bien connus tels que Arabian Magic, RayForce, Darius Gaiden : Silver Hawk, Gekirindan ou encore Grid Seeker. Un hardware un peu surpuissant pour les besoins du jeu mais soit, c'était sans doute l'actuelle carte de Taito à l'époque. Dans tous les cas, l'habillage est "doux", les caractères sont colorés, l'ensemble est clairement très "arrondi" et mignon. D'ailleurs, en comparaison avec le premier Puzzle Bobble / Bust-a-Move, qui offrait des fonds d'écran à damiers, ici nous avons de véritables dessins (ou des photos digitalisées), quelque chose de bien plus travaillé qu'autrefois, même si pour le coup, l'action se veut un peu moins "lisible". Un mal pour un bien comme on dit... Enfin, pour accompagner toute cette bonne humeur, quoi de mieux que des petites musiques dans le ton, guillerettes comme tout, complétées de bruitages aussi mignons que fantaisistes. Mon seul regret, c'est qu'en mode versus c'est toujours la même musique qui revient, ce qui finit par être agaçant, mais en solo elle se veut suffisamment variée.



Connu sous le nom de Note
Puzzle Bobble 2 en Europe et au Japon, et de Bust-a-Move Again aux Etats-Unis, sorti en premier lieu sur le système Taito F3 en 1995, et pas moins de 4 ans plus tard sur Neo-Geo MVS (il aura aussi vu le jour sur d'autres consoles en portant le nom de Bust-a-Move 2 : Arcade Edition), le valeureux Puzzle Bobble reprend ses droits et sa place de meilleur puzzle-game de l'Arcade, face à des Puzzle de Pon et autre Magical Drop qui ne font pas le poids. Titre incontournable pour sa bonne humeur, son concept très simple et donc sa prise en mains immédiate, voilà bien un jeu qui est ouvert à tous, gamers comme casual. Avec son aspect mignon tout plein qui fera craquer tout le monde, les parties endiablées s'enchaineront à un rythme effréné. Car aussi bête que ça puisse paraitre, même lorsqu'on perd on veut continuer, on ne lâche pas l'affaire afin d'arriver à placer ses bulles le mieux possible (même s'il est parfois regrettable qu'elles ne se placent pas où on veut, en se "magnétisant" de travers) et réussir les plus gros combos (qui rajoutent des bulles à l'adversaire et le met ainsi dans le pétrin). Une petite réalisation pour un grand jeu, porté par un gameplay simple et accessible, c'est la recette du succès pour un titre culte et résolument indémodable.



Les -

  • La magnétisation des bulles porte parfois préjudice
  • La difficulté devient rude assez vite
  • Les +

  • Un parcours pyramidal qui permet de varier les niveaux
  • Plusieurs modes de jeu, choix de la difficulté
  • Gameplay simple, accessible, addictif
  • Le design, vraiment mignon
  • Encore meilleur à 2 !
  • Bande-son sympa


  • Test réalisé par iiYama

    janvier 2009 (mise à jour : juillet 2020)