After Burner / After Burner II (ARC)

 






Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1987
Développeur : SEGA (AM2)
Editeur : SEGA
Genre : combats aériens

Hardware : SEGA X Board
Support : PCB de 16Mb à 28Mb
Orientation de l'écran : horizontal
Commandes : manche 8 voies + commande des gaz + 2 boutons

Version testée : américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non

Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

After Burner
After Burner II







Avant de dire
Affublé de "simulation" After Burner n'en est pas moins un jeu d'Arcade peu subtil mais défoulant
quoique ce soit à propos de ce jeu, sachez qu'After Burner et After Burner II sont les mêmes jeux ! Certaines régions ont eu la première version (souvent le Japon et les Etats-Unis) quand les pays servis après, ont eu la version améliorée (comme nous, en France). En effet, les 2 exemplaires ne sont séparés que par une poignée de détails : la seconde version propose 21 stages contre 18 originellement, elle comporte quelques musiques de plus, elle ajoute le décollage de l'appareil (intro) et une commande des gaz. Et c'est tout ! Voilà les seules différences qu'il y a entre ces 2 jeux mythiques, qui utilisent la même borne (à commande des gaz près, bien entendu) : le fameux SEGA X Board. Ce cabinet atypique (qu'on peut voir au début du film Terminator II, lorsque John Connor est avec son pote à la salle de jeux), a la particularité d'être monté sur un système à rouleaux coulissants, qui permettait de faire basculer la cabine ! Ainsi d'un simple jeu de combats aériens, à l'époque After Burner a littéralement été titré de "simulateur". Un bien grand mot pour un jeu qui a toujours su rester ancré sur ses bases Arcade, et qui donc, n'a rien de réaliste. Pourtant cette borne nous a fait éprouver des sensations encore inconnues à sa sortie en 1987 (et oui, ça ne date pas d'hier !). En effet, la cabine s'inclinait selon la position du F-14 à l'écran et nous ballotait au gré des combats ! Autant vous dire que rares sont les jeux d'Arcade à nous avoir autant émerveiller avant les années 90. Il existe aussi une version "simple" de ce jeu, où debout, on ne joue plus qu'avec le manche… autant dire qu'on perd beaucoup en sensations mais cette version était "low coast" et surtout, elle prenait beaucoup moins de place. Mais le prestige n'était plus le même. Aux commandes de ce titre, on retrouve la fameuse équipe AM2 de SEGA, sans doute la plus prolifique et la plus douée du développeur/éditeur nippon. Et à sa tête on retrouve un certain Yu Suzuki, un véritable génie qui bien que moins connu que Shigeru Miyamoto, a été le père de grands jeux comme OutRun, Virtua Racing, Virtua Fighter, Daytona USA ou plus tard Shenmue, ainsi que leurs nombreuses suites.



After Burner
En 1987, ce jeu prouvait que SEGA avait une grosse longueur d'avance en terme de rendu graphique
est surtout connu pour sa version Mega Drive, mais cette série est loin de s'être éteinte puisque G-Loc est paru en 1990 (d'ailleurs il existe une fabuleuse version, la R360 G-Loc Air Battle qui était capable de tourner sur 360° !!), s'en suivi 2 jeux d'Arcade passés inaperçu en 1991 et 1995 (Strike Fighter et Sky Target), After Burner III est sorti sur Mega-CD en 1993, et la série a véritablement retrouver ses lettres de noblesse en 2006, avec l'excellent (bien qu'un peu simplet) After Burner Climax. Bien sûr on ne compte pas les nombreuses adaptations (notamment sur Mega Drive 32X, Saturn et PC-Engine) ainsi que les remakes (notamment sur PS2). After Burner est donc l'archétype du jeu d'Arcade bourrin, fort en sensations, bruyant et dont les joueurs ont raffolés pendant des années. Faisant le grand écart entre le jeu vidéo et le manège de fête foraine, il faut reconnaitre qu'en plus, le gameplay était extrêmement accessible, compréhensible en quelques secondes à peine (il y a même un petit tuto, avant que le jeu ne commence). A cette époque où le film Top Gun (sorti en 1986) est la grande affiche d'un cinéma à sensations, After Burner nous proposait de prendre place dans le cockpit du pilote, de se croire l'espace d'un instant, dans la peau de Maverick (incarné à l'écran par Tom Cruise), qui pilote lui aussi, le superbe chasseur F-14 Tomcat (mon préféré d'entre tous ^_^). Le gameplay est donc très simple, simpliste voire désuet pour ceux qui y joueraient de nos jours : notre avion (vue à la 3e personne) file droit devant. Sur After Burner II on peut manipuler la manette des gaz pour ralentir ou accélérer la vitesse de défilement, bien que cet ajout ne soit qu'un gadget (sans doute pour mieux coller à l'aspect "simulation" du titre, ou pour être plus proche de ce que les joueurs ont vu dans le film Top Gun, je ne saurai dire). Ensuite avec le manche, on incline son appareil, on tire à la mitrailleuse (dont les balles sont infinies) et lorsqu'on "locke" un ennemi, on peut balancer un missile à tête chercheuse (qui eux, sont en nombre limité). Les ennemis sont toujours en surnombre (mais bon sang, pourquoi part-on toujours en guerre seul ? C'est débile !) et bien sûr, ils ripostent. C'est là que vous pourrez faire le fameux looping si propre à la série, où l'écran se met à pivoter sur 360°.



