Daytona USA (ARC)

 








Note générale


Sortie du jeu : aout 1993 (JAP) - avril 1994 (USA-EU)
Développeur : SEGA AM2
Editeur : SEGA
Genre : courses

Version testée : Européenne
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Hardware : SEGA Model2
Support : PCB
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : volant à retour de force, sélecteur de vitesses et pédalier
Difficulté :
Multi-joueurs : jusqu'à 8 joueurs linkés


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Daytona USA









S'il y
Après le succès de Virtua Racing, SEGA revient et frappe très fort. Tellement fort que Daytona USA restera longtemps la référence du jeu de courses sur Arcade
a un jeu qui aura marqué des millions de joueurs, c'est bien Daytona USA. Avant lui est sorti le pionnier Virtua Racing (imposant un hardware révolutionnaire à savoir le SEGA Model1) mais SEGA a vite été concurrencé par un féroce acteur du secteur : Namco. Avec ses System11 et 22, le bougre a vite imposé son Ridge Racer comme le meilleur jeu de courses de ce début '90. Mais si à l'époque on appelait SEGA le "Roi de l'Arcade", ce n'était pas pour rien et en effet, en 1993 au Japon (pas avant 1994 en Europe et aux Etats-Unis) il nous sort Daytona USA, un tout nouveau jeu de courses qui va vite mettre tout le monde d'accord ! Grâce à un tout nouvel hardware, le SEGA Model2, le développeur nous dévoile un savoir-faire sans comparaison. Le cabinet, souvent à 2 places, nous permettait de nous immerger dans la chaleur des courses, avec notamment un volant à retour de force, un gros écran et un système audio 4.1 (je sais tout ça car je rappelle aux lecteurs que le jeu d'Arcade fut mon métier pendant quelques années). Du jamais vu à l'époque ! Alors évidemment on pouvait jouer à 2 mais c'était encore mieux de jouer à 4 voire même à 8, puisque les cabinets pouvaient être linkés. Ahhh que de souvenirs... Bon trêve de passéisme, Daytona USA c'est quoi exactement ? Et bien c'est un jeu de courses tendance NASCAR (qui est l'acronyme de National Association for Stock Car Auto Racing) où le but est simple : finir en pole position. Pour ça nous avons entre les mains une unique voiture avec tout de même le choix entre boite automatique ou manuelle. C'est d'ailleurs vraiment le kif de prendre la boite manuelle à 4 rapports et de changer les vitesses à la volée, comme un sauvage. Nous avons aussi 4 vues disponibles (capot, raz de bitume pour un max de sensations et 2 vues externes), ce qui était une belle innovation, encore une fois pour l'époque.


Le jeu
Bien qu'Arcade, la conduite est finalement assez pointilleuse
ne propose que 3 circuits, pour 3 niveaux de difficulté, avec bien entendu passage aux checkpoints pour rallonger son temps. Tout ceci n'est pas forcément très original mais Daytona USA a séduit un parc de joueurs immense à travers le monde, notamment pour ses sensations de conduite. C'était du jamais vu, ce titre-là est d'ailleurs longtemps resté une référence dans le genre et le maitre-étalon d'un SEGA autrefois innovant et imbattable (les choses ont bien changées depuis). Lorsqu'on creuse un peu le fond du sujet, Daytona USA ce n'est pas que ça. On pourra noter que le jeu impose un système de dégâts (certes assez sommaires mais bien présent), une grosse difficulté dès le mode normal et une jouabilité assez rêche. En effet, le volant à retour de force a tendance à être très sensible et nous, on finit souvent dans le décor. Ceci dit j'en remets une couche sur le fait qu'à sa sortie, il a été acclamé pour son aspect révolutionnaire et hyper réaliste. Développé par la talentueuse équipe AM2 (entre autre responsable des tout aussi connus After Burner, Out Run, Virtua Racing, Virtua Cop, Virtua Fighter, Shenmue...) il est clair que Daytona USA signait l'apogée d'un constructeur et d'un développeur de génie. Et puis techniquement, ça nous a à tous mis une grosse claque ! Je vous rappelle qu'en 1993/94 au mieux on jouait à des consoles de 5e génération (3DO, Jaguar, PlayStation, Saturn, Nintendo 64… avec leur 3D bien pauvre) au pire on jouait encore à nos consoles 16-bits. La 3D ayant fait sa révolution avec les Virtua Racing et Virtua Fighter, il est clair qu'après le bon vieux Flat Shading tout anguleux, Daytona USA est vite devenu une référence absolue en terme de puissance graphique. Des textures nettes et détaillées, un jeu hyper fluide, rapide, des ombrages, des reflets (en réalité, c'est un faux reflet du ciel)… en clair on a été subjugués devant tant de maitrise, tel un papillon de nuit sur un lampadaire. Aucun jeu, pas même sur PC, n'égalait ce summum de technicité et cette qualité de rendu.


Il est clair
Si les musiques sont véritablement moisies, les bruitages sont très réussies et surtout les graphismes sont absolument magnifiques (pour l'époque, bien entendu)
que SEGA et son Model2 ont imposés un franc respect, ainsi que la gloire de son équipe fétiche : l'AM2. Pour ce qui est du son, le système est particulièrement performant. Les bruits moteur (sans dire qu'ils sont réalistes) sont particulièrement dynamiques, idem pour les accrochages et les carambolages. Les quelques voix digits ("gentlemen, start your engines" sans doute la phrase la plus culte de l'Arcade) sont de qualité, et finalement seules les musiques se révèlent franchement minables. Composées par Takenobu Mitsuyoshi, certains y voit du génie, moi j'entends une belle merde qui ne s'accorde absolument pas avec le jeu. Heureusement dans le brouhaha d'une salle de jeux, il ne reste plus que les cris des supporters, des adversaires qui hurlent leur rage de perdre et celui si percutant des moteurs. Ouf, nos oreilles sont sauvées. D'ailleurs je me souviens que dans le "modèle twin" le caisson de basse était sous le siège et les vibrations donnaient de bonnes sensations (n'allez pas imaginer des trucs salasses, je vous parle des vibrations de la voiture dues aux cartons ou aux vrombissements du moteur). Il me semble même que les exploitants (et moi-même lorsque je l'étais) avaient la possibilité de couper les musiques pour ne laisser que les bruitages. Une bien belle option. Alors certes 3 circuits c'est peu, mais je vous rappelle qu'on parle ici d'un jeu d'Arcade, un jeu qui en plus est très difficile. La conduite, certes loin d'être orientée vers la simulation, se révèle pointilleuse et rentrer dans les concurrents ou le décor, ne pardonne généralement pas.



En 1993 Note
Daytona USA a remis les pendules à l'heure, détrônant tous les jeux courses sortis avant lui (et souvent même après !). Il est le plus grand succès Arcade de SEGA, le jeu de courses le plus plébiscité de tous les temps, ce qui fait que les exploitants en ont profités pendant plus d'une décennie. C'est énorme et il est clair que malgré ses qualités, le pauvre Ridge Racer fut battu à plates coutures. Maintenant il faut être clair, si Daytona USA est resté si longtemps le Roi de la course sur Arcade, c'est aussi parce que malgré ses efforts, SEGA n'a jamais réussi à retranscrire "sa magie" sur consoles (ce que Namco a par contre très bien réussi avec son jeu). Et puis avouez que même aujourd'hui, presque 20 ans plus tard, le retrouver au fond d'un bar, dans un ciné ou dans une salle de jeux ne donne qu'une envie : enfourner sa pièce et se faire une bonne partie. Il est clair qu'il n'y a que lui qui puisse faire ça...




A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

avril 2012