1941 : Counter Attack (ARC)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 1990
Développeur : Capcom
Genre : shoot-them-up

Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Hardware : Capcom CPS1
Support : cartouche de 28Mb
Orientation de l'écran : vertical
Commandes : stick 8 voies + 2 boutons
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

1941

Counter Attack



Conçu par
Depuis 1943, la réalisation a fait un sacré bon en avant... le fun aussi
Kihaji Okamoto en 1990, 1941 : Counter Attack est le jeu d'Arcade qui fait suite à 1943. Fonctionnant sous le très efficace CPS1 maison, il y a un véritable faussé technologique entre cet opus et le 1943 Kai sorti 2 ans plus tôt. Commençons par le commencement, le gameplay, le jeu faisant gentiment abstraction de toute intro. Issu de l'Arcade profonde et venue d'un âge que seuls les plus anciens gamers connaissent (moi?), le jeu utilise 2 boutons (comme sur son excellente adaptation SuperGrafx) pour une jolie combinaison de tir et d'effets. Car par rapport à la première vague de la licence (les 1942/43 qui tournaient sur système 8-bits), le gameplay évolue légèrement vers quelque chose de plus contemporain. Notre appareil possède pour la première fois une jauge de vie (de 3 à 6 points selon les réglages) et chaque point peut être consommé par une mega-bombe déclenchable via le bouton 2. Cette même énergie peut être remontée en récupérant les items adéquats. On regrette quand même un peu que la puissance des mega-bombes soit toute relative car finalement seuls les ennemis les plus faibles y seront sensibles. Avec le tir normal (qui n'est pas un rapid fire), si on maintient le bouton, on chargera son tir qui balancera alors une grosse salve de missiles à têtes chercheuses. Ici aussi la puissance est assez aléatoire, ce qui fait qu'on passera assez aisément de ce plagiat d'R-TYPE. Petite subtilité : en se frottant aux murs, l'appareil se mettra à tournoyer sur 360° ce qui permet de se sortir de quelques situations délicates. Bien sûr on a plusieurs armes différentes, accessibles via des items changeants. A ce titre, 1941 est presque humainement infinissable car il reste sacrément ardu par moment. A moins d'avoir des réflexes de cyborgs ou le plein de pièces dans la poche, difficile d'en voir la fin (pour en plus un épilogue minable, vous vous en doutez). Le jeu est rapide (parfois un peu trop même) et le plus souvent on se fait démolir parce qu'on différencie très mal les tirs ennemis du décor. Ça n'aide pas et c'est d'autant plus fouillis lorsqu'on joue à 2. En parlant de décors, ils sont somptueux : détaillés, colorés (surtout ceux dans les nuages ou le niveau de la ville) et on a trouvé agréable que les tirs abîment certaines bâtisses. C'est un peu comme les boss : ils subissent des dégâts en temps réels, ce qui rend le jeu plus conformiste. Malgré tout n'allez pas imaginer que 1941 soit réaliste pour autant. On le sait les shoots sont tout ce qu'il y a de plus extravagants et un avion de la guerre de '40 qui tire des lasers, ça n'a rien de très historique. A côté de ça les boss sont imposants et les nuées d'ennemis sont incessantes. Et malgré tout cet acharnement, de jolis décors et des sprites en pagaille (surtout lorsqu'on joue à 2) et bien le jeu ne ralentit jamais. Pas un effacement, pas un sourcillement, pas un bug, rien ! Une vraie prouesse qui démontre bien que le CPS1 en a gros dans les puces. Enfin la partie sonore nous lâche des musiques mélodieuses bien qu'un peu bruyantes et des bruitages étouffés. Au final, les 6 niveaux que compte le jeu vous emballeront.



1941 Note
est un shmup dynamique, un shmup à l'ancienne (vue de dessus, action incessante et bourrine) et il était le fleuron d'un CPS1 qui voulait faire sa place sur le marché délicat de l'Arcade. 1941 : Counter Attack est un très bon shoot vertical, à la fois une belle suite de 1943, une évolution de ce dernier et une formidable démo technique des capacités de l'Hardware de Capcom. Un pari réussi.



Test réalisé par Lidwyne & iiYama

novembre 2009