Prehistoric Isle in 1930 (ARC)

 





Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1989
Développeur : SNK
Editeur : SNK
Genre : shoot-them-up

Version testée : US
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Hardware : A8003 GT (basé sur un Motorola 68000 / 16-bits)
Support : PCB de 35Mb/4,5Mo
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 8 voies + 2 boutons

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviation : Prehistoric Isle (US)
Titre alternatif : Genshi-Tou 1930's (JAP)





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Prehistoric Isle

in 1930



Si SNK
Le scénario ne vole pas bien haut mais les développeurs ont fait le minimum... ce qui est déjà plus que dans bien des jeux
est surtout connue pour ses consoles Neo-Geo et pour ses séries phares telles que King of Fighters, Metal Slug, Samuraï Shodown ou Fatal Fury/RealBout/Garou, il faut savoir que cette petite société japonaise a réellement eu une première vie avant la naissance de son système phare en 1990. En effet SNK est né en 1979 et dès le départ, ce modeste développeur s'est attaqué essentiellement à l'Arcade (il est d'ailleurs le fondateur d'un paquet d'Hardware Arcade totalement inconnu et/ou au nom peu évocateur, comme celui du présent jeu). C'est ainsi qu'on s'aperçoit qu'il est le développeur de certains titres bien connus, bien qu'un peu oubliés de nos jours tels que Vanguard (que j'ai personnellement connu sur Atari 2600, c'est d'ailleurs ce jeu-là qui m'a donné le gout des shoots, et oui ^^), le premier Alpha Mission, Ikari Warriors, Psycho Soldier j'en passe et sûrement des meilleurs. En 1989, SNK lance Prehistoric Isle in 1930 (Prehistoric Isle "tout court" selon la région comme aux Etats-Unis), alors même que la Neo-Geo MVS verra le jour seulement un an plus tard, et que le développeur nippon allait ensuite développer des jeux propriétaires à son support, avec dans un premier temps Cyber-Lip, Alpha Mission II, Blue's Journey, Eightman, le premier Fatal Fury, Robo Army, le premier Sengoku ou encore Magician Lord... des jeux qu'on connait bien et qui ont lancé le succès du support Arcade/console de la marque. Mais revenons à nos moutons. Pourquoi appeler ce jeu "Prehistoric Isle in 1930" ? Et bien tout simplement parce que la période historique se situe justement en 1930, ce qui justifie l'utilisation de vieux coucous des années '30, à la place d'avions nettement plus récents ou de vaisseaux spatiaux.



 

