Forgotten Worlds (ARC)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1988
Développeur : Capcom
Genre : shoot-them-up

Version testée : Euro
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Hardware : Capcom CPS1
Support : PCB de 45Mb
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : stick 8 voies + 3 boutons
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Lost Worlds


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Forgotten Worlds









Forgotten Worlds
Pour un premier jeu, le CPS1 dévoile un beau potentiel
est un jeu surtout connu pour 3 raisons. La première vient de son gameplay assez exceptionnel pour l'époque, ensuite parce qu'il le tout premier jeu sorti sur CPS1 (le premier hardware 16-bits de Capcom) et enfin parce qu'il a promu la Mega Drive à son line-up, prônant l'Arcade à la maison. En passant de 8 à 16-bits, les développeurs ont bien entendu pu se lâcher en terme d'animation et de nombre de sprites à l'écran. Ainsi on peut féliciter les programmeurs car malgré un flot continu d'ennemis et des boss parfois imposants pour l'époque, l'animation reste impeccable (quelques rares bugs sur la fin du jeu à cause d'un armement agressif mais rien de méchant). Mais le passage d'un Hardware à l'autre se fait quand même en douceur. Si le boss du dragon blessé reste le plus impressionnant du jeu et que la gestion des sprites est étonnante, les graphismes restent de bout en bout assez sommaires. Ce n'est pas très détaillé, ça manque de couleurs et globalement, ce n'est pas bien beau. Pour finir avec l'aspect technique avant d'entrer dans le sujet de la jouabilité et du gameplay, le son n'est pas d'un bon niveau. Les musiques sont en sourdines (en plus d'être moyennes) et sont totalement couvertes par des bruitages inutilement bruyants et pas spécialement de qualité. Capcom développe son scénario avec le strict minimum : une intro très vite expédiée et une petite pause inter-niveaux où nos protagonistes accusent une voix digit totalement inaudible. Marre d'avoir des shoots avec des vaisseaux spatiaux ? Dans le futur, une civilisation extraterrestre a pris le contrôle d'une planète qui, tombée en ruines après l'invasion, est désormais connue sous le nom de Dust World (la Planète Poussière). Deux soldats inconnus, les « Sans-Nom », équipés de jetpacks essaient de chasser l'envahisseur afin de redonner à la planète son ancien nom : la Terre. Le scénario n'est pas super original et ce n'est pas une maigre intro qui nous dévoilera ce léger bout de trame.


Le jeu est praticable
Le jeu pose quelques originalités de gameplay comme le shop ou le tir sur 360°
à 2 en co-op', on n'a pas de vie(s) mais une barre d'énergie avec la généreuse subtilité que si on perd un continue, on ne perd pas son armement durement acquis. En mourant, la plupart des ennemis laissent derrière eux des pastilles bleues qu'il faudra bien entendu ramasser. Dans le premier tiers de chaque niveau, un magasin apparaît et avec lui on peut faire des emplettes : restauration de son énergie, bouclier de protection, achat de nouvelles armes (et satellites), augmentation de sa puissance... Ainsi même si ça manque cruellement de mega-bombe, ce concept a pour lui de bien varier le genre, un genre qui se renouvelle peu, surtout dans cette période. En parlant de variations et d'originalités, les boss sont vraiment atypiques et l'armement est peu commun. En jouant à Forgotten Worlds, on n'a vraiment pas l'impression de jouer à un énième shoot spatial. Car dernier point important du titre, on peut faire pivoter son personnage sur 360°. C'est plus efficace que dans les jeux comme Section Z où on peut tirer qu'en avant ou en arrière, car ici on a la possibilité de tirer dans toutes les directions. Seul petit soucis : on tourne vers la gauche avec le premier bouton, vers la droite avec le second mais ça manque forcément de précision et de réactivité. Si on regarde bien, c'est finalement le même concept qui sévit sur des shoots récents qu'on trouve sur XLA ou PSN (Monster Madness, Rocketmen ou encore Super Stardust HD). Et le fait de tourner sur soi, a aussi permis à Capcom de varier les scrollings, qui passent de temps en temps d'horizontal à vertical.



Forgotten Worlds Note
n'est pas un jeu fantastique mais reste un titre qui aura marqué son temps, notamment grâce à ce gameplay sur 360° qui le rend original. Et si on peut regretter que la réalisation ne soit pas d'un meilleur niveau, surtout pour un son clairement médiocre, il faut bien penser qu'il fut le premier titre du fabuleux CPS1 et qu'il est sorti en 1988. Ça ne date pas d'hier mais ça ne l'empêche pas d'être plus ou moins culte.



Test réalisé par Lidwyne & iiYama

avril 2009