Malheureusement,
Avec sa superbe borne, After Burner nous aura offert des sensations uniques !
ce n'est pas la solution ultime et bien souvent, on se fera quand même exploser la carcasse. Car comme tout jeu d'Arcade, After Burner est très difficile, tout ça dans le but que vous ne monopolisiez pas la machine ou que vous crachiez le plus de pièces possibles. Techniquement, le SEGA X Board embarque deux CPU Motorola 68000, un Z80 et un YM2151, aux mêmes fréquences que le fameux hardware System16 (aussi de SEGA). Le fait d'avoir 2 processeurs a tout de même dopé les performances de la machine car sous l'appellation un peu pompeuse de "Super Scaler Technology", SEGA, l'AM2 et Yu Suzuki ont réussis a créer un très bel effet de perspective qui, bien que les sprites soient en 2D, nous donne l'impression de nous battre dans un environnement en 3D. Si bien sûr à l'heure de ce test (quelques 26 ans après sa sortie) on peut trouver les graphismes dépassés, il faut bien entendu se remettre dans le contexte chronologique de cette fin des années '80 et là de suite, c'est une autre histoire ! Entre sa "perspective" très réussie et sa fluidité, plus des décors qui sont plutôt jolis et qui filent à toute vitesse, plus les sensations que nous font éprouver la borne (car ce test prend bien sûr en compte la borne de luxe, pas la borne "discount"), croyez-moi, on avait de quoi être surpris, voire même impressionné ! Car en 1987 on jouait tous à des jeux techniquement à la ramasse. A l'époque on parlait de Contra, de Street Fighter, de 1943… le plus beau jeu étant encore une fois R-TYPE mais excusez-moi du peu, il restait "plat" et sacrément lent (malgré tout l'amour que je lui porte :). Donc en 1987, face à ces jeux-là, SEGA a vraiment fait sensation ! Le son se veut par contre d'une qualité plus "d'époque". Les bruitages (très bruyants, Arcade oblige) sont assez percutants mais n'ont rien d'exceptionnels, et les musiques ont une qualité dans la moyenne. Je parle bien là de "qualité" (le pauvre Z80 n'étant pas le meilleur des musiciens) car les compositions auront également fait date. Je citerai le célèbre titre "after burner" dont la mélodie a su traverser les âges. Malheureusement, dans le vacarme d'une salle de jeux et des bruitages qui assourdissent la cabine, les musiques passent un peu inaperçues.



After Burner Note
et son étrange version à peine upgradée After Burner II, jouit encore aujourd'hui d'une aura nostalgique. Ce nom résonne à travers le temps, comme une pierre angulaire d'une époque révolue, une époque où le jeu d'Arcade était encore pionnier sur le plan des graphismes et des sensations de jeu. Si bien sûr le R360 G-LOC fera mieux, il faut reconnaitre que cette borne n'aura pas eu son pareil dans le milieu de l'Arcade et qu'elle nous aura fait vivre quelque chose d'incomparable. Ajoutons à ça une réalisation impressionnante, largement au dessus des productions de son temps, et on comprend pourquoi 25 ans plus tard, le nom << After Burner >> n'a toujours rien perdu de son mysticisme. Si aujourd'hui vous aurez beaucoup de mal à en trouver une en état de marche (moi j'ai eu cette chance ^_^), ce qui peut se comprendre car les pièces mécaniques sont vieilles et il est difficile d'en trouver de rechange, dites-vous que vous loupez quelque chose d'unique. Donc si un jour vous croisez cette formidable borne, avec le respect qui s'impose, jetez une pièce ou 2 dans son "coin-up" et découvrez ce titre qui aura fait rêver des millions de joueurs, des gosses jusqu'aux adultes.




Comparatif entre toutes les versions : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

septembre 2013