Les écrans titres occidentaux et japonais


L'histoire
La plus grosse originalité de ce Prehistoric Isle, c'est évidemment ce bestiaire issu (entre autre) de jurassique
a de quoi surprendre : proche des Bahamas, un grand nombre de bateaux est porté disparu. Les Etats-Unis lance alors une enquête sur place, en envoyant 2 biplans survoler les lieux, lorsque ces derniers se font attaquer par... des dinosaures ! Ces créatures, qu'on croyait éteintes depuis des millions d'années, sont en fait très belliqueuses et semblent réagir en meute afin de protéger ce qui semble être leur chef. Au final on apprendra que l'archipel d'îles qu'on vient de survoler (et de nettoyer au passage) se trouve au beau milieu du triangle des Bermudes, célèbre zone réputée pour ses phénomènes inexpliqués (mais que font Mulder et Scully ? :). Etant donné la sortie du jeu, 1989 je vous le rappelle, il ne fallait pas s'attendre à un grand développement scénaristique. D'ailleurs, il n'y a même pas d'introduction. Cependant SNK a consenti à quelques efforts et la carte qui nous présente les lieux des événements, nous affiche également du texte (en anglais), afin d'étayer un petit peu son histoire. Pas mal mais le plus surprenant reste sans doute l'épilogue, qui est sympa comme tout, notamment pour le genre et la date de sortie du titre (doit-on comparer avec les centaines de jeux qui ne se donnent pas la peine d'en faire ne serait-ce que la moitié ?). Le gameplay est au fond très simple : on a 2 touches, une pour tirer, l'autre pour faire tourner le pod. En effet, notre biplan ne dispose à l'origine que d'un simple tir avant mais en prenant un power-up, un pod vient s'ajouter à notre arsenal. A chaque pression de la touche, le pod se déplace d'un cran, dans le sens inverse des aguilles d'une montre (si on laisse la touche appuyée il tourne autour de l'avion et peut éventuellement le protéger) et ce, sur 8 axes. A chaque position il modifie ses tirs et pour bien comprendre, imaginez que lorsqu'il est à l'avant il dope le tir principal, à l'arrière il place des mines (qui explosent au bout de quelques secondes et protègent nos arrières), en haut et en bas il lance des jets de flammes rebondissantes, en diagonale basse gauche/droite il lance des bombes et enfin en diagonales haute gauche/droite, il tire une sorte de laser. Ainsi bien placer son pod permet de varier l'armement mais aussi d'avoir une certaine tactique, une certaine approche pour chaque type d'affrontement, notamment les boss. Prendre plusieurs power-up augmente (légèrement) la puissance des tirs secondaires, il y aussi des items de "speed-up" (pour accélérer la vitesse d'un avion aux déplacements poussifs) ainsi que les habituels bonus de score.


Bref,
Le gameplay dispose lui aussi de quelques originalités (comme ici un passage en sous-marin, ce qui varie également les ennemis rencontrés)
tout ceci pose une certaine originalité, ceci dit des mega-bombes n'auraient pas fait de mal (car ça manque souvent) et surtout, à la vue de ce gameplay, on se dit vite qu'une jouabilité à double stick (comme les actuels twin-sticks shooters) aurait pu être plus pratique. Mais ce n'était pas encore dans les mœurs... Cependant le jeu n'est pas spécialement difficile et comme on pourra jouer à 2 simultanément, le finir ne devrait pas trop poser de problème. L'aventure se compose de 5 niveaux et après le gameplay, l'autre originalité c'est évidemment l'univers proposé. Alors que Jurassic Park n'est pas encore sorti au cinéma (1993), SNK essaie de surfer sur ce qui a toujours marché, surtout auprès des plus jeunes. Du coup, on affronte tout un tas de bestioles tout droit sorti du jurassique... et même plus, comme ces hommes préhistoriques qui essaient d'attraper le fuselage de l'avion pour qu'il se crashe (pour vous venger, exploser leurs cahutes !). Quant aux bonus, ils se cachent dans des œufs. Après bien sûr on prendra plaisir à envoyer ad-patres tout ce qui fait le folklore de cette ère bien particulière en affrontant des ptéranodons à gogo (qui font office de petits ennemis volants), un brachiosaure, des insectes géants, un allosaure, un stégosaure, etc. Bien sûr il y a également des bestioles créées pour l'occasion, et même un niveau sous-marin (d'ailleurs c'est là qu'on pilote un sous-marin) qui permet de varier le bestiaire et d'exploiter la faune aquatique : trilobites, archelon, amibes, ammonites, etc. Chaque niveau nous oppose à 2 boss (le premier est à mi-parcours environ) et vous vous en doutez, le boss final n'est autre que la star des dinos, j'ai nommé le T-Rex. D'ailleurs il est appréciable que pour chaque boss, on ait sa barre de vie. Techniquement, vu que la Neo-Geo n'existe pas encore (mais doit déjà être en gestation dans les locaux du développeur), SNK a utilisé un Hardware générique, à base de Motorola 68000, un processeur 16-bits ici cadencé à 12Mhz, épaulé d'un Z80 (processeur 8-bits, généralement dédié au son). Tout ceci ne vous rappelle rien ? Et oui, c'est à peu près les caractéristiques techniques de la Neo-Geo et le plus étonnant, c'est que le développeur n'ait pas adapté son jeu sur Neo-Geo AES. Après tout, quand on voit la tronche des premiers jeux du support, celui-ci n'aurait clairement pas fait tâche.


Maintenant
Techniquement on a vu bien mieux mais le jeu garde un certain charme visuel
il faut se remettre dans le contexte historique : en 1989, le shoot-them-up était déjà pas mal représenté mais à quelques exceptions près, il était difficile de trouver des jeux graphiquement impressionnant. R-TYPE, sorti en 1987, est encore la référence dans le secteur, alors que la même année que notre Prehistoric Isle, est sorti R-TYPE II, histoire d'enfoncer le clou. C'est sûr, en comparaison, le titre d'SNK fait un peu pâle figure. Encore que "pâle", n'est pas l'adjectif le plus approprié tant les couleurs sont souvent très vives, limite criardes. Les dinosaures sont souvent petits, les boss sont par contre de bonne taille mais vous connaissez la dure loi qui sévit sur un jeu 2D : plus le sprite est gros, moins bien il est animé ! Ainsi le boss final, le fameux T-Rex qui prend presque tout l'écran et veut nous faire croire qu'il est haut comme un immeuble, ne possède qu'une poignée d'animations, en plus faites à l'arrache. Quand aux décors, bien dans l'ambiance "jurassic shooter", ils sont souvent très vides et pas forcément flatteurs. Malgré tout, Prehistoric Isle reste techniquement très correct, déjà pour son framerate très propre, ensuite parce qu'il a un petit côté attrayant avec ses dinosaures qui nous changent radicalement des avions militaires, des aliens et des vaisseaux spatiaux (même si dans le fond le but est le même : exterminer tout le monde). Enfin la partie sonore est d'une qualité honorable, malgré sa diffusion uniquement en mono (à l'heure de ce test, quelques 27 ans après la sortie du jeu, ça fait un peu bizarre :). Le titre nous distille des bruitages un peu mou (même pour les explosions, car oui, un dinosaure qui meurt, explose !), quelques digitalisations de monstres gémissants ainsi que des musiques sympathiques (sauf celle des boss qui est vraiment nulle). Bref, de quoi rythmer une ambiance déjà dynamique et on peut le dire, loin de tout conformisme.



Sorti en 1989, Note
peu de temps avant que naisse la mythique Neo-Geo, Prehistoric Isle in 1930 est un shoot-them-up horizontal assez atypique et pour cause, on y affronte tout le bestiaire du jurassique (et même plus). Une originalité qui ne sera que peu (voire pas du tout) reprise, si ce n'est avec sa suite qui ne verra le jour que 10 ans plus tard, sans doute poussée par le succès des 2 premiers films Jurassic Park. En attendant, SNK ne manquait pas d'idées fraiches et savait maitriser son Hardware, même s'il faut être honnête, graphiquement le jeu n'a rien d'exceptionnel (ceci dit, à part un R-TYPE II un peu hors norme, ce ne sont pas les HellFire et autre Zero Wing qui faisaient mieux sur ce plan-là). Entre son gameplay qui pose là quelques petites nouveautés, sa bande-son sympatoche, son jeu à 2 plutôt fun, sa difficulté équilibrée (ce qui est rare, surtout sur Arcade) et son ambiance très particulière, on accordera très vite quelques crédits à ce premier Prehistoric Isle. SNK était en bonne voie pour faire des étincelles...



Les -

  • Un bestiaire qui se renouvelle finalement peu
  • Quelques animations vraiment ratées
  • On manque vite d'une mega-bombe
  • Bruitages un peu mous
  • La musique des boss
  • Les +

  • Techniquement propre (bien que sans exploit)
  • Ambiance jurassique atypique et originale
  • Des dinosaures plutôt bien faits
  • Gameplay un tantinet original
  • Musiques sympas
  • L'épilogue

  • Test réalisé par iiYama

    septembre 2016